par Mikhail Gamandiy-Egorov.

L’Etat éthiopien renforce ses choix stratégiques dans l’esprit souverainiste face à la poursuite des tentatives de nuisance à sa sécurité nationale et dans le cadre de l’interférence dans ses affaires intérieures. Nos prévisions quant à l’éloignement de plus en plus évident d’Addis-Abeba vis-à-vis de l’establishment occidental vont dans la confirmation.

En août dernier, Observateur Continental avait consacré un article sur l’éloignement qui prenait son envol de l’Ethiopie vis-à-vis de l’Occident. Et ce alors que durant de longues années, il était admis de considérer ce pays stratégique africain comme un partenaire proche, voire un allié, de l’establishment occidental, en premier lieu de Washington. Désormais, tout est bouleversé.

Un peu plus récemment, en septembre dernier, Observateur Continental avait également consacré un article sur les pressions extérieures en cours visant les puissances africaines, parmi lesquelles figurait l’Ethiopie. Ces mises en perspectives semblent confirmer les prévisions que le seul pays africain n’ayant jamais été colonisé – s’éloigne désormais inévitablement de l’axe occidental pour se positionner clairement au sein de l’axe souverainiste, panafricain et pro-multipolaire.

Au-delà des aspects purement géopolitique et sécuritaire, l’exemple éthiopien est très intéressant dans le sens qu’il met parfaitement en exergue les instruments de manipulation pratiqués par l’establishment politico-médiatique occidental. A ce titre, le cas du chef d’Etat éthiopien Abiy Ahmed – de l’adulation en qualité de chef d’Etat africain exemplaire jusqu’au dénigrement le plus total comme c’est le cas actuellement – est particulièrement révélateur. Au point d’en vouloir faire un nouvel «paria» sur la scène internationale de la part de l’Occident politique.

Evidemment et en ce qui concerne ce dernier point – sans grand succès, une fois de plus. Car au-delà de disposer d’un soutien de nombre de pays africains influents, ainsi que de la Chine, de la Russie, de l’Iran ou encore de la Turquie – le plus important étant certainement le soutien populaire toujours fort important de la population éthiopienne vis-à-vis d’Abiy Ahmed et de son gouvernement.

A ce titre, les dizaines de milliers de citoyens d’Ethiopie mobilisés ne serait-ce que dans la capitale du pays, sans même compter la mobilisation dans les autres régions éthiopiennes, ne font que renforcer cette thèse. Plus que cela, l’appel même à la mobilisation populaire du leadership éthiopien devrait être surtout vu comme une manière à rappeler aux Occidentaux qu’ils ne sont pas en terrain conquis, et que l’attachement à la souveraineté nationale est une valeur qui unit la très grande majorité des Ethiopiens. Les nombreuses résistances du passé face au néocolonialisme occidental ne font elles aussi que le confirmer.

Cela est d’autant plus important à l’heure où la guerre médiatique à l’encontre de l’Ethiopie ait atteint le summum de la part de nombre de médias occidentaux, pouvant être par la même occasion considérée comme une véritable guerre psychologique. Mais qui n’impressionne pas les Ethiopiens.

Par contre et ce dont on peut être désormais sûr, c’est que Washington – ayant énormément du mal à accepter les choix stratégiques souverainistes, panafricains et pro-multipolaires d’Addis-Abeba, y compris dans le sens du renforcement des relations avec la Chine et la Russie, est bel et bien partie prenante du conflit. L’annonce de la création d’une coalition rebelle qui déclare ouvertement vouloir faire tomber le gouvernement éthiopien – depuis la capitale étasunienne – est parfaitement révélatrice de cette réalité.

Il est vrai que si ladite annonce avait été faite à New-York, Miami ou Los-Angeles, cela n’aurait pas changé grand-chose à ce fait, mais le choix de le faire depuis la capitale politique et centre de tous les principaux lobbies des USA – ne peut tromper personne. On ne peut qu’imaginer quel bruit aurait été fait au sein de l’establishment occidental si ne serait-ce qu’un groupe d’opposition, sans même parler de rébellion armée, aurait annoncé son intention de créer une coalition pour faire tomber un gouvernement légitime d’un Etat souverain – à partir de Pékin, Moscou ou Téhéran…

Tout cela pour dire que même si l’Ethiopie traverse effectivement une période à épreuves de son histoire contemporaine, rien n’indique actuellement que les nostalgiques de l’unipolarité et leurs supplétifs puissent atteindre le résultat escompté. Les larges mobilisations nationales à l’intérieur, les soutiens extérieurs – aussi bien africains que de la part des grandes puissances non-occidentales – confortent l’idée d’une capacité de résistance digne de ce nom. Car oui, la multipolarité c’est aussi la capacité à résister face aux actions des nostalgiques d’un ordre unipolaire totalement révolu.

Quant au leadership éthiopien, si Abiy Ahmed – Prix Nobel de la Paix 2019 – ait déjà démontré nombre de fois être un partisan de la paix et du développement durable, il n’en demeure pas moins qu’il a aussi montré sa capacité à être extrêmement ferme lorsqu’il s’agissait de défendre la souveraineté et l’indépendance de sa nation. C’est certainement d’ailleurs une raison supplémentaire au soutien populaire de masse dont il continue de jouir de la part de ses concitoyens.

Et si cette résistance atteindra ses objectifs – ce sera indéniablement une nouvelle défaite géopolitique de poids pour tout l’establishment occidental et ses acolytes.

source:http://www.observateurcontinental.fr/



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *