https://fr.sputniknews.com/20211110/la-russie-explique-son-absence-a-la-reunion-ministerielle-sur-la-lutte-contre-la-pandemie-1052553295.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2021

Youlia Zvantsova

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/07/1044388468_0:0:1503:1503_100x100_80_0_0_ee0aaebc02d8c021aa5a740cd090fd99.jpg

Youlia Zvantsova

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e4/09/07/1044388468_0:0:1503:1503_100x100_80_0_0_ee0aaebc02d8c021aa5a740cd090fd99.jpg

Actus

fr_FR

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/103948/67/1039486769_59:0:2790:2048_1920x0_80_0_0_8bdaaa8214ebee07e78f029e5ce1bd6d.jpg

Sputnik France

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

russie, états-unis, ministère russe des affaires étrangères, maria zakharova, pandémie, réunion ministérielle, covid-19

Moscou n’a pas pu prendre part à la réunion en ligne sur les moyens de faire face à la pandémie de Covid organisée par les États-Unis parce que Washington l’a invitée trop tard et insistait sur la présence exclusive des ministres des Affaires étrangères. Or, Sergueï Lavrov était déjà occupé.

La Russie ne participe pas à la réunion ministérielle convoquée en visioconférence par les États-Unis sur la lutte contre la pandémie de Covid en raison de difficultés organisationnelles et du calendrier chargé du chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, a déclaré ce 10 novembre la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

“Ce n’est qu’à la fin du mois d’octobre que nous avons été informés de l’événement. Le calendrier de travail du ministre des Affaires étrangères était déjà élaboré et ne lui a pas permis de prendre part à cette réunion”, a-t-elle expliqué dans un commentaire.

Étant donné que la partie américaine n’était prête à inscrire sur la liste des participants que les ministres, il a été impossible pour la Russie de se faire représenter par un autre responsable, a indiqué Maria Zakharova.

Elle a ajouté que Moscou souhaitait un “plein succès” aux participants à la rencontre.

“Pour notre part, nous nous préparons activement à la session spéciale de l’Assemblée mondiale de la santé prévue pour le 29 novembre et le 1er décembre à Genève. Nous partons du fait que c’est sur cette plateforme-là, de niveau international, qu’il faut examiner les questions de lutte contre l’actuelle pandémie et les futurs défis à l’humanité dans le domaine des urgences sanitaires”, a-t-elle encore fait remarquer.

Maria Zakharova a rappelé que les États-Unis tenaient ce 10 novembre une réunion des ministres des Affaires étrangères consacrée aux moyens de lutter contre la pandémie de Covid. Moscou ne dispose pas de données détaillées sur le programme de la rencontre ni sur ses participants, a-t-elle encore noté.

“Une crise qui dépasse les frontières”

Le département d’État a rappelé lors d’un briefing spécial consacré à cette réunion que le monde vivait depuis presque deux ans dans les conditions de la pandémie qui a causé plus de cinq millions de décès et dévasté des économies entières. Qui plus est, de nouveaux variants ne cessent d’émerger, compliquant les efforts mondiaux pour mettre fin à la pandémie.

Dans ce contexte, les principaux sujets de la réunion ministérielle en ligne sont la production et la distribution de vaccins, ainsi que la préparation à d’éventuelles nouvelles pandémies, a fait savoir aux journalistes la veille de la rencontre Gayle Smith, la coordonnatrice Covid au département d’État. Elle a également précisé la raison de la convocation des ministres des Affaires étrangères.

“C’est une crise qui dépasse les frontières. Il s’agit d’une urgence sanitaire, et c’est important, mais c’est aussi un problème de sécurité nationale, en fait de sécurité mondiale. Cela nous menace tous”, a souligné Gayle Smith.

La pandémie a perturbé le commerce et les déplacements, impactant profondément les économies et le bien-être de toutes les populations, a-t-elle constaté.

“Nous avons invité des ministres de toutes les régions, ainsi que des organisations régionales afin d’examiner deux grands dossiers”, a-t-elle indiqué.

Le premier est de faire le point sur les “mesures en cours” prises face à la pandémie, notamment la fabrication de vaccins, leur distribution et “la réalisation d’objectifs ambitieux” dans ce domaine.

Le second sujet est de déterminer “ce que peut faire le monde pour préparer et prévenir à l’avenir” des pandémies comme celle-ci. Gayle Smith a estimé que les participants à la réunion pourraient discuter des médicaments destinés au traitement des personnes atteintes par le nouveau coronavirus.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *