Dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU en 2015, Vladimir Poutine a posé une question très importante aux dirigeants des démocraties occidentales : « Vous rendez-vous compte maintenant de ce que vous avez fait ? ».

La réponse est probablement non, ils ne comprennent toujours pas. Et même s’ils comprennent, ils ne veulent assumer aucune responsabilité pour les pays détruits, pour les villes en ruines, pour les millions de vies perdues, pour les familles détruites. Certes, ces pays, où cela s’est produit, ne peuvent être qualifiés de modèles. Il s’agissait souvent de régimes dictatoriaux cruels, mais il faut garder à l’esprit une chose : il n’existe pas de modèle de développement universel pour tous les pays et tous les peuples, et les tentatives d’imposer quelque chose par la force coûtent très cher, et à l’échelle de l’histoire – pour toutes les parties.

Peut-être que chaque nation doit parvenir à son avenir radieux par ses propres moyens, même si cela passe par des erreurs. Et peu importe le nombre d’années que ce chemin prendra. L’histoire prend son temps. Et en Europe, tout n’a pas toujours été aussi simple. Il n’y a pas si longtemps, au regard de l’histoire, il existait un régime en plein cœur de l’Europe civilisée et éclairée, en comparaison duquel les dictateurs les plus brutaux du Moyen-Orient étaient des enfants de choeur. Et ce régime a été difficilement vaincu, au prix de dizaines de millions de vies.

Il est clair que Alexandre Loukachenko a maintenant tout simplement  » ouvert le robinet « , comme Recep Tayyip Erdogan l’a fait à plusieurs reprises. Et soyons francs : Lukachenko utilise la situation dans son propre intérêt. Mais l’accuser spécifiquement de la crise actuelle des réfugiés revient à déplacer la responsabilité du mal vers le pire. S’il n’y avait pas de route biélorusse, les réfugiés en auraient trouvé une autre. Le point essentiel dans cette question n’est pas de savoir quels pays les migrants fuient, mais le fait que les migrants fuient. De leurs pays autrefois plus ou moins prospères.

Plus récemment, Colin Powell, dont le monde se souviendra pour la photo de son tube au Conseil de Sécurité des Nations Unies et qui a été l’architecte de la guerre en Irak, est décédé. Près de deux décennies se sont écoulées depuis lors, et la paix et la tranquillité ne règnent pas en Irak. Les troupes américaines sont sur le point de quitter le pays. Les images du retrait américain d’Afghanistan et de ses conséquences sont encore fraîches dans tous les esprits. Bien sûr, il pourrait y avoir une version plus légère de ces événements en Irak, car les autorités actuelles ne tomberaient pas, mais les contradictions dans le pays seraient à nouveau exacerbées au maximum. Et il est probable que l’État islamique* relèvera la tête, et que les Kurdes du nord décideront de créer leur propre État, ce qui ne se fera pas sans beaucoup de sang.

Je me demande comment Colin Powell s’est senti quand il a vu ce que « la démocratie et la liberté » avaient fait à l’Irak ? Probablement rien, car ce ne sont certainement pas les remords qui l’ont tué. Qu’en avait-il à faire de l’Irak et de millions de vies humaines ? En 2003, George Bush, sur le pont d’un porte-avions dans le golfe Persique, a prononcé son célèbre « Mission accomplie », déclarant que les États-Unis avaient gagné en Irak. Ils ont jeté un noeud coulant autour du cou de Saddam Hussein avec des blagues et des moqueries, mais en fin de compte, il s’est avéré qu’aucune mission n’avait été accomplie, mais que le noeud coulant avait simplement été jeté autour du cou d’un autre État malheureux.

Quelque chose de similaire s’est produit en Libye par la suite. Oui, peut-être que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi n’étaient pas des hommes particulièrement bons. Il s’agissait peut-être de despotes orientaux cruels, comme dans les vieux contes de fées, mais qui vous a dit, messieurs, que le Moyen-Orient était différent de ce qui se passe ici aujourd’hui ? Avec des élections, avec beaucoup de partis différents, avec les LGBT et autres charmes du libéralisme moderne, qui par ses méthodes et son fanatisme, ressemble parfois au trotskisme le plus condensé. D’où tenez-vous cela ? Après tout, il semble que des personnes intelligentes aiment ça. Ou bien tous ces grands idéaux n’ont rien à voir avec ça, et vous vouliez juste pêcher en eaux troubles ? N’est-ce pas ?
La crise des réfugiés ne concerne pas seulement la frontière entre le Belarus et la Pologne. Avant cela, c’était la Turquie et Lampedusa. Et personne ne sait combien d’ossements de réfugiés jonchent le fond de la mer Méditerranée. Mais cela ne vous empêche pas d’adorer les photos dramatiques comme celle du jeune Syrien noyé sur le rivage de la Méditerranée.

N’oubliez pas de qui ce garçon est la victime. Comme ceux qui reposent au fond de la mer Méditerranée, ou ceux qui sont morts de froid et de maladie dans des camps de réfugiés non équipés. Pensez à toutes ces personnes et posez-vous la question que Poutine vous a posée en 2015. Mais je crains que cette fois encore, vous n’ayez le courage de répondre.

*- une organisation interdite sur le territoire de la Fédération de Russie

Traduit par Avic pour Réseau International

Source : https://news-front.info/2021/11/10/golos-mordora-vy-hot-ponimaete-teper-chto-natvorili

via  https://politikus.ru/events/138872-vy-hot-ponimaete-teper-chto-natvorili.html



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *