par Leonid Savin.

Début novembre, des émeutes ont éclaté en Araucanie, au Chili. Les initiateurs étaient des membres d’une population indigène connue sous le nom de Mapuche. En cause: des attaques contre la police et l’armée; les autorités ont répondu par la force. Au cours d’une opération spéciale, plusieurs militants munis d’armes automatiques ont été arrêtés. L’état d’urgence a été déclaré dans la région. Mais cela n’a pas arrêté les manifestants, qui ont répondu par des barrages routiers et des incendies criminels.

De nombreux militants des droits de l’homme, notamment des pays occidentaux, ont immédiatement condamné les actions des autorités, soulignant le statut des Indiens Mapuche en tant que peuple indigène opprimé. Mais les Mapuches sont des citoyens à part entière au Chili et en Argentine voisine et ne sont donc pas privés de droits constitutionnels. Le problème, c’est que si les Mapuches sont des indigènes, il existe en outre un mouvement de Mapuches dont les membres se livrent depuis des années à des actes de sabotage, à la destruction des biens d’autrui et à des attaques contre d’autres citoyens, qu’ils appellent en quelque sorte des occupants.

Tout ceci est organisé dans le cadre du projet « Nation Mapuche ». Il s’agit d’un projet séparatiste à la base, qui vise à séparer des parties du Chili et de l’Argentine et à créer un État indépendant sur leur base. Selon cette organisation, « la Nation Mapuche couvre tout le sud de Bio Bio (Chili) et le sud de Salado et Colorado (Argentine) jusqu’au détroit de Magellan ». Fait révélateur, les Mapuchistes utilisent l’anglais plutôt que l’espagnol. Et leur siège social se trouve au Royaume-Uni, avec un bureau enregistré au 6 Lodge Street, Bristol, depuis 1996. Les Mapuchistes ont même leur propre prince autoproclamé appelé Frédéric 1er. La Royal Air Force promeut activement le sujet sous couvert de défense des droits de l’homme.

Leur site web affirme que le peuple Mapuche « n’a jamais renoncé » à ses droits souverains ou à la restitution de son territoire ancestral » et diffuse des allégations d’ »invasion », de « génocide », de « répression » et d’ »espionnage » par les États du Chili et de l’Argentine.

Selon l’avocat chilien Carlos Tenorio, qui représente la famille des agriculteurs assassinés par les Mapuches, ces personnes n’expriment pas leurs revendications par les voies juridiques institutionnelles, mais par l’action directe. « Nous traversons la période la plus difficile depuis que j’ai travaillé sur ce dossier il y a deux décennies. Un manque total de contrôle qui va de pair avec le climat politique », a-t-il déclaré. L’avocat a fait une distinction entre les « demandes des communautés indigènes » qui sont faites « institutionnellement » et « d’autres groupes qui sont maintenant armés et ont déclaré la guerre à l’État chilien ».

L’affaire qu’il défend a eu lieu en janvier 2013 dans un champ de 40 hectares situé dans le sud du Chili et appartenant à la famille Luchsinger. Ils ont été attaqués par une bande de 40 hommes qui ont brûlé la maison et ses habitants. En Amérique latine, on parle des Mapuchistas comme d’un réseau anglais inhabituel qui encourage le séparatisme dans le sud du Chili et en Argentine.

Compte tenu des relations tendues entre l’Argentine et la Grande-Bretagne au sujet des Malouines/Malvinas (îles Falkland), Londres a un intérêt évident à porter atteinte à la souveraineté de cet État.

La stratégie de la Grande-Bretagne semble plutôt astucieuse. Alors qu’à l’époque de la guerre froide, Londres a aidé les régimes de droite d’Amérique centrale à balayer les populations indigènes (notamment au Guatemala) et à fournir des armes à ces pays, la situation dans la partie sud du continent semble aujourd’hui tout à fait opposée. Mais la Grande-Bretagne continue le vieux système en Colombie, où elle a des intérêts économiques.

Selon le journalisme d’investigation, l’ambassade britannique à Bogotá investit massivement dans son réseau et mène une campagne de relations publiques visant à « améliorer la perception » de la Grande-Bretagne. Selon les documents du ministère britannique des Affaires étrangères, 6000 £ ont été dépensées en 2019-20 pour mener une « analyse de la perception du soft power du Royaume-Uni en Colombie » qui a aidé à « identifier les intérêts futurs pour l’association dans les messages publics et les médias sociaux ». « L’objectif à long terme », note l’ambassade du Royaume-Uni à Bogota, est de « construire de nouveaux réseaux d’influence et de connexions avec des publics plus diversifiés en Colombie… ce qui conduira à une amélioration des perceptions et à un changement de comportement à l’égard du Royaume-Uni ». L’ambassade a déclaré que le projet comprenait « un certain nombre de domaines de travail conjoint avec des parties prenantes colombiennes clés » par lesquels l’ambassade chercherait à « améliorer son profil » au cours de l’année 2021. Les domaines de coordination comprenaient « la sécurité et la défense ».

En outre, 25 000 £ ont été allouées à la création d’une nouvelle « campagne de sensibilisation à l’environnement et à la biodiversité ». Ces thèmes ont été identifiés à la suite d’une enquête.

Fait révélateur, plus de la moitié des meurtres d’écologistes dans le monde en 2020 ont eu lieu en Colombie, certains d’entre eux étant liés à ceux qui luttent contre les projets des entreprises britanniques dans le pays.

Un rapport publié l’année dernière a révélé que 44 % des attaques récentes liées à des entreprises en Colombie visaient des défenseurs des droits de l’homme qui avaient fait part de leurs préoccupations concernant cinq entreprises. Il s’agit notamment de la mine de charbon de Cerrejón, qui appartient aux sociétés minières cotées à Londres BHP, Anglo American et Glencore, ainsi qu’à AngloGold Ashanti, également enregistrée à Londres.

L’année dernière, David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et l’environnement, a déclaré que la mine de charbon de Cerrejón avait « gravement endommagé l’environnement et la santé de la plus grande communauté indigène du pays ». Et en juin de cette année, UKCOL2021 a été lancé, ce qui permettra de continuer à établir l’influence britannique en Colombie.

Il est révélateur que, parallèlement à l’annonce de ce programme, la police colombienne réprimait des manifestations qui, selon Human Rights Watch, ont fait 63 morts. Mais l’ambassade britannique à Bogota est restée muette sur la question, ce qui n’a rien à voir avec le comportement des diplomates britanniques dans d’autres pays, comme la Russie, où toute bousculade des hooligans et des provocateurs qui narguent la police lors de manifestations non coordonnées est accueillie par des hurlements retentissants.

La raison est probablement que le Royaume-Uni est indirectement responsable de ces meurtres, car il a mis en œuvre deux programmes avec la police colombienne de 2015 à 2020, pour un coût de plusieurs millions de livres.

Directement en Colombie, une équipe spéciale britannique est désormais stationnée pour aider les forces armées colombiennes, elles aussi accusées à plusieurs reprises de tuer des civils.

Londres est connu pour soutenir activement le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018 et représentant le Parti démocratique (PCD) de centre-droit. La proximité de la Colombie avec les territoires britanniques d’outre-mer dans les Caraïbes permet à Londres de suivre de près les processus politiques dans les Caraïbes. Il n’est pas exclu que de nombreuses provocations de la Colombie contre le Venezuela aient également été organisées avec l’implication directe de l’armée et des services de renseignement britanniques.

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-vmeshatelstve-britanii-v-dela-latinskoy-ameriki

via http://euro-synergies.hautetfort.com/



-source-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *