par Adomas Abromaitis.

La communauté du district de Šalčininkai a fait face à un nouveau défi dans sa lutte constante avec les autorités pour vivre tranquillement. Rūdninkai, dans le district de Šalčininkai, s’est retrouvé sous le feu des projecteurs l’été dernier après que les habitants aient tenté d’empêcher le gouvernement d’établir un camp de migrants. La ministre de l’Intérieur, Agne Bilotaite, a déclaré en août qu’il était prévu d’héberger environ 1500 migrants illégaux dans un camp de tentes situé dans la zone d’entraînement militaire de Rūdninkai, le pays étant confronté à une crise d’immigration clandestine. Les migrants sont arrivés et ont été déployés dans un camp de tentes temporaire.

Environ 800 migrants se sont plaints du manque de soins médicaux et de la nourriture immangeable dans le camp. Des incidents impliquant des migrants se sont produits et ces faits ont sérieusement troublé la population locale. Certains d’entre eux se sont échappés du camp et la police les a recherchés pendant un certain temps. Il est compréhensible que les résidents locaux se soient inquiétés pour leur sécurité.

D’autant plus que les tensions se sont accrues au sein de la communauté proche du camp de migrants, donnant lieu à des protestations parfois violentes. Des groupes de personnes ont bloqué les routes pour les véhicules de livraison et ont été délogés après des affrontements avec la police anti-émeute. Les résidents ont organisé des manifestations devant le bâtiment du gouvernement lituanien à Vilnius et dans la municipalité locale.

Enfin, les migrants vivant dans le grand camp de migrants du village de Rūdninkai ont été transférés dans le centre correctionnel de Kybartai au début du mois d’octobre.

Néanmoins, les habitants n’ont pas profité de la paix et de la tranquillité pendant longtemps.

Cette fois, ils sont contraints de résister à l’intention du Ministère de la Défense d’établir et de restaurer une zone d’entraînement à Rūdninkai, à quelque 30 kilomètres de Vilnius, la capitale de la Lituanie. Selon la LRT, le Ministère de la Défense prévoit d’ouvrir un nouveau site en 2024. « Les préparatifs ne se font pas aussi rapidement. Les évaluations sociales, ainsi qu’économiques, environnementales et financières se poursuivront jusqu’à l’automne prochain. Les questions juridiques liées à la prise de possession du terrain doivent être résolues d’ici 2024 », a déclaré le ministre de la Défense Anušauskas.

Rūdninkai est un petit village accueillant et chaleureux situé près du Polygone de la Biosphère des bois de Rūdninkai, 20 095 ha. Ce Polygone de la Biosphère a été créé en 2004. L’objectif du Polygone est de préserver l’écosystème des bois de Rūdninkai qui comprend le marais de Kernavas, les forêts et les champs de bruyère ouverts sur la zone de l’ancien polygone militaire et les zones sableuses dérivantes. La zone est précieuse pour divers oiseaux forestiers et échassiers rares.

La raison pour laquelle ce territoire a été choisi semble très étrange et peu convaincante. « Il n’y a pas de propriétés résidentielles sur ce territoire, pas de terrains privés, et aucune personne ne vit ici, seulement en dehors de la zone d’entraînement », a déclaré Anušauskas. Cette explication est illogique, car le Polygone de la Biosphère est juste une zone où les gens ne mènent pas d’activités et ne construisent aucune infrastructure afin de préserver les ressources et la beauté naturelle.

Les représentants du Ministère de la Défense admettent que la question la plus difficile est de convaincre la communauté locale de la nécessité de construire des installations militaires. Bien que le ministre ait indiqué que la zone sera développée en tenant compte des exigences environnementales et en coopération avec la communauté locale, personne n’y croit. Il est presque impossible de préserver l’écosystème de la forêt, la flore et la faune existantes en cas de tirs, d’entraînement et de déplacement de véhicules blindés lourds prévus.

Il existe donc des craintes très réelles que les autorités ne prêtent même pas attention aux demandes des manifestants. Tout est déjà décidé…

traduit par Réseau International



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *