Le FBI a effectué deux descentes à des adresses dans le cadre d’une enquête sur la manière dont le journal intime d’Ashley Biden, dans lequel elle révèle s’être douchée avec son père Joe, a été obtenu.

Comme rapporté au début de l’année, l’auteure du journal a révélé qu’elle pensait avoir été agressée sexuellement dans son enfance et avoir partagé des douches « probablement pas appropriées » avec son père.

Bien que la plupart des grands médias aient ignoré cette histoire sordide, un rapport du New York Times a révélé vendredi que le FBI avait effectué deux descentes à des adresses dans le cadre d’une enquête sur la façon dont le journal a été obtenu.

C’est ce que rapporte Nationalfile.com : Bien que le nom du journaliste de National File, Patrick Howley, et le nom légal de la société propriétaire de National File soient cités, l’article ne mentionne pas du tout National File et ne parle pas de ce que contenait le journal lui-même.

De même, les journalistes traditionnels, lorsqu’ils tweetent au sujet de l’article du New York Times, ne mentionnent pas non plus National File, ni les révélations elles-mêmes :

L’article affirme que les enquêteurs fédéraux sont composés d’agents du FBI et de « procureurs fédéraux de Manhattan qui travaillent sur des affaires de corruption publique » pour le compte du district sud de New York. L’enquête aurait été ouverte par le procureur général de l’époque, Bill Barr, après qu’un représentant de la famille Biden ait signalé en octobre 2020 que le journal intime, ainsi que « plusieurs » objets personnels d’Ashley Biden, avaient été volés lors d’un cambriolage.

Cette information est contraire à celle fournie à National File par un lanceur d’alerte de Project Veritas, qui a expliqué que le journal intime avait été laissé à une adresse où la fille de Joe Biden avait l’habitude de séjourner.

Selon l’article, le FBI n’a pas voulu faire de commentaires sur l’enquête, se contentant de dire que des agents avaient « effectué des activités de maintien de l’ordre liées à une enquête en cours » à deux endroits.

Dans une vidéo postée sur les médias sociaux, James O’Keefe de Project Veritas note que le FBI du père d’Ashley Biden pourrait créer un dangereux précédent en poursuivant, apparemment, des poursuites pénales contre des journalistes pour le crime de collecte d’informations auprès de sources.

National File n’a aucune relation commerciale avec Project Veritas et tout chevauchement géographique circonstanciel est purement pratique.

Source: ASR

——-

Fawkes: Voilà l’extrait en question.

“Hypersexualisée à un jeune âge, à quoi est-ce du? Ai-je était agressé sexuellement. Je le pense. Je ne peux pas me souvenir de détails précis mais je me souviens d’un traumatisme. je me souviens de ne pas avoir aimé la maison des Woolzacks ; Je me souviens avoir été un peu sexualisé avec caroline ; Je me souviens d’avoir eu des relations sexuelles avec des amis à un jeune âge ; de douches avec mon père (probablement pas appropriées)”, d’être excitée quand je n’étais supposée l’être. Je me souviens des conseils. Je détestais qu’on me nettoie les oreilles, je me frappais le vagin à cause du fait de trop entendre les relations sexuelles de mes parents.”






-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *