Selon le Jerusalem Post, on n’assiste pas à une guerre entre le Mossad (contre le JCPOA) et les Renseignements militaires (pour le JCPOA) face au projet nucléaire iranien, comme l’a évoquée le Yediot Aharonot, mais à une véritable cacophonie au sein de ses deux institutions. Il s’agirait de la plus grande division de l’establishment de sécurité jamais vécue en Israël.

Alors que l’on annonce une reprise des négociations entre États-uniens et Iraniens au Qatar, le journal trie ainsi les responsables :

Classe politique

 Naftali Bennett : contre

 Yair Lapid : contre

 Benjamin Netanyahu : contre

IDF

 général Aviv Kohavi, chef des armées : contre

 général Aaron Haliva, chef du renseignement militaire : pour

 Gadi Eisenkot, ancien chef des armées : contre

 Dror Shalom, ancien chef des analystes militaires : contre

 Amos Yadlin, ancien chef du Renseignement de Tsahal : contre

Mossad

 David Barnea, directeur général : contre

 Yossi Cohen, ancien directeur général : contre

 Yossi Kuperwasser, ancien directeur des analystes : contre

 Yaakov Amidror, ancien secrétaire du Conseil de sécurité nationale : contre

 Efrayim Halevy, ancien directeur général : pour

 Tamir Pardo, ancien directeur général : pour

 Shabtai Shavit, ancien directeur général : pour

 Danny Yatom, ancien directeur général : pour

 Sima Shine, ancien chef du bureau Iran : pour

« Iran deal results : Mossad vs. Mossad, IDF vs. IDF – analysis », Yonah Jeremy Bob, Jerusalem Post, June 27, 2022.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.