Journée internationale des droits de l’enfant, ce 20 novembre : le collectif des “Mamans louves” veut marquer les esprits. Nous recevons Roxane Chafei, sa porte-parole et fondatrice, qui nous explique leur raison d’être, leurs combats, leurs modes d’action.

Début novembre, elles avaient organisé un rassemblement à Paris, à la Madeleine à défaut de pouvoir s’approcher de l’Élysée. Roxane Chafei est allée y déposer une lettre au président de la République, lui demandant un débat public.

Voir aussi : Les “Mamans Louves” manifestent pour leurs enfants et réclament au président un débat public

Le collectif de mères mène plusieurs combats qui relèvent tous de la mainmise, progressive ou brutale, de l’État sur l’autorité parentale, qu’elles contestent farouchement. Elles dénoncent les ravages des mesures “sanitaires” prises à l’école, excessives, infondées pour la plupart, et surveillées, sanctionnées, avec un zèle parfois inquiétant. La vaccination des adolescents sans l’autorisation des deux parents (un seul suffit, de 12 à 15 ans – les mineurs de plus de 16 ans peuvent même décider seuls) est aussi un autre symptôme de piétinement par l’État de l’autorité parentale ; de même que l’école à la maison, qui sous couvert de lutte contre le séparatisme, est pratiquement en sursis : là encore, substitution de l’autorité, absence de liberté, c’est un de leurs chevaux de bataille.

En cette journée mondiale de défense et de promotion des droits de l’enfant, les “Mamans louves” ont prévu d’aller devant les mairies déposer une lettre à l’attention des élus, des préfets, pour réclamer ce débat qui n’a pas réellement eu lieu, ni dans les médias, regrette Roxane Chafei, ni au sein des institutions et diverses autorités. Avec toujours un même objectif : accéder directement à Emmanuel Macron, et uniquement à lui, seul niveau de pouvoir et de capacité d’action à la hauteur de l’enjeu, explique-t-elle. Avec en tête, s’il devait ne pas répondre, un stratagème qu’elle nous explique dans ce “debriefing” :

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org

La lettre déposée aujourd’hui devant les mairies :





-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *