par Erwan Castel. L’adhésion dans l’OTAN, et avec effet immédiat, de la Finlande et de la Suède rend impossible pour Moscou tout traité de paix avec Kiev, car aussitôt, ce qui restera de l’Ukraine entrera officiellement dans l’alliance et la guerre mondiale totale sera inévitable.



Source link

3 thoughts on “Jusqu’où ira l’OTAN ?”
  1. Il serait bon de ne pas toujours succomber à nos émotions naturelles et encore moins à nos sentiments esthétiques.
    L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord peut autant qu’il le veut se croire d’une puissance incomparable, le faire croire aux peuples chez qui elle puise ses contingents et son armement et qui sont dressés comme des animaux de chenil utilisables à besoin, dans sa configuration telle qu’elle est, les batailles longues ne peuvent être que désavantages, car elles sont coûteuses et ne peuvent pas offrir au commandement l’imagination nécessaire pour en sortir vainqueur, car même s’il y a soi-disant un commandement supérieur, l’alliance n’a jamais été prévue pour exister dans des processus guerriers longs où il faut faire preuve des meilleurs savoirs en ce qui est de l’art de manœuvrer ses troupes a fortiori en ce qui concerne les qualités de stratège, de sorte que, les intérêts des différents pays qui forment cette coalition entreront systématiquement en opposition au niveau de leurs opinions nationales respectives dès qu’un certain seuil de permanence du conflit sera atteint.
    L’OTAN est prévue pour agir comme un marteau sur adversaire qui s’en serait pris à l’un d’eux.
    C’est parce qu’elle présente une force telle que décrite précédemment que justement la Russie a manœuvré et manœuvre encore comme elle le fait, en bon stratège, avant même le premier coup de feu, elle avait déjà mis son adversaire en situation de faiblesse, mais celui-ci n’en avait absolument pas conscience, puisque jamais rien ne l’avait amener à se remettre en question comme c’est le cas aujourd’hui, les Russes n’ont cessé de le dire dès le départ… « Nous connaissons parfaitement nos adversaires ».
    Ça n’est pas parce que la propagande et les chihuahuas occidentaux disent les choses comme elles les arrangent en dépit de tout bon sens qu’il ne nous faudrait pas voir la réalité telle qu’elle est, actuellement contrairement aux propos propagandistes, l’opération spéciale russe est sur les bases d’une victoire rapide et facile.

  2. Car, l’objectif est une occupation permanente du sol au terme de l’opération, c’est pas comme fait l’OTAN, tapisser un endroit de bombes et mettre une garnison dans un réduit fortifié à former les collabos qui iront se faire trouer la peau par les résistants, ça, ça peut durer des années pour à la finir en détalant en ayant tout laissé derrière soi, on sait de quoi il est question ici.
    La Russie, elle, a mis autant l’OTAN que les pays occidentaux face à des dilemmes, ils disposent de choix tactiques, mais aucune alternative n’est satisfaisante, donc ils ne peuvent que blablater et faire des images pour laisser croire à leurs opinions que leurs pays sont forts.
    Tant qu’il y avait des négociations, la Russie continuait à progresser et inscrire les troupes ukrainiennes sur les espèces en voie de disparition, là, la menace d’extinction est réelle.
    La Russie a continué à exercer une pression telle sur l’Occident, ce qui est toujours le cas actuellement, que ce sont nos pays qui sont obligés d’accepter ses conditions, la liliputienne Lituanie est réellement une hallucination ici, puisque comme les Russes obtiennent exactement ce qu’ils veulent de leurs adversaires, c’est à dire beaucoup, c’est normal qu’ils fassent quelques menues concessions sans importance réelle, puisque ça participe à la construction d’une image pour les opinions de l’adversaire qui les montre durs et fermes mais absolument pas obtus, donc, tout ce qui peut et doit craint.
    Il n’y a aucune dispersion des énergies côté russe, on ne peut pas en dire autant de celui occidental quand on entend un insignifiant ministre espagnol chez qui l’intégrité territoriale n’est même pas assurée, menacer le Mali d’une intervention otanesque… c’est à mourir de rire, ce serait, le suicide américain ça.
    Dans son intervention, Poutine est très clair, il y aura une attitude en reflet de celle occidentale de la part des Russes, il n’est pas dit que cette attitude devrait se limiter aux seules frontières russes, par conséquent le déploiement nucléaire russe va connaître une évolution considérable dans les mois à venir est-ce utile pour eux et leurs partenaires, d’en faire des gorges chaudes, je ne crois pas.
    D’ailleurs, et c’est suffisamment rare pour que ça soit souligné, Israël a perdu tout son crédit auprès de Poutine et la Russie, on ne peut pas contribuer à tuer des Russes et croire que des relations amicales vont perdurer, donc, il faut se demander pourquoi cette petite merde qui aime jouer les gros bras dans les bacs à sable, manifeste un grand besoin de voir débarquer sur son sol le géronto-président américain ?
    c’est la preuve que le camp de la voyoucratie politique, économique, morale et culturelle est dans une sacrée merde.

  3. Parce que, on sortira pas du conflit comme cela, chaque partie sera jugée dessus, or, comme les Russe l’ont déjà annoncé sans reddition totale pas d’arrêt, cela veut dire qu’il n’y aura aucune conclusion précipitée pour eux car cela aurait trop de potentielles conséquences fâcheuses dans le futur, donc on peut totalement compter sur eux au vu de ce qu’ils montrent jusqu’ici de croire qu’il maîtrisent aussi l’art de savoir à quel moment s’arrêter.
    Que restera-t-il de l’Ukraine à ce moment là, he bien, sincèrement, pas grand-chose.
    L’attitude russe est absolument cohérente et puissante, puisqu’elle montre qu’ils sont au sommet de la stratégie et que rien ne les perturbe, puisqu’ils luttent férocement dans un conflit où ils disposent toujours d’autant de portes de sortie qu’ils veulent, ce qui n’est absolument pas le cas de leurs adversaires, nous, notre camp.
    Dans des moments et séquences comme ceux présents, il est impossible de survivre sans voir ou comprendre tout ce qui se passe autours de soi, les Russes savent exactement ce que font leurs adversaires et le contraire n’est absolument pas vrai, puisqu’ils parviennent toujours à fabriquer de fausses réalités où nos belliqueux et stupides dirigeants croyant leurs désires satisfaits se ruent sans retenue, de sorte que ce sont les Russes qui contrôlent la perception, donc ils contrôlent l’Occident.
    Nos choix sont, capitulation ou guerre totale avec le risque nucléaire.
    Franchement, on peut développer durant des heures, la Russie ne va pas perdre cette guerre parce que l’Ukraine et ceux qui en ont fait le casus belli actuel n’ont aucune empathie de l’opinion mondiale, donc, avant la fin de l’été, la coalition otanesque va craquer.
    Mais, ça ne veut pas dire que toutes choses seront réglées, la Russie sait dorénavant qui sont ses ennemis, maintenant qu’elle est le nouvel Alpha planétaire, va falloir à certain faire allégeance et se consacrer à longue séances de reniflage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.