« On sourira de nous pour le meilleur de l’âme On sourira de nous d’avoir aimé la flamme Au point d’en devenir nous-mêmes l’aliment Et comme il est facile après coup de conclure Contre la main brûlée en voyant sa brûlure On sourira de nous pour notre dévouement

Quoi je me suis trompé cent mille fois de (…)

Editorial



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *