L’intellectuel états-unien Noam Chomsky s’est prononcé pour l’isolation obligatoire des personnes non-vaccinées contre la Covid-19. « À ce moment-là, la question se posera de savoir comment leur donner à manger. Ce sera leur problème », a-il ajouté.

Noam Chomsky est un linguiste, poursuivant des recherches exclusivement pour le Pentagone. Il s’est fait connaître pour ses livres dénonçant des pans entiers de la politique étrangère US.

Nous avons pu apprécier, lors d’une rencontre avec lui, ses positions extrêmement dures en faveur des USA et d’Israël. Nous avons publié une étude en trois parties sur son véritable engagement politique [1]



-source-

One thought on “Noam Chomsky pour l’isolation obligatoire des non-vaccinés”
  1. Peut-être me trompe-je, mais il me semble tout de même surprenant de constater à quel point cette communauté juive qui n’a cessée ces dernières années de nous faire croire en la lucidité de sa vision autant qu’à la bienveillance de son opinion au travers de ses meilleurs représentants intellectuels, aujourd’hui confrontée à la résistance humaine de ne pas vivre en cobaye, se révèle n’être qu’un petit tas de boue sale.
    Mais, c’est vrai, les plus naïfs ne pouvaient que s’y tromper car seuls les gens d’expérience savent que: La plus belle ruse du diable est de faire croire qu’il n’existe pas.
    En 2010 ce tartuffe faisait semblant de dénoncer la politique d’apartheid d’Israël, 11 ans plus tard, où est le lascar, si ce n’est comme un gros tas de merde fumant. Je n’ai égard à prendre, n’est pas Eistein qui veut, sa renommée était faite par des têtes creuses.
    Les masques sont tombés dans les différents domaines où s’employait cette soi-disant avant-garde pour l’humanité. Le genre humain en moins de deux ans à pu se rendre compte à l’échelle planétaire à quel point une sclérose intellectuelle est un encombrement pour lui et ne prédispose en définitive d’aucune possibilité réelle à la moindre potentielle élévation, ainsi donc, les anciens n’avaient pas tort et n’ont jamais eu tort de tous les siècles qui ont précédé celui-ci, ce qui est foncièrement mauvais, ne change jamais.
    Pas un seul secteur où ils s’emploient à mal faire en dépit des fausses apparences que le criticisme ne dévoile dans sa réalité nue, si l’Homme est animal, celui-ci est le pire de toutes les espèces.
    Osera-t-on encore associer à la spiritualité ou la vie intérieure l’action qui mène la partie l’humanité vivant sous ce joug communautaire, au-delà d’elle-même, dans les plus improbables méandres de la bassesse, où elle n’aura finalement trouvé comme unique offre à son bonheur que l’acculturation de ses générations nouvelles indifférentes aux bienveillantes valeurs multiséculaires léguées et encore portées par deux générations vieillissantes toujours existantes, osera-t-on encore héroïser cet incomparable mépris pour tous, cet absolu rien qui se prétendrait tout?
    Probablement oui, par peur de n’être pas, sémitophile.
    Mais, si la cause est dorénavant connue même si les lâches persisteront à la nier, les effets eux aussi le sont, la morale sociale qui avant-hier maintenait l’unité par le moyen de la pression, la contrainte, la légalité qui faisait droits et devoirs pour chacun et assurait l’auto-préservation de l’ensemble, c’est caduc!
    Les lois naturelles n’étant même plus reconnues ni valides, les habitudes qui faisaient l’efficacité des performances d’un peuple, ne serait-ce que l’instinct qui garantissait que nous sommes des organismes vivants est nié.
    Le doute est un instinct de l’homme qui lui a permis de traverser les temps, aujourd’hui douter, c’est du complotisme!
    Tout ça étant parti dans cette morale décloisonnée, il n’y a plus de pression collective intériorisée qui joue, la société est grande ouverte et chaque entité est une unité à conquérir.
    Maintenant, que le charlatanisme s’est révélé et qu’il ne saura plus contester sa nature réelle, l’Unité devient l’Indispensable du Tout pour la préservation de l’ensemble.
    L’engeance est entrain de clôturer la société sur le Soi, de sorte que là où nous nous sentions en sécurité par notre appartenance à un groupe, le peuple, au sein duquel nous étions reconnus comme membre, c’est à la divergence que l’on nous instruit, construit.
    Ne vivant plus dans la sécurité du groupe puisque des esprits scélérats nous en excluent, nous devons mener nos actions pour nourrir des adhésions convergentes.
    Ça n’est pas à l’amour mystique de l’humanité vers laquelle on marche actuellement, il n’y a aucun mystère ici, même si Vérité et Justice inspireront nos actions, cesser d’obéir au Méprisable qui nous méprise, n’est pas un acte d’amour.
    Nous devenons hérésiarques aux nouveaux dogmes!
    Ce ne sont pas de gentils brebis qui vont bêler à plein poumon qui se préparent là, non, c’est l’expérience quant à la surabondance de preuves de la maldonne qui va s’exprimer, rien de gentil donc.
    Ce misérabilisme qui nous cantonne à l’insuffisance ou la pauvreté, qui se borne à nous soumettre avec ses nouvelles normes toujours plus restrictives, sa morale maximale pour la vénération d’une infra-humanité, il n’y aura aucune sublimité à la combattre, aucune sainteté à attendre, chacun pouvant faire la différence entre ce qui est subie de ce qui est logique, il n’y aura aucune action inspirée ici, c’est agir pour sa survie et celle de sa postérité, par conséquent, l’interdit est abolit.
    Autant l’universalité humaine que la supposée identique fraternité sont dorénavant immolées sur sur l’autel des faillis.
    La solidarité sociale fondée sur les liens familiaux et nationaux, on nous l’a volé!
    Alors, nous devons combattre, plus pour vaincre… mais pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *