TRIBUNE — Le 24 octobre dernier, j’étais aux Docks d’Aubervilliers pour la journée de lancement de la campagne du candidat des Patriotes, Florian Philippot, à la Présidentielle 2022. Ce fut mon premier meeting politique. Le courage de soi, pour reprendre une célèbre expression du philosophe français Michel Foucault, me commande d’avouer que j’y ai pleuré — pleuré de joie. Pourquoi ? Parce que Florian Philippot est le seul homme politique français à nous donner de l’espoir. Je reconnais à François Asselineau le talent, devenu rare, de nous abreuver d’intelligence ; mais il ne nous donne pas autant d’espoir ; son aura, son charisme ne vont pas jusque-là.

Le lendemain, sur Twitter, j’apprends que le magazine réputé de droite Valeurs actuelles a fait un article sur cette journée ; je le lis ; mais je ne reconnais rien de ce que j’ai vu et entendu la veille : ces journaleux n’ont ni oreilles, ni yeux, ni cœur ; ils ne pondent leurs inepties “écrites”, qui ne sont que des pets, qu’en fonction d’a priori, d’idéologie préfabriquée, de partis pris partisans. Le simple titre du papier, “Vu comme un Trump à la française, Florian Philippot lance sa champagne”, est en soi stupide, puisque Florian Philippot n’est certainement pas un “Trump à la française” : son intelligence, sa finesse, sa personnalité, l’éloignent de beaucoup du personnage tout de même macho et populiste qu’est Donald Trump (qui pourtant m’est sympathique, de par son courage, depuis le début de cette crise du Covid-19). La seule chose qui le rapproche de Trump, c’est l’idée de souverainisme ; tout le reste l’en éloigne. On apprend dans cet article de Valeurs actuelles que le “Je suis partout 3.0”, Libération, pire torchon covidiste du moment, a aussi pondu un article sur cette journée, dans lequel il serait rapporté que dès que Philippot arriverait au pouvoir, “il ferait la guerre à Macron”. J’épargne le moral de mes lecteurs en ne mettant pas le lien vers ce nid de vipère de mauvaise foi journalistique… 

Avant que de décrire ce que j’ai vu et entendu lors de cette journée, le mieux est encore de donner à nos lecteurs le lien vidéo de l’enregistrement de ce dimanche de campagne. Le réel, contre l’idéologie ; l’enregistrement, contre la fiction… 

Commençons par le clip de sa campagne, qui ouvre la vidéo en lien ci-dessus : rien de plus casse-gueule qu’un clip politique. Regardez donc les clips désastreux de la campagne vaccinale d’Emmanuel Macron et de Jean Castex : que de ralentis dégoulinants de “bonnes” intentions ! Que de moraline infecte ! Que de mensonges ! Tout, tout y est fiction ; quand dans le clip de Philippot, que l’on doit à Oliver C., qui filme et monte toutes les vidéos des journées de manifestation des Patriotes, et que l’on verrait bien dans des journées de la France Insoumise, si ce parti n’avait pas abandonné tout esprit de résistance, tout est réel ! Le clip commence d’ailleurs avec des messages en lettres capitales plein écran, façon Eisenstein : “UN PEUPLE LIBRE” ; “DES GENS ATTERRÉS / EN PLEURS” ; “TENEZ BON ! ENSEMBLE / UNIS / DANS LA RÉSISTANCE”. Oliver C. a procédé, selon les préceptes d’autrefois d’un Dziga Vertov, comme un kinok : pas de mise en scène, un rare ralenti, des images prises au réel des manifestations ; pas d’acteurs, pas de maquillage, pas de jeu, pas de scénario. Kinoglaz ! (Vie à l’improviste, en russe.)

Poursuivons par ce qui devrait être le cœur du sujet, tout de même, à savoir le programme politique des Patriotes. Le mieux, pour ne pas mentir, pour ne pas déformer, est encore de donner un lien direct vers celui-ci, ce que seul permet un journal en ligne comme FranceSoir. Maintenant, « résumons » : quel est en vérité le cœur du projet politique de M. Philippot, qui s’est décidé, et ce n’est pas du tout indifférent, à déclarer sa candidature au mandat suprême le lendemain de l’horrifique discours du diviseur de la Nation Emmanuel Macron du 12 juillet 2021 ? Eh bien, c’est la Libération de la France (d’ailleurs, le slogan de l’affiche, très belle, de campagne est tout simplement “LIBÉRONS LA FRANCE !”). Libération des diktats de l’Union européenne comme Sortie d’Égypte (avec un S majuscule, c’est-à-dire biblique, c’est-à-dire comme sortie d’esclavage), qui prendrait le nom de FREXIT, après l’heureux BREXIT anglais ; Libération de la folie covidiste (« sortir de cette éclipse de l’intelligence humaine », entend-on de la voix même de Philippot dans ce clip) ; sortie de la ségrégation sanitaire (“ l’Apartheid ne fait pas partie de nos valeurs”). Donnons ici à voir cette affiche avec sa semeuse en forme de Marianne :
 

 

Et rappelons que le bonnet phrygien, dont cette femme est coiffée, remonte à la Révolution française : ce bonnet porté par les esclaves affranchis en Grèce et à Rome, apprécié des marins et des galériens de la Méditerranée, fut fièrement repris par les révolutionnaires venus du Midi comme emblème de la liberté. Marianne ayant été l’un des prénoms les plus répandus du XVIIIᵉ siècle, il fut employé pour personnifier le peuple, et parfois la République, notamment dans la bouche de ses détracteurs. Opposons donc aux détracteurs faciles de M. Philippot qu’ils ne sont en rien le peuple, puisqu’ils ne le défendent plus depuis plus d’un an et demi maintenant. 

Développons. Qu’est-ce qui fait la réelle nouveauté du programme politique de Florian Philippot ? Son côté révolutionnaire, bien sûr ! D’où qu’il n’aura jamais les forces de l’argent avec lui… ni médiatiques (ce sont les mêmes)… M. Philippot me semble incorruptible, comme Robespierre le fut. Il propose : la fin immédiate d l’état d’urgence « sanitaire » et de ses lois scélérates ; le RIC (Référendum d’Initiative Populaire) sur tous les sujets importants ; la sortie de l’euro, monnaie de l’esclavage même (le nouveau Pharaon étant la Deutsche Bank…), avec retour au franc, monnaie des gens libres (francs selon l’étymologie) ; la renationalisation de tous les secteurs essentiels, façon de Gaulle après la débâcle de la Seconde Guerre mondiale, en cas de besoins (dont Air France, je l’ai noté) ; l’arrêt de l’horrible écriture inclusive dans les administrations (sa démonstration pour la ridiculiser est impeccable) ; la réindustrialisation de la France (alors là, oui, c’est son côté Trump), qui serait un véritable effort de lutte contre les émissions de CO₂, soit dit en passant ; la sanctuarisation de la liberté de prescrire pour les médecins (et leur réintégration intégrale) ainsi que de la liberté d’opinion ; la défense tous azimuts de l’hôpital public avec un réarmement du nombre de lits ; une vraie politique de défense indépendante retrouvée ; une École française d’architecture, pour que le Beau ne rime plus qu’avec ancien ; et, last but not least, la dissolution de toutes les administrations qui ont trahi le peuple français pendant la crise (largement politique) du Covid-19 : le Conseil national de l’Ordre des médecins, le Conseil constitutionnel et les ARS. Les membres dudit Conseil constitutionnel seraient tirés au sort parmi les citoyens, puis aidés par des constitutionnalistes ; le nombre serait rendu aux nombres et le Pouvoir au peuple. Fi de la corruption ! Avez-vous vu ça ailleurs ? En France insoumise ? Ne me faites pas rire… Le bourgeois Mélenchon est marié à une journaliste ; cela dit assez qui il est…

Et si Florian Philippot était l’homme providentiel de la situation ? Qu’il soit sorti du bois après le catastrophique 12 juillet 2021, où la Nation française fut fracturée comme jamais, n’est pas indifférent. Le jour même où j’écris ce texte, 9 novembre 2021, je note qu’il est allé fleurir et se recueillir sur la tombe du grand Général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises ; ceci n’est pas neutre non plus… 

Je conclurai ce texte en confiant que, sur Facebook, j’ai été insulté par un bobo de l’assez misérable milieu des gendelettres français, parce que mon « mur » du moment montrait au pauvre homme que j’étais pro-FREXIT, pro-Philippot et anti-paSS ; bref que j’étais un « pauvre type » (sic !) : ah ! si Saint-Just m’était conté…
 

Guillaume Basquin est pilote de ligne, écrivain et éditeur.





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *