Le collectif #NousToutes appelle, avec 60 autres organisations – associations, syndicats, partis politiques et collectifs –, à se mobiliser autour du 25 novembre, journée mondiale contre les violences que subissent les femmes. Selon les villes, les mobilisations auront lieu entre le 20 et le 27 novembre contre les violences sexistes et sexuelles. Une soixantaine de rassemblements sont déjà prévus en France métropolitaine et en outre-mer.

Carte des mobilisations partout en France

Le 20 novembre est également une date symbolique : c’est à la fois la journée internationale du souvenir trans et la journée mondiale de la protection de l’enfance. Selon les contextes et les choix locaux, la journée de mobilisation lancée par #NousToutes portera aussi ces luttes le jour-même, ou laissera l’occasion à d’autres organisations de se mobiliser.

À Paris, la manifestation sera organisée le 20. À cette occasion, elle veut porter « la voix des milliers d’enfants victimes ou covictimes de violences » ainsi que celle « des personnes trans assassinées en raison de leur identité de genre ».

Pour des politiques publiques volontaristes

« Les violences sexistes et sexuelles sont massives. Elles concernent l’ensemble de la société. » Dans leur appel à la mobilisation, #NousToutes rappelle leur détermination à faire de la lutte contre ces violences « une vraie priorité gouvernementale », à quelques mois de l’élection présidentielle. Un moyen d’appeler le futur gouvernement à l’action, à « débloquer un milliard d’euros » pour la lutte contre ses violences par des politiques publiques volontaristes. « La société est prête à se mettre en mouvement contre les violences. Il manque la volonté politique et les moyens. »

En 2019, les mobilisations avaient rassemblé près de 150 000 personnes partout en France selon les organisatrices. Cette année, le collectif appelle à surpasser ce nombre, pour rappeler la priorité de ces questions. « Chaque jour, dans notre pays, des femmes sont victimes de violences psychologiques, verbales, économiques, administratives, médicales, obstétricales et gynécologiques, physiques ou sexuelles. 30 % des femmes sont victimes de harcèlement sexuel au travail. Une femme meurt tous les 2 jours assassinée par son compagnon ou son ex-compagnon. »

Un espace réservé aux personnes en situation de handicap est prévu dans le cadre de la manifestation (s’inscrire). Une partie du cortège sera aussi en non-mixité pour les femmes et les personnes trans et non-binaires qui le souhaitent. (s’inscrire).

Retrouvez l’intégralité de l’appel à la manifestation #NousToutes

Une commémoration pour la journée du souvenir trans.

Le rendez-vous est fixé à 18 heures, sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris. Un rassemblement « pour se retrouver, se recueillir ensemble, se révolter ensemble ». Sur leur compte Instagram, l’association Acceptess-T rappelle : « Partout dans le monde, des personnes sont assassinées parce qu’elles sont trans. Nos frères et nos sœurs sont aussi poussé.es au suicide, enfermé.es, expulsé.es, abandonné.es face à la pauvreté et au Covid. Nous n’oublions pas ! » Vous pouvez aussi soutenir l’association en faisant un don ici.

Photo de une : Manifestation #NousToutes-41, le 23 novembre 2019 © Louise Rocabert



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *