Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

Après que la petite Faina Savenkova a envoyé une lettre au Secrétaire général de l’ONU pour dénoncer l’apparition de ses données personnelles sur le site Mirotvorets, l’UNICEF a enfin réagi à ce problème, poussant la médiatrice ukrainienne aux Droits de l’homme à demander le retrait des données personnelles d’enfants présentes sur le site.

Rappel des faits. En octobre 2021, la petite Faina Savenkova, jeune auteure de Lougansk, découvre que ses données personnelles ont été publiées sur le site Mirotvorets, car elle serait une « ennemie de l’Ukraine ». La jeune fille en appelle alors au Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, afin de bloquer le site Mirotvorets, puisque ce dernier viole la loi et met en danger des enfants. En vain.

Devant l’inaction des autorités ukrainiennes, Faina écrit alors au Secrétaire général de l’ONU, une lettre dénonçant cette violation flagrante des droits des enfants par le site Mirotvorets, afin que ces institutions fassent pression sur l’Ukraine. Une copie de cette lettre a été envoyée à l’UNICEF.

Une semaine plus tard, le 2 novembre, l’UNICEF réagit, via sa Directrice générale, Henrietta Fore, qui a répondu par écrit à la représentation de la Russie à l’ONU (qui avait transmis la lettre de Faina).

Dans sa lettre, Henrietta Fore « confirme que Faina, comme d’autres enfants, a le droit légitime d’exprimer sa position et d’être protégée de toute attaque et agression en le faisant » peut-on lire sur la chaîne Telegram du vice-représentant de la Russie à l’ONU, Dmitri Polyanski.

« L’UNICEF prévoit de discuter de la situation avec les « partenaires concernés en Ukraine » ainsi que de parler à Faina elle-même, à qui la fondation souhaite bonne chance et inspiration créative », indique aussi la lettre de l’institution.

Il semble que cette fois-ci le scandale soit trop gros pour être caché sous le tapis, et la réaction de l’UNICEF face à la publication de données personnelles d’enfants sur Mirotvorets, a été reçue cinq sur cinq en Ukraine.

Car dans le même temps, la médiatrice ukrainienne aux Droits de l’homme, Lioudmila Denissova, a demandé à la police ukrainienne et au SBU de faire retirer du site Mirotvorets les informations concernant les enfants.

« J’ai demandé à la police nationale ukrainienne et au service de sécurité de l’Ukraine [SBU – note de la traductrice] de prendre des mesures pour supprimer les informations sur les mineurs et les enfants des listes du site Mirotvorets afin d’éviter que leurs droits soient violés et qu’ils soient impliqués dans le conflit armé », a écrit Mme Denissova sur sa chaîne Telegram.

Reste à voir si les forces de l’ordre ukrainiennes vont faire leur travail pour une fois, et se plier à l’injonction. Pour l’instant, le site Mirotvorets n’a toujours pas retiré les données personnelles de Faina Savenkova.

Christelle Néant

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *