https://fr.sputniknews.com/20211109/la-has-recommande-aux-moins-de-30-ans-de-se-faire-vacciner-avec-le-pfizer-plutot-quavec-le-moderna-1052521778.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

Anastasia Patts

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/03/1044369641_0:117:853:970_100x100_80_0_0_99824c838d72ff32b47ada93d37306d9.jpg

Anastasia Patts

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/03/1044369641_0:117:853:970_100x100_80_0_0_99824c838d72ff32b47ada93d37306d9.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e5/04/17/1045512899_545:0:3274:2047_1920x0_80_0_0_78c6c3ba66f6fe8d7ab3d488d1ad1afc.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

chine, jeunes, vaccination, haute autorité de santé (has), moderna, pfizer

Après les pays scandinaves qui ont suspendu le vaccin de Moderna contre le Covid-19 pour les moins de 30 ans en raison de risque accru d’inflammations cardiaques, la HAS l’a déconseillé à cette tranche d’âge, suite à une étude française confirmant un risque cinq fois plus grand concernant ces complications qu’après une vaccination avec le Pfizer.

Après une étude française qui confirme l’existence d’un risque peu fréquent de myocardites et péricardites chez les jeunes associé à la vaccination avec le Spikevax de Moderna, la Haute autorité de santé (HAS) a mis en garde contre son administration aux moins de 30 ans dans un avis publié le 8 novembre.
Cette nouvelle conclusion survient trois semaines après un précédent avis négatif sur l’utilisation du vaccin de Moderna en tant que troisième dose. L’institution avait pointé le risque d’être atteint de ces complications, bien qu’elles soient “rares et spontanément résolutives dans la quasi-totalité des cas”.
En comparaison avec le vaccin de Pfizer provoquant 26,7 cas sur un million, ce médicament entraîne un risque cinq fois plus élevé, avec 131,6 cas de myocardites et péricardites par million, indique la récente étude Epi-Phare. Elle est basée sur les dernières données de pharmaco-épidémiologie transmises par l’ANSM et l’Assurance maladie. Il s’agit d’un cas de myocardite pour 37.500 injections de Pfizer et d’un cas pour 7.600 doses de Moderna.

Ce risque est particulièrement marqué chez les hommes après la deuxième dose de Spikevax. Les cas sont principalement survenus dans les sept jours suivant la vaccination.

Pour l’heure, aucun décès n’a été recensé parmi les personnes hospitalisées pour une péricardite ou une myocardite associée à l’immunisation.

Compte tenu de ces résultats, la HAS a confirmé “le risque de survenue de très rares cas de myocardites d’évolution favorable” et a recommandé d’avoir plutôt recours au vaccin Comirnaty de Pfizer “qu’il s’agisse de primo-vaccination ou de rappel”. Par ailleurs, la HAS pointe l’efficacité vaccinale “légèrement meilleure” du Moderna pour les plus de 30 ans.

Les autorités sanitaires attendent des données complémentaires et des conclusions du Pharmacovigilance Risk Assessment Committee (PRAC) afin de donner plus de précisions sur le sujet.

Pas de raisons de s’inquiéter

Interrogé sur cette nouvelle recommandation, le président de la stratégie vaccinale Alain Fischer s’est montré optimiste.

“Il n’y a vraiment pas de quoi s’inquiéter, c’est une mesure de prudence tout à fait raisonnable face à deux vaccins globalement efficaces et sûrs”, a-t-il déclaré auprès de Franceinfo.

Les deux vaccins à ARNm “ont un rapport bénéfice/risque qui reste excellent. Reste qu’on a le choix, et dans l’état des connaissances, les cas de myocardite sont un peu moins fréquents avec le vaccin de Pfizer chez les moins de 30 ans. Donc autant se mettre dans la situation la plus sûre. Pour les moins de 30 ans, c’est mieux de faire avec le Pfizer”, conclut-il.

Le directeur du groupe Epi-Phare a également mis en valeur l’efficacité des médicaments:

“Quand on met en balance l’efficacité des vaccins contre les formes graves de Covid-19 (évaluée à environ 90%) et ces risques existants mais peu fréquents, et à l’évolution favorable, le rapport bénéfice-risque des vaccins n’est pas remis en cause”, a estimé Mahmoud Zureik, directeur d’Epi-Phare, auprès de l’AFP.

Suspension du Moderna

Le vaccin de Moderna a été suspendu en Finlande, Suède, Norvège et Danemark, suite à la publication d’études confirmant un risque légèrement accru de développer une inflammation du myocarde.

Par ailleurs, la plupart de ces cas “sont bénins et passagers, guérissant d’eux-mêmes en quelques jours”, a noté le directeur de l’institut finlandais pour la Santé et le Bien-Etre, Mika Salminen.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *