Sincèrement, à chaque nouvelle annonce concernant cette pandémie, je pense que nous avons atteint le fond du trou, seul moyen d’espérer imaginer un rebond des consciences, mais non. A chaque fois, l’on s’enfonce un peu plus alors que l’édifice se fissure de partout et menace de s’effondrer. Sur France Inter, c’est notre Jean-François Delfraissy national qui évoquait les limites de la vaccination en termes de transmission du virus, d’infection et de protection. Des limites très éloignées des belles promesses des laboratoires et aussi et surtout des médecins de toutes sortes qui fleurissent sur les plateaux de télévision. Que les laboratoires surestiment leurs produits n’a rien d’étonnant, même si certains y croyaient dur comme fer, mais que des médecins et spécialistes se relaient pour en faire la promotion sans avoir le moindre doute ni le moindre recul est plutôt criminel.

Lorsqu’une bêtise est lancée, surtout si elle rassure ceux qui ont peur, il est presque impossible de faire marche arrière, le mal est fait. Certains s’accrochent encore à l’idée que le vaccin protège de la transmission du virus et empêche d’être contaminé alors que l’on sait aujourd’hui que c’est totalement faux. De vous à moi, j’aurais préféré. Un vaccin miracle, sans danger, qui terrasse le virus, quelle idée merveilleuse. Mais dans la vraie vie, cela n’arrive pas, la science n’est pas toute puissante et il ne faut jamais lui faire confiance aveuglément. Alors aujourd’hui, l’ennemi n’est plus le virus, c’est le non-vacciné.

Selon un sondage Elabe pour BFM TV et L’Express, ce sont près de 60% des Français qui sont favorables à un confinement des seules personnes non-vaccinées. Cela vient-il du sentiment de s’être sacrifiés pour les autres pour les vaccinés, comme l’évoquent certains ? Cela vient-il de cette peur irrationnelle entretenue depuis deux ans ? Cela vient-il du niveau d’information relayé par les médias ? Un peu de tout cela sans doute mais ce sondage est une belle illustration de la décadence de ce pays et de quelques autres sur le même chemin. Une décadence intellectuelle qui ne touche pas que ce domaine d’ailleurs, mais qui fait s’enfoncer des pays dans un totalitarisme bon teint qui ne veut pas dire son nom. Un vrai totalitarisme sur fond de « bons sentiments » qui empêcherait toute comparaison avec des régimes existants ou ayant existé mais dont les mécanismes restent en tous points similaires. Décidément, il faudra encore s’enfoncer beaucoup plus avant d’espérer un improbable sursaut.

Sylvain Devaux

Les commentaires et les articles y compris ceux en « tribune libre » sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *