Voilà les conseils qu’a eu Michael: “patientez”, puis “c’est vasculaire, c’est pas le vaccin”, puis “tout va bien”…tout ça pour qu’il finisse par comprendre qu’on lui donne des conseils nuls.Y pas à dire, les français sont bien encadrés médicalement. Tout est bon pour dédouaner la vaccination. Fawkes


——-

À tout juste 31 ans, Mickaël De Oliveira a été victime d’une péricardite post-vaccinale. Aujourd’hui, il ne peut plus faire de sport ou encore de théâtre. Parler l’essouffle.

Le lendemain de sa vaccination, le jeune homme prend rendez-vous auprès de son médecin généraliste, qui lui délivre un antihistaminique. Seulement, là encore, les jours passent et rien ne s’arrange. Pire encore, Mickael se réveille un beau matin avec une jambe engourdie et une main qui semble endormie.

Après un second appel passé au Samu, il décide de revoir son médecin généraliste, qui lui affirme que tout va bien. Seulement, alors qu’il est en pleine séance avec son kinésithérapeute, le trentenaire se sent mal.

J’étais avec mon kiné et j’avais la sensation d’avoir un point au cœur. Je me sentais oppressé. Inquiet, j’ai réécrit à mon médecin en lui disant qu’il était hors de question que je fasse la seconde dose. Il m’a alors dit d’aller consulter un allergologue.Mickaël De Oliveira


Inquiet pour l’avenir

Aujourd’hui, Mickaël regrette d’avoir cédé, en plus d’être inquiet pour l’avenir.

Je n’ai jamais eu de problème au cœur. Aujourd’hui, je suis essoufflé rien que de montrer des escaliers, sans compter les douleurs thoraciques. Je ne peux plus faire de sport, ni de théâtre. Parler trop longtemps m’essouffle. Je suis inquiet car je ne sais pas ce que tout cela va donner par la suite, d’autant plus qu’il pourrait y avoir une récidive.Mickaël De Oliveira

Mais ce n’est pas la seule inquiétude du trentenaire. Après que son cardiologue lui a déconseillé de se faire injecter une seconde dose de vaccin, il a pu obtenir un pass sanitaire. « Seulement, combien de temps va-t-il durer ? », se demande-t-il.

Si Mickaël affirme ne pas être complotiste, il estime que son cas est loin d’être isolé, certain que les victimes de péricardite post-vaccinale sont bien plus nombreuses que ce qui a pu être communiqué par l’État.



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *