Pour Manlio Dinucci, le danger du réchauffement climatique n’évoque pas grand-chose par rapport à la menace bien plus dévastatrice de l’hiver nucléaire que certains participants de la COP26 préparent avec hâte.



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *