4) Sortir de la crise

La science nous a réservé de nombreuses surprises dans cette pandémie. Nous avons appris que si les vaccins n’arrêtent pas toujours la propagation, ils protègent les personnes vaccinées contre les maladies graves et la mort pendant plusieurs mois. Nous avons appris, comme le souligne le New York Times, qu’”un enfant non vacciné court moins de risques de contracter une maladie grave liée au COVID qu’une personne de 70 ans vaccinée.” Nous avons appris qu’Emily Oster, l’auteur et universitaire qui a été la première à attirer notre attention sur ce fait, a été maltraitée pendant des mois parce qu’elle était en dehors de la narration. Mais elle a finalement été innocentée, et cet abus des scientifiques et des universitaires qui cherchent la vérité faisait également partie de la norme de l’époque de la pandémie. Nous avons également appris que vous êtes plus en sécurité dans une pièce, ou même dans un avion, avec des personnes qui ont récupéré du COVID qu’avec des personnes qui ont été vaccinées (surtout il y a plus de quatre mois). En d’autres termes, l’immunité des personnes qui ont souffert du COVID tient bon jusqu’à présent.

Alors, pourquoi une bonne nouvelle comme celle-ci n’est-elle pas assimilée ?

Je pense que c’est à cause de notre vieil ami, le système immunitaire comportemental. L’état d’esprit de nombreuses personnes face à la pandémie s’est formé très tôt, lorsque le SIC était en pleine explosion, et qu’elles ont été instruites par un récit magistral qui promettait qu’il n’y aurait qu’un seul type de personne qui ne poserait pas de danger – la personne vaccinée. Coincés dans cet état d’esprit, lorsqu’ils sont confrontés à des personnes non vaccinées, dont la moitié environ est immunisée, ils réagissent par la peur, l’hostilité et le dégoût générés par le SIC. Certains vont encore plus loin et semblent presque dépendants de la peur, ou restent prisonniers d’une sorte de nostalgie post-traumatique, exigeant que toutes les protections précédentes soient maintenues indéfiniment, sans jamais tenir compte des coûts, et déclenchant toujours plus de méfiance. Leur esprit est détourné par un circuit cérébral primitif, archaïque et cognitivement rigide, et ne se reposera pas tant qu’il y aura même une personne non vaccinée.

Pour certains, il semble que ce soit l’état d’esprit non seulement d’une certaine cohorte de leurs concitoyens, mais aussi du gouvernement lui-même. De plus, comme l’hésitation à se faire vacciner repose en grande partie sur la méfiance à l’égard du gouvernement et des institutions connexes, elle doit être comprise non seulement en termes de vaccins, mais aussi dans le contexte plus large de la pandémie – avant tout, en d’autres termes, de l’expérience des confinements.

Pour beaucoup, la confiance a été brisée par les confinements, qui ont dévasté les petites entreprises et leurs employés, même lorsqu’elles respectaient les règles de sécurité, de sorte qu’on estime qu’un tiers des entreprises ouvertes en janvier 2020 étaient fermées en avril 2021, alors même que nous maintenions ouverts les grands magasins à grande surface, où les gens s’entassent. Ces politiques ont sans doute été la plus grande attaque contre les classes laborieuses – dont beaucoup ont protégé le reste d’entre nous en maintenant la société au plus fort de la pandémie – depuis des décennies. Le fait que ces politiques aient également enrichi des personnes déjà incroyablement riches (on estime que la richesse combinée des dix hommes les plus riches du monde – Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Bill Gates et Larry Page – a augmenté de 540 milliards de dollars au cours des dix premiers mois de la pandémie), et que les divers politiciens qui ont institué les confinements aient été régulièrement surpris en train de contourner leurs propres réglementations, a renforcé cette méfiance.

Et pourtant, ce sont les non-vaccinés que de nombreux responsables continuent de présenter comme mettant imprudemment en danger le reste du pays. “Nous allons protéger les travailleurs vaccinés de leurs collègues non vaccinés”, a déclaré le président Biden. Les non-vaccinés sont maintenant présentés comme la seule source de variantes futures, prolongeant la douleur pour le reste d’entre nous. Pour les partisans de l’obligation, le vaccin est le seul moyen de sortir de cette crise. Pour eux, les hésitants au vaccin sont simplement ignorants, et défient la science. Nous avons essayé d’utiliser une approche volontaire, croient-ils, mais ces personnes sont des Néandertaliens qui doivent maintenant être contraints à un traitement, ou être punis. Parmi les punitions demandées, il n’y a pas seulement la perte de l’emploi, mais aussi de l’assurance-emploi, des soins de santé, de l’accès aux lits de soins intensifs, et même de la possibilité d’aller à l’épicerie.

Il n’est pas anodin de passer outre le sentiment fondamental, dans une démocratie, que si quelque chose appartient à quelqu’un, c’est bien son corps. L’idée de l’État ou d’un médecin effectuant une procédure médicale de force sur une personne, ou la droguant pour l’obliger à se conformer sans son consentement, est un thème constant et terrifiant de nombreuses dystopies de science-fiction, et c’est une peur très profonde dans la psyché moderne. Cette peur est plus profonde chez certaines personnes que leur peur du virus, ou de perdre leur emploi ou leur pension, comme nous le constatons. L’histoire montre que ce ne sont pas de simples fantasmes : Les abus passés en matière de médecine et de santé publique ont réellement fait appel à des injections forcées de médicaments, à des opérations, à des stérilisations et même à des abus psychiatriques, tant dans les sociétés totalitaires que dans les sociétés démocratiques.

De plus, dire aux personnes non vaccinées : “Mais c’est au nom du plus grand bien !” revient à avancer l’argument utilitaire selon lequel nous devons nous efforcer d’obtenir le plus grand bien pour le plus grand nombre. Une version de l’utilitarisme est souvent la philosophie directrice de la santé publique. Mais cela soulève une série de questions : Comment mesurons-nous le bien ? Est-il le même pour tous ? Est-ce que c’est à votre grand-mère de 89 ans, à qui il reste peu de temps, de décider si elle doit passer les dernières années de sa vie dans un isolement total, ou risquer le COVID mais voir ses proches ? Et les grandes questions : Pouvez-vous expliquer comment vous aidez le groupe quand, en passant outre les droits individuels, vous dégradez le groupe dans son ensemble en affaiblissant chaque individu qui le compose ? Savez-vous que les plus grands maux de l’histoire ont aussi toujours été commis au nom de cette abstraction qu’est “le plus grand bien” ? Sans réponse préalable à ces questions, l’utilitarisme n’est qu’une forme superficielle d’arithmétique, qui se fait passer pour de la philosophie morale.

Il n’est pas irrationnel d’insister pour que le discours public aborde sérieusement des questions comme celles-ci, et que toute contrainte étatique liée au corps des personnes soit basée sur un argument irréprochable, sans faille et bien exprimé. Ce n’est pas le cas.

* * *

Quelle est, en termes de politique rationnelle et de santé publique, la meilleure justification de l’État pour imposer l’injection en masse d’un médicament ?

La première justification est qu’ils nous permettent d’atteindre plus rapidement l’immunité collective. Mais comme le notent Jay Bhattacharya, épidémiologiste à Stanford, et Jonathan Ketcham, économiste à l’université d’État de l’Arizona, “nous avons de bonnes raisons de douter que, si la plupart des gens se faisaient vacciner, nous atteindrions l’immunité collective”. Ceci parce que, comme nous l’avons vu, les vaccins actuels s’estompent au bout de cinq mois environ.

Même les scientifiques qui pensent que les vaccins nous aideront à atteindre l’immunité collective sont divisés sur le pourcentage de la population à vacciner pour y parvenir. Au début de la pandémie, M. Fauci a déclaré qu’il ne fallait pas plus de 60 à 70 % de la population pour atteindre l’immunité collective, mais au fil du temps, il a augmenté ces chiffres. En décembre 2020, lorsque le New York Times a remarqué que Fauci “modifiait discrètement ce chiffre à la hausse”, il a expliqué qu’il établissait ces pourcentages sur la base d’un mélange de données scientifiques et de ce qu’il pensait que le public était prêt à entendre, admettant ainsi : “Nous ne savons vraiment pas quel est le vrai chiffre.” Le président Biden a récemment déclaré que nous pourrions avoir besoin que 98 % des Américains soient vaccinés pour atteindre l’objectif.

Y a-t-il un consensus scientifique derrière cette affirmation de 98 % ? En fait, un certain nombre d’épidémiologistes, d’experts en maladies infectieuses et de responsables contestent l’idée que nous ayons besoin d’un chiffre proche de 98 %. Même ceux qui sont favorables à l’obligation, comme le Dr Monica Ghandi, professeur de médecine clinique à l’université de Californie à San Francisco, estiment que “rien ne prouve que nous ayons besoin d’un taux de vaccination aussi élevé [98 %] pour revenir à la normale”. D’autres pays, comme le Danemark, ont opté pour un taux de vaccination de 74% comme acceptable afin de lever certaines restrictions, surtout si les plus vulnérables sont vaccinés à un taux plus élevé. La Norvège a levé toutes les restrictions lorsqu’elle a atteint un taux de vaccination de 67 %.

Le fait est que la science évolue, parfois de jour en jour. Il est raisonnable que les personnes qui s’en aperçoivent s’en inquiètent, et il est – à tout le moins – malhonnête de les présenter comme simplement irrationnelles.

La deuxième justification de l’obligation est que l’État a l’obligation de protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger eux-mêmes d’une maladie infectieuse qui leur est transmise par d’autres – c’est-à-dire que les personnes non vaccinées n’ont pas le “droit” de “mettre en danger” et d’infecter les autres. Comme beaucoup l’ont fait remarquer, il est difficile de décrire notre époque de cette manière, puisque les vaccins, et maintenant les rappels, sont librement et largement disponibles, et que les gens peuvent se protéger s’ils le souhaitent. Bien entendu, cela révèle le véritable problème, à savoir que les personnes vaccinées ne bénéficient pas, en fait, d’une immunité complète, comme c’est le cas, par exemple, pour les vaccins contre la polio ou la rougeole.

Et sur ce point, les scientifiques sont de plus en plus d’accord : Nous ne pouvons pas “éradiquer” ce virus mutant à ce stade. Il ne s’agit probablement pas d’un cas comme celui de la variole, qui a été éradiqué parce que le virus et les vaccins répondaient à une série de critères. Donald Ainslee Henderson, qui a dirigé la campagne d’éradication de la variole de l’OMS, a écrit que la variole se prêtait particulièrement bien à l’éradication parce qu’elle n’existait pas dans les réservoirs animaux, qu’il était facile d’identifier les cas, même dans les plus petits villages, grâce à son horrible éruption distinctive (il n’était donc pas nécessaire de faire un test pour la détecter), que le vaccin conférait une immunité qui durait dix ans et que l’immunité naturelle était facile à identifier grâce aux cicatrices laissées par la variole. Le COVID ne remplit aucune de ces conditions.

“Si nous sommes obligés de choisir un vaccin qui n’offre qu’une année de protection”, a déclaré Larry Brilliant, un épidémiologiste qui a également participé à l’élimination de la variole, “nous sommes condamnés à ce que le COVID devienne endémique, une infection qui sera toujours parmi nous”. Depuis, lui et cinq autres scientifiques ont soutenu ensemble que le COVID ne disparaîtra pas, parce qu’il se développe chez une douzaine d’espèces animales, et que des variantes lui permettent d’apparaître dans des endroits qui l’avaient autrefois repoussé. (C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains scientifiques affirment qu’il faut vacciner plus de 90 % de la population, afin de protéger la population d’un virus qui fera le ping-pong dans les parties non vaccinées du globe pendant des années). Comme Brilliant et ses collègues l’ont écrit récemment : “Chez les humains, l’immunité de groupe mondiale, autrefois promue comme une solution unique, est inatteignable.”

Donc, s’il est exact que nous ne pouvons pas éradiquer le virus, et que nous ne pouvons pas obtenir une immunité de groupe durable induite par le vaccin, quel est notre objectif ? Ce serait, pour reprendre l’expression de Monica Gandhi, de “revenir à la normale”. Il s’agirait d’accepter une certaine immunité de groupe naturelle et de s’attacher davantage à sauver des vies par d’autres moyens que les vaccins, notamment en améliorant les médicaments administrés en consultation externe pour traiter le COVID à un stade précoce et éviter l’hospitalisation, en réduisant les facteurs de risque individuels et en accélérant la distribution des vaccins aux personnes très vulnérables en cas d’épidémie, en leur donnant la priorité sur les personnes déjà immunisées.

Le fait que les justifications données à l’origine pour imposer une vaccination de masse soient si affaiblies est l’un des nombreux défis inattendus du COVID, un défi qui nécessite une réflexion souple, de nouveaux types de planification et surtout une reconnaissance, de peur que son déni ne devienne un nouvel exemple de confiance bafouée.

* * *

Pour aborder le problème de la confiance en général, nous pouvons revenir aux deux types de systèmes de santé publique, le coercitif et le participatif. Les États-Unis ont toutes sortes de contraintes, mais continuent d’avoir des taux très élevés d’hésitation et d’évitement des vaccins. En revanche, la Suède est le principal exemple d’un modèle de santé publique participatif. “La Suède a l’un des taux de vaccination les plus élevés au monde, et la plus grande confiance dans les vaccins au monde. Mais il n’y a absolument aucune contrainte”, note M. Kulldorff – là encore, l’un des plus grands épidémiologistes au monde, spécialiste de la sécurité des vaccins et consultant auprès du sous-groupe technique de l’ACIP COVID-19 sur la sécurité des vaccins. “Si vous voulez avoir une grande confiance dans les vaccins, il faut que ce soit volontaire ….. Si vous imposez quelque chose aux gens, si vous contraignez quelqu’un à faire quelque chose, cela peut se retourner contre vous. La santé publique doit être fondée sur la confiance. Si les responsables de la santé publique veulent que le public leur fasse confiance, ils doivent aussi faire confiance au public.” Tout comme l’indemnisation de l’industrie pharmaceutique a supprimé son incitation à améliorer la sécurité, les contraintes suppriment l’incitation de la santé publique à avoir une communication meilleure et plus cohérente – à écouter, à comprendre, à éduquer et à persuader – qui est ce qui crée la confiance.

Kulldorff se fait l’écho de Zubin Damania, un médecin et une personnalité de l’Internet qui se fait appeler ZDoggMD, et qui est, selon moi, l’un des plus efficaces pour persuader les personnes qui hésitent à se faire vacciner. “Dans le passé, je me suis tellement trompé sur certaines choses”, a-t-il déclaré dans une vidéo.

En fait, à un moment de ma carrière, j’ai pensé que c’était une bonne idée de faire honte aux anti-vaxx parce qu’ils étaient si dangereux pour les enfants. C’était avant la pandémie, et cela ne marche jamais pour convaincre les anti-vaxx. Je recevais rarement des courriels de gens qui me disaient : “J’étais sur la défensive et tu m’as convaincu avec ton discours fou sur la stupidité des anti-vaxx… Puis j’ai commencé à me réveiller un peu… Pourquoi les gens se sentent-ils ainsi ? Et quand on creuse vraiment la question, on se dit que l’on peut comprendre. En fait, nous partageons le même objectif, qui est que nos enfants soient en bonne santé, donc, et vous pensez vraiment que cela va vous aider, donc bien sûr que vous allez le faire, en fait je devrais vous aimer pour essayer de faire la bonne chose pour nos enfants …

En effet, diaboliser les gens parce qu’ils ont des doutes est la pire décision que nous puissions prendre, d’autant plus que nos systèmes de réglementation des médicaments et des vaccins présentent de sérieux problèmes. Certaines organisations de santé se sont suffisamment inquiétées des effets de la non-transparence pour qu’un groupe se forme, composé de la Faculté de pharmacie Leslie Dan de l’Université de Toronto, de Transparency International et du Centre de collaboration de l’OMS (CC OMS) pour la gouvernance, la responsabilité et la transparence dans le secteur pharmaceutique. Dans un rapport publié récemment, l’alliance a analysé 86 essais cliniques de vaccins enregistrés portant sur 20 vaccins COVID, et a constaté que seuls 12 % d’entre eux avaient rendu leurs protocoles disponibles en mai 2021. Un grand nombre de décisions clés affectant le public n’ont jamais été rendues publiques. Le gouvernement américain devrait immédiatement donner au public et aux scientifiques extérieurs l’accès aux données brutes sur lesquelles sont basées les études, ainsi qu’aux procès-verbaux des réunions où sont prises les décisions majeures sur des politiques telles que les mandats ; nous avons besoin du type de transparence que Peter Doshi a demandé aux entreprises pharmaceutiques, et que Kesselheim a demandé à la FDA. Doshi et certains collègues d’Oxford ont demandé, par exemple, quelles étaient les raisons pour lesquelles les organismes de réglementation autorisaient les entreprises pharmaceutiques à ne pas choisir l’hospitalisation, le décès ou la transmission virale comme “paramètres” dans les études d’autorisation. Voyons les délibérations internes ; voyons les comptes rendus des réunions cruciales. Ces chercheurs ne font qu’être fidèles à la devise de la Royal Society, la première institution scientifique nationale jamais créée : Nullias in verba, “Take Nobody’s Word For It” (Ne croyez personne sur parole).

Reconnaître l’existence de graves problèmes dans les organismes de réglementation ou au sein de l’industrie pharmaceutique ne signifie pas croire que tout ce que ce système produit est vicié ou que tous les membres de ces institutions sont corrompus. En fait, cela permet de défendre ceux qui sont les plus intègres, car ce sont eux qui sont les plus frustrés par un système qui nécessite une restructuration radicale et un nouveau leadership. Même si – et surtout si – nous nous considérons comme “pro-vaccins”, nous devrions vouloir sauver cette technologie extraordinaire d’un système défectueux et cassé, caractérisé par une mauvaise réglementation, des tests insuffisamment transparents et des messages manipulateurs.

Mais beaucoup choisissent plutôt de remplacer ce débat par un système qui sous-tend le déploiement des vaccins obligatoires – une stratégie qui dérange même certains de ceux qui ont été très investis dans le succès des vaccins.

“À l’heure actuelle, avec ces obligations de vaccination et ces passeports vaccinaux, ces mesures coercitives détournent beaucoup de gens des vaccins et ne leur font pas confiance, pour des raisons très compréhensibles”, explique M. Kulldorff. “Les partisans de ces obligations et passeports vaccinaux – que je qualifierais de fanatiques du vaccin – ont fait beaucoup plus de dégâts en un an que les anti-vaxx en deux décennies. Je dirais même que ces fanatiques du vaccin sont les plus grands anti-vaxx que nous ayons actuellement.” Ceux qui félicitent les États-Unis pour les obligations qui “fonctionnent” oublient commodément que chacune de ces “victoires” est potentiellement une recrue pour une armée de ressentiment qui ne croit pas aux vaccins. Imaginez un scénario – qui se déroule déjà en Israël – dans lequel des rappels réguliers sont jugés nécessaires : A quel point pensez-vous qu’il sera facile d’entraîner ces gens dans cette action tous les six mois ? N’aurait-il pas été plus efficace de leur permettre de s’approprier ces actions par eux-mêmes beaucoup plus tôt – rendant ainsi plus probable leur maintien dans le temps ?

Il existe des moyens pour nous tous, professionnels de la santé ou non, d’arrêter l’hémorragie, en commençant par changer notre orientation envers ceux qui sont sceptiques.

Je dois revenir ici à Damania, dont les vidéos très regardées ont tenté de persuader les hésitants de se faire vacciner. “J’adore les vaccins contre le coronavirus”, a déclaré M. Damania. “Ils fonctionnent, ils sauvent des vies, ils préviennent les maladies graves. L’immunité est notre seul moyen de traverser une pandémie, que ce soit en étant infecté naturellement ou en étant vacciné.” Et pourtant, il pense lui aussi que les contraintes vont “faire reculer la cause de la vaccination et accroître les divisions tribales.”

Au lieu de la coercition, il propose l’engagement. Lorsqu’un spectateur (dans le tchat ou dans un courriel personnel qui lui est adressé) fait part de ses préoccupations, Damania ne minimise pas la situation et ne contourne pas les problèmes ; il les aborde. Il aborde les études contradictoires en faisant appel à certains des meilleurs épidémiologistes et experts en santé publique du monde, et nous montre le monde réel des médecins et des scientifiques en accord et en désaccord. Il reconnaît quand la science n’est pas aussi irréprochable que les officiels le présentent. Et il n’utilise pas d’approche unique, s’il peut l’éviter : Si une personne soulève un problème de santé personnel – une allergie, un problème immunitaire ou un problème cardiaque – il en tient compte et, parfois, la personne décide de se faire vacciner. Parfois, elle décide de ne pas le faire, et le médecin lui souhaite bonne chance. En conséquence, les gens se sentent écoutés et deviennent plus ouverts à ce qu’il a à dire. Que l’on soit d’accord ou non avec ses conseils (je suis souvent d’accord, ou j’en viens à l’être, mais pas à chaque fois), son approche respectueuse me semble irréprochable et, à en juger par les résultats, efficace.

Outre les médecins de premier recours, les “pro-vaccins” (mais non professionnels) ont également un rôle à jouer ici, en reconnaissant que la méfiance de certains de leurs concitoyens est tout à fait justifiée : Les poches apparemment sans fond des laboratoires pharmaceutiques, la censure inadmissible des scientifiques, le grotesque de voir les riches, non masqués au Met Gala, servis par une classe de domestiques masqués, les inconvénients et la controverse entourant le port du masque pour les écoliers, etc. Si on ne les écoute pas quand ils ont manifestement raison, pourquoi écouteraient-ils les autres ?

* * *

Certains pourraient arriver à la fin de cet essai et se demander pourquoi je me suis fait vacciner, moi qui suis si conscient de tous les problèmes liés au processus réglementaire et à la transparence des études aux États-Unis. Je l’ai fait lorsque j’ai eu le temps de réfléchir à ma propre situation, comme l’ont fait de nombreux amis médecins. Nous savions que le COVID était pour beaucoup une bête à ne pas prendre à la légère. Comme eux, j’ai adopté une approche individualisée, ce que chacun devrait idéalement pouvoir faire avec son propre médecin s’il a des problèmes de santé particuliers. Pour moi, cela signifiait prendre en compte la prévalence du virus à l’époque dans ma région, sa létalité et ses effets possibles à long terme chez une personne de mon âge, de mon sexe, avec mes propres antécédents de santé, et la probabilité d’effets secondaires connus à l’époque, ainsi que ma propre réaction aux vaccins dans le passé, et le fait que je n’avais pas d’allergies aux additifs. Les essais cliniques présentaient des problèmes de transparence, ce qui signifie que nous ignorions beaucoup de choses, mais déjà au moment où j’ai reçu ma propre injection, nous savions que les vaccins faisaient baisser le nombre de décès. Tout en tenant compte de ma propre tolérance au risque, j’ai essayé de ne pas prétendre que j’en savais plus qu’en réalité, que ce soit sur COVID ou sur les vaccins.

Bien sûr, les gouvernements ne voudront pas s’appuyer sur un système dans lequel chacun est encouragé à aller voir son médecin pour une sorte de discussion individualisée. Mais nous ne parlons pas de tout le monde ici. Nous parlons de personnes qui ne sont toujours pas convaincues, après que notre système de santé publique ait fait de son mieux pour mener une campagne de vaccination de masse. Il s’agit d’une minorité de citoyens, mais d’une minorité non négligeable. Nous pouvons soit choisir, comme nous l’avons fait, de les contraindre par des privations économiques et sociales. Ou nous pouvons travailler à mieux les impliquer.

Pour Tocqueville, “la tyrannie de la majorité sur la minorité” est le danger toujours présent dans les démocraties, dont le remède, selon John Stuart Mill, est la protection des droits des minorités et, surtout, le droit de continuer à s’exprimer – même si une opinion majoritaire semble se cristalliser. Mill, fils de l’homme qui a contribué à inventer l’utilitarisme, a finalement été influencé et transformé par la notion de tyrannie de la majorité de Tocqueville, et a fait remarquer que la tyrannie propre à la démocratie donnait lieu au “mal particulier de réduire au silence l’expression d’une opinion” dans la sphère sociale, dans nos sociétés dites libres. Cela l’a poussé à écrire son grand plaidoyer en faveur de la liberté d’expression, dans De la liberté :

Se protéger contre la tyrannie du magistrat ne suffit donc pas. Il faut aussi se protéger contre la tyrannie de l’opinion et du sentiment dominant, contre la tendance de la société à imposer, par d’autres moyens que les sanctions pénales, ses propres idées et ses propres pratiques comme règles de conduite à ceux qui ne seraient pas du même avis. Il faut encore se protéger contre sa tendance à entraver le développement, voire à empêcher la formation de toute individualité qui ne serait pas en harmonie avec ses us et coutumes et à forcer tous les caractères à se façonner sur un modèle préétabli. Il existe une limite à l’ingérence légitime de l’opinion collective dans l’indépendance individuelle : trouver cette limite et la défendre contre tout empiétement éventuel est tout aussi indispensable à la bonne marche des affaires humaines que se protéger contre le despotisme politique.

Trouver cette limite et la conserver devient la tâche difficile mais essentielle lorsqu’un fléau s’attaque à une démocratie, surtout si elle souhaite rester suffisamment saine pour survivre.

Norman Doidge

Norman Doidge, qui contribue à la rédaction de Tablet, est psychiatre, psychanalyste et auteur de The Brain That Changes Itself et The Brain’s Way of Healing. Il est directeur exécutif de Health and the Greater Good.

Traduction “si la qualité d’une société se mesure à la qualité des échanges d’idées, on est mal barrés…” par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *