Alors que les villes s’étendent, et que les plages accueillent de plus en plus des visiteurs, la quantité de déchets plastiques générée augmente, et les emballages en polystyrène des repas à emporter finissent souvent dans la mer. Le polystyrène est l’un des plastiques les plus utilisés au monde, mais aussi l’un des moins recyclés, entre autres à cause du coût élevé du transport de ces produits jusqu’aux sites de traitement. Ce produit est souvent brûlé, enterré ou rejeté dans l’environnement, ce qui préoccupe les défenseurs de la biodiversité et met en danger notre santé. Pour lutter contre cette problématique, une ferme verticale de ténébrions va voir le jour à Florange en Moselle début 2022. Ces vers de farine sont en effet capables de désagréger des emballages en polyéthylène et en polystyrène.

Une technologie inoffensive pour les ténébrions meuniers, ou vers de farine

Les ténébrions meuniers (Tenebrio molitor), aussi connus sous le nom de vers de farine, sont l’un des plus grands ravageurs de produits céréaliers entreposés. L’insecte est indigène en Europe, mais sa distribution est actuellement cosmopolite. Heureusement, ces vers ne sont pas seulement friands de la farine de nos placards : la mousse de polystyrène est aussi efficacement dégradée dans l’intestin des larves par des micro-organismes. Des recherches ont étudié le remplacement de la nourriture habituelle des ténébrions, la farine d’avoine, par le polystyrène. Malgré les réticences de certains scientifiques, un projet de ferme d’insectes, “Worm Generation”, espère maintenant résoudre le problème du recyclage du polystyrène à l’aide de ces vers, sans que cette alimentation représente un danger pour eux.

Une ferme qui s’inscrit dans un projet d’économie circulaire

Grâce à l’aide de la start-up EntoInnov et de l’entreprise Valoprest (qui participe à recherche de financement), les vers seront ensuite transformés en protéines pour animaux, et leurs déjections, riches en nutriments, seront transformées en engrais naturel. “Ces insectes pourront ensuite être transformés en farine alimentaire pour animaux (poissons, poules), protéinée, locale et écologique, ou en un riche fertilisant naturel pour les agriculteurs”, expliquent Vincent Heurtel et Gabriel van den Broek, les cofondateurs de “Worm Génération”. La mise en service d’une première ferme d’insectes est prévue pour 2023.

Une efficacité limitée

“Worm Génération”, qui travaille sur cette technologie depuis janvier 2020, a testé la technique avec de bons résultats. Le principe a été vérifié dans une petite ferme de 600 m² (un dixième de terrain de football). Les larves ont été capables de dégrader jusqu’à une tonne de déchets de polystyrène par mois, soit huit piscines olympiques remplies de déchets ! Mais, selon une étude de septembre 2020, le processus de biodégradation du polystyrène à l’aide des vers de farine, pose des problèmes en termes d’efficacité. Le polystyrène et/ou les produits éventuels de sa dégradation sont une source inexistante ou insuffisante de masse et d’énergie pour les larves, ne permettant pas aux vers de finir leur cycle de vie… Résultats mitigés, donc.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *