Une étude mondiale donne les chiffres : 3 jeunes sur 4, de 16 à 25 ans, ont peur de l’avenir. L’éco-anxiété, ou l’angoisse chronique spécifique au réchauffement climatique, touche la grande majorité des jeunes générations. L’étude, publiée dans The Lancet Planetary Health, fait état de ce sentiment de dépassement, de trahison et de peur générale chez les jeunes générations, et ce partout dans le monde. Dossier.

L’étude publiée sur The Lancet Planetary Health se présente sous la forme d’un sondage effectué entre mai et juin 2021 par l’institut Kantar, dans 10 pays et auprès de 10 000 adolescents – jeunes adultes âgés de 16 à 25 ans. Les jeunes interrogés proviennent notamment des Philippines, du Brésil, du Portugal, d’Inde, d’Australie, de France, du Royaume-Uni, du Nigeria, des Etats-Unis et de Finlande. Résultat : 75% d’entre eux ont peur de l’avenir.

Quelques chiffres :

59% des sondés jugent être « très » ou « extrêmement inquiets » du changement climatique.
45% affirment que l’anxiété climatique affecte leur quotidien, sommeil, alimentation, travail et divertissements.
56% estiment que « l’humanité est condamnée ».
55% pensent qu’ils auront moins d’opportunités que leurs parents.
52% supposent que la sécurité de leur famille « sera menacée »
39% hésitent à avoir des enfants.

Juste pour se rendre compte. « On savait que l’éco-anxiété progressait, notamment parmi les jeunes, qui représentent la population la plus vulnérable, mais on ignorait que cette souffrance psychologique était si étendue et ce mal-être si profond. » s’exprime Caroline Hickman, professeure à l’université de Bath au Royaume-Uni et première auteure de l’étude.

Le dérèglement climatique provoque et annonce déjà de plus en plus de problèmes de santé majeurs pour l’humanité. Parmi les risques physiques : des maladies liées à la chaleur, des crises infectieuses et l’exacerbation des affections cardiopulmonaires. Mais on a longtemps sous-estimé les dommages sur la santé mentale, constate l’OMS, et surtout l’impact de la crise climatique sur les jeunes générations, c’est-à-dire de 10 à 25 ans selon l’Organisation Mondiale de la Santé ; ces mêmes générations qui seront adultes au moment où les pires annonces du GIEC se réaliseront, si rien ne change dès maintenant. On apprend ainsi que la crise climatique pourrait précipiter « de nouvelles conditions psychologiques » et « aggraver les maladies mentales existantes chez les jeunes » souffrant d’anxiété climatique, bien que le manque d’études jusqu’à présent limite nos connaissances sur ce problème pourtant bien présent.

Photo prise à Zurich durant le blocage du groupe Extinction Rebellion devant le Conseil Fédéral (photo : FB Extinction Rebellion)

« Les impacts sanitaires du changement climatique peuvent inclure une morbidité et une mortalité accrues dues à l’aggravation des problèmes cardiopulmonaires, l’aggravation des crises allergiques et un risque accru de maladies infectieuses et de maladies mentales, y compris l’anxiété, la dépression et un trouble de stress post-traumatique dus à des événements météorologiques extrêmes. » extrait d’un article du 15 Novembre 2019 de l’American Academy of Family Physicians (AAFP).

Les « jeunes » ne vont pas bien. Or, l’échantillon des 15 à 25 ans représente environ 12% de la population en France (soit plus d’1 personne sur 10) qui souffre actuellement. Les principaux effets psychologiques de l’éco-anxiété sont décrits par les psychologues comme des attaques de panique, de l’insomnie et des pensées obsessionnelles. « Le sentiment de détresse climatique peut également aggraver d’autres facteurs de stress quotidien, au point d’affecter négativement la santé mentale globale. Cela entraîne potentiellement une augmentation des problèmes liés au stress tels que les troubles liés à l’utilisation de substances, des troubles anxieux et la dépression. »

« Les générations futures répareront nos bêtises, après tout, les jeunes sont l’avenir »

Pour la première fois, il est aussi démontré que la souffrance psychologique liée au climat est décuplée lorsque les mesures gouvernementales sont jugées inadéquates. Ce qu’on pointe du doigt également ? Comment les lobbies rendent impossible absolument tout acte démocratique, tout en continuant toujours de culpabiliser les plus fragiles, qui « n’en font pas assez, ne trient pas bien leurs déchets, osent commander à emporter ».

« La détresse des jeunes est en effet liée à la crise environnementale, mais aussi à l’échec des plus puissants – adultes et gouvernements – à y répondre »

D’autres chiffres de l’étude :

65% des sondés estiment que les gouvernements faillissent à leurs devoirs auprès des jeunes.
64% jugent que les gouvernements mentent.
58% se sentent trahis.
Moins d’⅓ ont l’impression que les gouvernements les protègent « eux, la planète et les générations futures », qu’ils « peuvent faire confiance » aux dirigeants et que ces derniers « font suffisamment pour éviter la catastrophe ».

Ces résultats mettent en lumière les effets psychologiques et émotionnels dramatiques du changement climatique sur les jeunes. La majorité d’entre eux s’avère sincèrement terrifiée et désespérée concernant l’avenir de l’humanité d’une part, et le manque de mesures concrètes mises en place pour remédier à de prévisibles effondrements.

Selon The Lancet, « Il y a une prise de conscience mondiale croissante que les 10 prochaines années doivent être une période d’atténuation et d’adaptation étendues et rapides pour protéger l’humanité des pires méfaits de la crise climatique. »

Photo : Pexels. “Vous allez mourir de vieillesse, nous allons mourir du changement climatique”

Un besoin urgent d’action qui a été compris par tout le monde, sauf par les concernés : les grands pollueurs. Un appel qui a été récemment souligné une nouvelle fois par trois rapports spéciaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : le rapport spécifique sur le réchauffement planétaire de 1,5 °C, le rapport spécifique sur le changement climatique et les terres, et le rapport spécifique sur l’océan et la cryosphère. De même, le rapport 2019 du Lancet Countdown on Health and Climate Change a mis en évidence l’émergence de « risques sanitaires potentiellement catastrophiques pour un enfant né aujourd’hui si une réponse adéquate au changement climatique n’intervient pas. »

Ces risques sanitaires sont notamment des taux accrus d’insécurité alimentaire et de dénutrition, de maladies diarrhéiques et infectieuses, et des complications dues à la pollution de l’air, une augmentation de la morbidité et de la mortalité dues à l’exposition à des événements météorologiques extrêmes (par exemple, les vagues de chaleur, tsunamis, montée des océans, incendies de forêt, ouragans, sécheresses…).

Et pourtant. Malgré les preuves scientifiques écrasantes disponibles et le plaidoyer public croissant, lors de la Conférence des Nations Unies de 2019, un petit groupe de gouvernements continue de faire obstacle à des progrès significatifs, conduisant à des résultats inadéquats. Comme le premier rapport sur l’écart de production l’a clairement indiqué en 2019, les gouvernements pourtant signataires des Accords de Paris prévoient toujours de produire environ 120% de plus de combustibles fossiles que ce qui serait compatible avec la limitation du réchauffement à 1,5 °C.

« Cette lésion morale infligée aux jeunes s’apparente à une violation des droits humains ».

Si les jeunes représentent l’avenir et sont nos futurs dirigeants, comme on dit, il serait peut-être temps de prendre en compte leur santé mentale. Pour Sarah Ray, qui étudie l’éco-anxiété à la Humboldt State University à Arcata, en Californie, cette étude qui fait état de la détresse générale chez les jeunes populations pourrait « jouer un rôle dans les poursuites judiciaires liées au changement climatique, car ils pourraient fournir la preuve d’un préjudice moral en vertu de la loi sur les droits de l’homme. »

« Si la recherche peut aider à tenir les organismes gouvernementaux responsables… ce serait extraordinaire. Cela donnerait une voix aux enfants les plus vulnérables, et prendre plus en compte l’éco-anxiété comme un réel problème et non un « effet flocon de neige », comme s’inquiéter des ours polaires, ce que pensent les détracteurs. », dit-elle.

Extrait de la vidéo : « Petit à petit j’ai décidé de m’engager pour une vie plus zéro déchet. Et puis j’ai regardé ce clip, Forget about short showers, qui en deux minutes bousille complètement l’idée de l’engagement individuel puisque de toute façon ceux qui puisent le plus d’eau n’est pas toi qui coupe l’eau pendant que tu te brosses les dents, mais l’agriculture et les centrales nucléaires. Cette vidéo m’a clouée au lit, j’ai pleuré comme si père et mère étaient décédés, c’était le vide au fond de moi. À ce moment-là, j’ai fait ce que j’ai appelé le « burn-out du Colibri ». Parce que le colibri c’est ça, c’est chacun fait sa part pour éteindre l’incendie avec les outils qu’il a à disposition… mais ce qu’on ne dit jamais, c’est qu’à la fin, le colibri et bien il meurt, parce que lui ne transporte que quelques gouttes d’eau, alors qu’en face ce sont de vrais lance-flammes qui brûlent la forêt amazonienne. »

En effet, si agir à son échelle peut permettre d’enclencher, de toute façon, un retour vers l’essentiel, vers plus de sobriété et de minimalisme. Si agir à son échelle peut s’avérer indispensable et positif pour l’environnement local, social et la sérénité des rapports humains et au vivant. Si agir à son échelle peut permettre, in fine, des relations plus apaisées au monde, car détachées du consumérisme insatiable et du capitalisme délétère et vampiriste. Si cela peut contribuer au moral collectif et amener à entreprendre par la suite des actions plus radicales, citoyennes, juridiques ou militantes. Si agir à son échelle est un acte de déconstruction/reconstruction individuel bénéfique : agir à son échelle n’est pas efficace à grande échelle. Et en avoir conscience peut légitimement briser le moral, donner le sentiment d’être impuissant, seul à faire sa part, qui plus est à contre courant des acteurs les plus influents dans le désastre actuel.

« Ce n’est pas possible en fait : une personne toute seule ne peut pas prendre toute la responsabilité sur ses épaules. »

Des réactions encore jugées exagérées par les « adultes matures »

Comment ne pas penser à Greta Thunderg, cette jeune activiste précisément dans la tranche d’âge des sondés qui depuis 2018 donne un visage à la colère et la détresse des jeunes générations. En s’adressant directement aux puissants et en leur demandant de réparer le préjudice qu’ils ont commis, la jeune fille s’est exposée à une folie médiatique qui a déchaîné les « experts » à qui mieux mieux sur l’adolescente.

« Les scientifiques, qu’on se le dise, se sont tous cassés les dents à vouloir informer et alerter les politiques de tous poils depuis quarante ans. Personne n’a daigné les écouter. » Guillaume Méric, dans une Tribune de l’OBS.

Ainsi la nature de son discours sera rapidement éclipsée pour faire place à des commentaires sur son physique, son âge, sa différence dû à son syndrome d’Asperger ou la pseudo-manipulation de ses parents.

Et tandis que son discours est relayé et soutenu par suffisamment de gens, dont les jeunes, la reconnaissant comme une des personnalités les plus influentes de l’année 2019, l’ancien président des Etats-Unis, Donald Trump, ancienne tête au sommet de la première puissance mondiale et climato-sceptique notoire, l’insultait sur Twitter, lui conseillant de « travailler sur ses problèmes de colère » et « d’aller se détendre en regardant un film avec un ami ». (lien du tweet : le compte Twitter de Donald Trump a été suspendu).

Emmanuelle Ménard, députée française, s’est plainte que son tweet “ironique” après le discours de Greta Thunberg à l’ONU ait été signalé. (Vive La France).

Il y a bien, cependant, quelque chose sur lequel ses détracteurs ont tapé juste, c’est la colère, et la difficulté de « se détendre » des jeunes face aux dirigeants politiques qui continuent de ne pas prendre en compte l’avenir. En même temps, comportement compréhensible, puisque ce ne seront pas eux qui devront vivre avec les conséquences de leurs décisions. Et oui : selon lAgence Française du Développement, le seuil des +1,5 C° pourrait être franchi dès 2030. Or, en 2030, les générations 15 – 25 ans, qui sont nées entre 1995 et 2005 en moyenne, auront entre 25 et 35 ans, pleine population active donc. Alors que nos gouvernants mondiaux actuels, qui ont pour moyenne 60 ans selon cette infographie de Courrier International, auront… 72 ans !

« No one seems to understand the kids these days
Personne ne semble comprendre les enfants ces jours-ci
And why we live this way
Et pourquoi on vit comme ça
We got to clean up the mess you’ve made
Nous devons arranger le désordre que vous avez fait
Still you don’t wanna change
Puisque vous ne voulez toujours pas changer
You create the law
Vous créez les lois »

Extrait de la chanson The Kids are Coming, de Tones and I. Cumulant plus de 15 millions de vues sur Youtube, ce single sorti en 2019 traite spécifiquement de ce ressentiment de la jeunesse envers les gouvernants.

Conclusion

Donner la voix aux concernés est un problème majeur et qui a beaucoup de spécificités. Et comme le dit Tones and I dans sa chanson, « We don’t just protest for the fun / Nous ne manifestons pas juste pour le plaisir. » Au moins, nous espérons que ces prises de conscience donneront lieu à de réelles mesures, et dont les effets ne seront pas seulement visibles d’ici dix, quinze ou vingt ans. Car pas tout le monde ne possède pas ce temps, tout simplement, et c’est là la cause de cette éco-anxiété qui touche 3 jeunes sur 4, partout dans le monde.

– Mary Doizon


Sources :
Nature : https://www.nature.com/articles/d41586-021-02582-8
The Lancet : https://www.thelancet.com/journals/lanplh/article/PIIS2542-5196(20)30144-3/fulltext
https://www.thelancet.com/journals/lanplh/article/PIIS2542-5196(20)30223-0/fulltext

Donation





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *