Selon le journal allemand Die Welt, la France est devenue le plus gros acheteur de GNL russe dans un contexte d’interruptions dans l’exploitation des centrales nucléaires.

La France est devenue le plus gros acheteur de gaz naturel liquéfié russe. C’est ce qu’a rapporté le journal allemand Die Welt, citant des données du groupe de réflexion finlandais CREA.

Cela est dû au fait que le pays connaît des problèmes dans le secteur de l’énergie. En particulier, de nombreuses centrales nucléaires ont dû suspendre leurs activités pour des raisons techniques, ce qui a entraîné une réduction de la production d’électricité.

Le journal rappelle que la France ne reçoit plus de gaz russe par gazoduc depuis la mi-juin. Toutefois, contrairement à l’Allemagne, le pays dispose de quatre terminaux de réception de GNL.

La réduction des exportations de gaz russe cette année est liée à l’arrêt des livraisons par le gazoduc Yamal-Europe à partir de mai, ainsi qu’à la réduction des livraisons par deux autres grands corridors, Nord Stream et le système ukrainien de transport de gaz, et à la réduction des fournitures par le gazoduc Turkish Stream en raison de travaux techniques. En outre, certaines entreprises européennes ont refusé de payer leurs fournitures dans le cadre du nouveau régime du rouble. « Gazprom a cessé de fournir du gaz à Bulgargaz en Bulgarie et à PGNiG en Pologne fin avril, à Gasum en Finlande et à GasTerra aux Pays-Bas dans les derniers jours de mai, et à Shell Energy Europe en Allemagne et à Orsted au Danemark au début de l’été.

source : Ria Novosti

traduction Avic pour Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.