https://fr.sputniknews.com/20211028/crise-du-gaz-en-moldavie-chisinau-annonce-des-progres-dans-les-pourparlers-avec-gazprom-1052373196.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

Kirill Batarin

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/04/02/1045430205_50:0:2070:2019_100x100_80_0_0_e1d7fbb08e90d4c0262bbfcb9e8a18a6.jpg

Kirill Batarin

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/04/02/1045430205_50:0:2070:2019_100x100_80_0_0_e1d7fbb08e90d4c0262bbfcb9e8a18a6.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/0a/1c/1052373427_222:0:2953:2048_1920x0_80_0_0_bbd456bf5aa06ea18b656c96d68d5e02.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

moldavie, russie, union européenne (ue), gazprom, gaz, josep borrell

Certains progrès dans les négociations entre les autorités moldaves et le groupe russe Gazprom ont été annoncés à Bruxelles par la Première ministre moldave. Ayant confirmé une aide financière de l’UE à la Moldavie, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrel, a avoué qu’elle ne pourrait pas résoudre le problème énergétique moldave.

La situation liée à l’approvisionnement en gaz à la Moldavie a été l’un des thèmes centraux des rencontres de la Première ministre du pays, Natalia Gavrilitsa, avec des officiels de l’Union européenne ces deux derniers jours à Bruxelles.

Commentant ce sujet, qui est parallèlement discuté par les autorités moldaves avec la direction du groupe russe Gazprom à Saint-Pétersbourg, Natalia Gavrilitsa a indiqué que des avancements avaient été faits par les parties.

“Nous avons été un partenaire solide pour Gazprom pendant des années, nous espérons de mener un dialogue pragmatique. Le vice-premier ministre [moldave, ndlr] Andreï Spinu se trouve ces jour-là à Saint-Pétersbourg, où il a rencontré Alexeï Miller [directeur général de Gazprom, ndlr], quelques progrès sont à noter”, a déclaré la haute fonctionnaire moldave aux journalistes à Bruxelles.

Elle a ajouté que la Moldavie serait intéressée à trouver des solutions pour s’assurer des livraisons en gaz à court comme à long terme.

Le Parlement moldave a décrété l’état d’urgence du 22 octobre au 20 novembre en raison d’une pénurie de combustible bleu dans le pays.

La mesure a été annoncée par les autorités moldaves sur fond de pourparlers avec Gazprom, qui attend que le pays rembourse sa dette de plus de 700 millions de dollars envers la compagnie pour signer un nouveau contrat.

Le géant gazier russe poursuit ses livraisons de gaz à la Moldavie jusqu’à fin octobre à 790 dollars pour 1.000 mètres cubes, un prix inférieur à ceux pratiqués sur le TTF néerlandais, marché de référence en Europe et qui, ces derniers jours, oscille autour des 1.000 dollars.
Selon Gazprom, la Moldavie provoque elle-même cette crise qui porte un caractère purement commercial et sera réglée dès que le pays paiera l’intégralité de sa dette envers le groupe énergétique russe.

Les négociations sur les livraisons de gaz à la Moldavie entre la direction de Gazprom et des officiels moldaves à Saint-Pétersbourg se poursuivent, a informé le service de presse de l’entreprise russe ce 28 octobre en fin journée.

Soutien de l’UE qui ne résout le problème

L’UE a décidé d’allouer à Moldavie une aide de 60 million d’euros pour gérer la crise énergétique actuelle.

L’engagement annoncé la veille par la Présidente de l’UE, Ursula von der Leyen, a été confirmé ce jeudi 28 octobre par le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrel.

Ayant accusé Gazprom d’instrumentaliser ses approvisionnements en gaz à des fins politiques, M.Borrel a avoué que cette aide financière ne pourrait pas résoudre le problème.

“Nous devons chercher d’autres types de solutions que le simple financement [européen, ndlr] de l’écart entre les prix actuels et les prix élevés demandés par Gazprom”, a signalé le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *