par Pepe Escobar.

L’ambition inébranlable du dirigeant est que la renaissance de la Chine efface une fois pour toutes le souvenir du « siècle de l’humiliation ».

Marx. Lénine. Mao. Deng. Xi.

À la fin de la semaine dernière à Pékin, le sixième plénum du Parti communiste chinois a adopté une résolution historique – la troisième seulement en cent ans d’histoire – détaillant les principales réalisations et exposant une vision pour l’avenir.

Essentiellement, la résolution pose trois questions. Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment se fait-il que nous ayons eu autant de succès ? Et qu’avons-nous appris pour que ces succès soient durables ?

L’importance de cette résolution ne doit pas être sous-estimée. Elle marque un fait géopolitique majeur : la Chine est de retour. Pour de bon. Et elle le fait à sa manière. La peur et la répugnance déployées par l’hégémon en déclin ne changeront rien à cette évolution.

La résolution de ce problème entraînera inévitablement un certain nombre de malentendus. Permettez-moi donc une petite déconstruction, du point de vue d’un gwailo qui vit entre l’Est et l’Ouest depuis 27 ans.

Si l’on compare les 31 provinces chinoises aux 214 États souverains qui composent la « communauté internationale », chaque région chinoise a connu les taux de croissance économique les plus rapides du monde.

En Occident, les caractéristiques de la fameuse équation de croissance de la Chine – sans aucun parallèle historique – ont généralement revêtu le manteau d’un mystère insoluble.

La fameuse formule du petit Timonier Deng Xiaoping « traverser la rivière en tâtant les pierres », décrite comme la voie à suivre pour construire le « socialisme aux caractéristiques chinoises », est peut-être la vision globale. Mais le diable a toujours été dans les détails : comment les Chinois ont appliqué – avec un mélange de prudence et d’audace – tous les dispositifs possibles pour faciliter la transition vers une économie moderne.

Le résultat – hybride – a été défini par un délicieux oxymore : « l’économie de marché communiste ». En fait, c’est la parfaite traduction pratique du légendaire « Peu importe la couleur du chat, pourvu qu’il attrape les souris » de Deng. Et c’est cet oxymore, en fait, que la nouvelle résolution adoptée à Pékin a célébré la semaine dernière.

Made in China 2025

Mao et Deng ont été analysés de manière exhaustive au fil des ans. Concentrons-nous ici sur le tout nouveau sac de Papa Xi.

Juste après avoir été élevé au sommet du parti, Xi a défini son plan directeur sans ambiguïté : accomplir le « rêve chinois », ou la « renaissance » de la Chine. Dans ce cas, en termes d’économie politique, la « renaissance » signifie que la Chine doit retrouver la place qui lui revient dans une histoire qui s’étend sur au moins trois millénaires : au centre. L’Empire du Milieu.

Dès son premier mandat, Xi a réussi à imprimer un nouveau cadre idéologique. Le Parti – en tant que pouvoir centralisé – doit diriger l’économie vers ce qui a été rebaptisé « la nouvelle ère ». Une formulation réductrice serait « L’État contre-attaque ». En fait, c’était beaucoup plus compliqué.

Il ne s’agissait pas d’un simple rabâchage des normes de l’économie d’État. Rien à voir avec une structure maoïste s’emparant de larges pans de l’économie. Xi s’est lancé dans ce que l’on pourrait résumer comme une forme assez originale de capitalisme d’État autoritaire – où l’État est simultanément acteur et arbitre de la vie économique.

L’équipe Xi a tiré de nombreuses leçons de l’Occident, en utilisant des mécanismes de régulation et de supervision pour contrôler, par exemple, la sphère de la finance de l’ombre. Sur le plan macroéconomique, l’expansion de la dette publique en Chine a été contenue, et l’extension du crédit mieux encadrée. Il n’a fallu que quelques années pour que Pékin soit convaincu que les risques majeurs de la sphère financière étaient sous contrôle.

Le nouveau sillon économique de la Chine a été annoncé de facto en 2015 via « Made in China 2025 », traduisant l’ambition centralisée de renforcer l’indépendance économique et technologique de l’État-civil. Cela impliquerait une réforme sérieuse des entreprises publiques quelque peu inefficaces – car certaines étaient devenues des États dans l’État.

Parallèlement, il y a eu une refonte du « rôle décisif du marché » – en insistant sur le fait que les nouvelles richesses devaient être mises à la disposition de la renaissance de la Chine en fonction de ses intérêts stratégiques – définis, bien sûr, par le parti.

Le nouvel arrangement revenait donc à imprimer une « culture du résultat » dans le secteur public tout en associant le secteur privé à la poursuite d’une ambition nationale primordiale. Comment y parvenir ? En facilitant le rôle de directeur général du parti et en encourageant les partenariats public-privé.

L’Etat chinois dispose d’immenses moyens et ressources à la hauteur de son ambition. Pékin s’est assuré que ces ressources seraient disponibles pour les entreprises qui ont parfaitement compris qu’elles étaient investies d’une mission : contribuer à l’avènement d’une « nouvelle ère. »

Manuel de projection de puissance

Il ne fait aucun doute que la Chine sous Xi, en huit courtes années, a été profondément transformée. Quoi que l’Occident libéral fasse à ce sujet – notamment l’hystérie autour du néo-maoïsme – d’un point de vue chinois, cela importe peu et ne fera pas dérailler le processus.

Ce qui doit être compris, tant par le Nord que par le Sud, c’est le cadre conceptuel du « rêve chinois » : L’ambition inébranlable de Xi est que la renaissance de la Chine fasse définitivement disparaître les souvenirs du « siècle de l’humiliation ».

La discipline du parti – à la chinoise – est vraiment quelque chose à voir. Le PCC est le seul parti communiste de la planète qui, grâce à Deng, a découvert le secret de l’accumulation des richesses.

Et cela nous amène au rôle de Xi, consacré comme un grand transformateur, au même niveau conceptuel que Mao et Deng. Il a parfaitement compris comment l’État et le parti créaient la richesse : l’étape suivante consiste à utiliser le parti et la richesse comme des instruments à mettre au service de la renaissance de la Chine.

Rien, pas même une guerre nucléaire, ne fera dévier Xi et les dirigeants de Pékin de cette voie. Ils ont même conçu un mécanisme – et un slogan – pour cette nouvelle projection de puissance : l’Initiative Ceinture et Route (BRI), à l’origine « Une Ceinture, une Route » (OBOR).

Un col de montagne le long du corridor économique Chine-Pakistan. Image : Facebook

En 2017, la BRI a été intégrée dans les statuts du parti. Même en considérant l’angle « lost in translation », il n’y a pas de définition occidentalisée et linéaire de la BRI.

La BRI se déploie sur de nombreux niveaux superposés. Elle a commencé par une série d’investissements facilitant l’approvisionnement de la Chine en matières premières.

Puis sont venus les investissements dans les infrastructures de transport et de connectivité, avec tous leurs nœuds et hubs tels que Khorgos, à la frontière entre la Chine et le Kazakhstan. Le Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), annoncé en 2013, a symbolisé la symbiose de ces deux voies d’investissement.

L’étape suivante a consisté à transformer les hubs logistiques en zones économiques intégrées – comme par exemple HP, basé à Chongjing, qui exporte ses produits aux Pays-Bas via un réseau ferroviaire de la BRI. Puis sont apparues les Routes de la Soie numériques – de la 5G à l’IA – et les Routes de la Soie de la Santé, liées au Covid.

Ce qui est certain, c’est que toutes ces routes mènent à Pékin. Elles fonctionnent autant comme des corridors économiques que comme des avenues de soft power, « vendant » la voie chinoise notamment à travers les pays du Sud.

Faites du commerce, pas la guerre

Faire du commerce, pas la guerre : telle serait la devise d’une Pax Sinica sous Xi. L’aspect crucial est que Pékin ne cherche pas à remplacer la Pax Americana, qui a toujours reposé sur la variante du Pentagone de la diplomatie de la canonnière.

La déclaration a subtilement renforcé le fait que Pékin n’est pas intéressé à devenir un nouvel hégémon. Ce qui compte avant tout, c’est de supprimer toute contrainte éventuelle que le monde extérieur pourrait imposer sur ses propres décisions internes, et surtout sur sa configuration politique unique.

L’Occident peut se lancer dans des crises d’hystérie à propos de n’importe quoi – du Tibet et de Hong Kong au Xinjiang et à Taïwan. Cela ne changera rien.

En résumé, c’est ainsi que le « socialisme aux caractéristiques chinoises » – un système économique unique, toujours mutant – est arrivé à l’ère techno-féodaliste liée au Covid. Mais personne ne sait combien de temps le système va durer, et sous quelle forme mutante.

La corruption, la dette – qui a triplé en dix ans – les querelles politiques, rien de tout cela n’a disparu en Chine. Pour atteindre une croissance annuelle de 5%, la Chine devrait retrouver une croissance de la productivité comparable à celle des années 80 et 90, mais cela n’arrivera pas car une baisse de la croissance s’accompagne d’une baisse parallèle de la productivité.

Une dernière remarque sur la terminologie. Le PCC est toujours extrêmement précis. Les deux prédécesseurs de Xi ont épousé des « perspectives » ou des « visions ». Deng a écrit une « théorie ». Mais seul Mao a été accrédité de « pensée ». La « nouvelle ère » a maintenant vu Xi, à toutes fins pratiques, être élevé au rang de « pensée » – et faire partie de la constitution de l’État civil.

C’est pourquoi la résolution du parti adoptée la semaine dernière à Pékin pourrait être interprétée comme le nouveau manifeste communiste. Et son principal auteur est, sans l’ombre d’un doute, Xi Jinping. Quant à savoir si le manifeste sera la feuille de route idéale pour une société plus riche, plus éduquée et infiniment plus complexe qu’à l’époque de Deng, les paris sont ouverts.

Pepe Escobar

source : https://asiatimes.com

traduit par Réseau International



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *