Le 17 juin 2022 – Source The Saker Blog

J’ai remarqué que certains critiques de l’opération spéciale en Ukraine semblent la soutenir uniquement parce qu’ils sont racistes et anti-Ukrainiens. Qu’il soit bien clair que ce n’est pas le cas de l’écrasante majorité de ses partisans. Et ce n’est certainement pas le cas de la grande majorité des forces russes impliquées dans l’opération. Par exemple, si vous regardez des vidéos de troupes ukrainiennes capturées ou actives, elles s’expriment pratiquement toutes uniquement en russe. Certes, l’ancien Premier ministre, Dmitri Medvedev, a fait des remarques ambiguës sur certains Ukrainiens, mais il ne faisait pas référence à tous les Ukrainiens, comme nous l’expliquons ci-dessous.

Le fait est que les Russes et les Ukrainiens ne font qu’un sur le plan ethnique, ils sont frères et sœurs, tous Slaves orientaux et aussi pratiquement tous chrétiens orthodoxes par culture. C’est notamment pour cette raison que les forces russes font tout leur possible pour ne pas blesser les civils ou endommager les infrastructures civiles. C’est pourquoi, lorsque les troupes de Kiev sont tuées au combat, les Russes les qualifient non pas d’« Ukrainiens », mais de « nationalistes », qui sont ceux auxquels Dmitri Medvedev faisait référence lorsqu’il a déclaré que les nationalistes étaient « des bâtards et des ordures ». Les Ukrainiens ne sont pas l’ennemi, l’ennemi est le régime fantoche de Kiev, ses tireurs de ficelles de l’OTAN et ses partisans nationalistes/nazis au cerveau lavé.

Le président Poutine a expliqué dès le début et très clairement que le régime fantoche de Kiev créé par les États-Unis, avec ses partisans nazis/OTAN/sionistes, est anti-russe. Il ne représente pas la masse du peuple ukrainien, dont beaucoup ont de la famille proche en Russie, ou vivent maintenant en Russie, ou sont mariés à des Russes, ou ne parlent que le russe et pas l’ukrainien, ou sont russes par culture. Le régime de Kiev ne représente que l’élite corrompue qui choisit ses politiciens et le lavage de cerveau qui les a soutenus. Nous, par contre, nous sommes pro-ukrainiens, précisément parce que nous sommes anti-nazis/anti-OTAN/anti-sionistes. Nous sommes pro-ukrainiens, nous affirmons la vie, nous ne la nions pas. Nous soutenons les familles ukrainiennes, pas la LGBT imposée par les nazis. De même, nous sommes pro-étasuniens, mais anti-élites étasuniennes. Nous voulons que le peuple et l’âme des EU soient libérés de leur élite qui leur lave le cerveau.

De même, les soldats russes de la Première Guerre mondiale n’étaient pas anti-allemands, mais anti-Kaiser, et ceux de la Seconde Guerre mondiale n’étaient pas anti-allemands, mais anti-Nazis. Les récits de la Première Guerre mondiale racontent que les soldats russes qui avaient blessé des troupes allemandes en état de légitime défense rampaient hors de leurs tranchées au péril de leur vie pour ramasser les blessés et les ramener pour qu’ils soient soignés. De nombreux témoins oculaires de la Seconde Guerre mondiale racontaient que les soldats allemands capturés recevaient des croûtes de pain de la part des Russes, qui étaient eux-mêmes pratiquement affamés. Du côté occidental, nous pouvons trouver une description similaire dans le célèbre roman d’Erich Maria Remarque, Im Westen Nichts Neues, (A l’Ouest rien de nouveau”), ou dans les poèmes du soldat anglais Siegfried Sassoon.

Nous sommes très loin des moqueries racistes à l’égard des autres races, par exemple celles des soldats étasuniens blancs qui traitaient leurs ennemis de « sauvages », de « peaux rouges » (le mot « peau rouge » dénote la superficialité essentielle de l’obsession nazie pour la couleur de la peau en tant que trait caractéristique), de « nègres », de « chinetoques », de « dagos », de « nips », de « gooks » ou les qualifiaient de sous-hommes (une traduction de l’« Untermensch » nazi) ou de singes. Qui peut oublier qu’il y a seulement quelques années, le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, a traité les Français de « singes mangeurs de fromage », a fait verser du champagne français dans les égouts de New York et a lancé une campagne « Cancel France ». Tout cela ne fait que démontrer l’ignorance totale et l’arrogance primitive des utilisateurs de ces mots.

« Annuler tous ceux qui ne sont pas d’accord avec nous » ou, pour reprendre les termes du remarquablement limité Bush Junior : « Vous êtes soit avec nous, soit contre nous ». Cela nous rappelle que certains des premiers WASPS à arriver en Amérique du Nord étaient des personnes tellement intolérantes qu’elles ne pouvaient plus vivre en Angleterre côte à côte avec d’autres personnes ayant des opinions différentes. Ils ont donc choisi d’émigrer. Plus tard, ils ont prouvé leur intolérance en se livrant à des chasses aux sorcières et en brûlant à mort des femmes innocentes. Et la plupart d’entre eux ont pris part au génocide des populations autochtones dont ils avaient volé les terres et utilisé des esclaves noirs. Et c’est cette intolérance que leurs descendants affichent encore aujourd’hui sur leurs Facebook, Twitter et Instagram. Nous annulons et excluons votre compte parce que vous refusez d’être d’accord avec nous et notre « intelligence » (= stupidité) « supérieure » (= nazie).

Le problème n’a jamais été les Ukrainiens. Le problème a toujours été la maladie spirituelle du nazisme. Et c’est bien cela, une maladie spirituelle. Lorsque l’âme de l’Ukraine aura été libérée de cette maladie, en d’autres termes, lorsqu’elle aura été dénazifiée, une nouvelle Ukraine verra le jour. Elle pourrait bien prendre la forme d’un protectorat centré sur Kiev et parler un mélange d’ukrainien, de russe et de surzhyk (russe ukrainien). Elle aura des frontières sûres et ses habitants seront des Ukrainiens patriotes, non pas d’une manière raciste qui dénigre les autres, mais d’une manière positive qui respecte les autres. Une fois libérée des oligarques parasites et de la corruption, la Nouvelle Ukraine, naturellement riche, pourrait avoir un avenir brillant et prendre une part positive dans le Concert des Nations.

Une fois qu’il aura été compris qu’il n’y a pas de problème avec l’Ukraine ou les Ukrainiens, mais seulement avec le nazisme, d’autres Opérations Spéciales pourront avoir lieu dans d’autres parties du monde. La Chine pourrait bientôt lancer une opération à Taïwan pour libérer les Chinois de souche du nazisme de son élite nommée par les États-Unis. Quant à la Russie, elle n’a pas encore terminé son travail en Ukraine, où la tâche est constamment prolongée parce que l’Occident nazi continue d’envoyer des missiles à longue portée et de l’artillerie à Kiev. Tant que ces armes seront utilisées, tirant sur Donetsk ou n’importe où ailleurs dans le territoire libéré, la guerre sera prolongée et continuera. La Russie devra peut-être physiquement libérer l’ensemble du pays, en mobilisant davantage de forces que le petit corps expéditionnaire qu’elle a envoyé à l’origine.

Et si l’agression occidentale se poursuit, elle devra peut-être lancer d’autres opérations en Moldavie et dans les pays baltes afin de libérer ces peuples du nazisme de l’OTAN, de leurs élites corrompues nommées par les États-Unis et de l’exploitation de l’UE. Elle devra peut-être les reconstruire, afin que leurs peuples, réfugiés économiques de la corruption vivant actuellement en Europe occidentale, puissent rentrer chez eux avec gratitude. En outre, en ce qui concerne l’Europe occidentale en général, elle aussi se trouvera sûrement un jour libérée, d’une manière ou d’une autre, de la tyrannie et des menaces transatlantiques, en sécurité sous le parapluie sécuritaire et nucléaire russe. Quelqu’un doit défendre l’Europe occidentale contre les menaces qui, pour l’instant, proviennent toujours de l’extérieur de l’Afro-Eurasie, qui représente 86% du monde. Seule la Russie peut le faire. Les troupes russes ont autrefois libéré Berlin et Paris. Cela devra-t-il se reproduire et peut-être s’étendre cette fois à Rome, Madrid et Londres ?

L’opération spéciale n’a jamais concerné uniquement l’Ukraine. Elle a toujours été un conflit par procuration sur le territoire revendiqué par le régime de Kiev. En réalité, il s’agit d’une opération visant à vaincre le nazisme mondial – appelé par euphémisme « globalisme ». Cela signifie vaincre le nazisme militairement, en détruisant les forces du régime de Kiev créées par l’Occident et toutes les armes supplémentaires de l’OTAN envoyées bêtement en Ukraine ; territorialement, en libérant des terres et des peuples du joug nazi ; économiquement, en créant une alliance d’amis parmi les énormes populations du nouveau G8, de la Russie, de la Chine, de l’Inde, du Brésil, de l’Indonésie, de l’Iran, de la Turquie et du Mexique, soit près de 50 % de la population mondiale. Cette alliance est appelée à remplacer le vieux G7, fatigué, étroit et manipulé par les États-Unis, qui représente à peine 10 % de la population mondiale. Et même le nouveau G8 peut encore être doublé pour devenir un G16 et inclure d’autres grands pays vitaux, comme le Pakistan, le Nigeria, le Bangladesh, l’Éthiopie, les Philippines, l’Égypte, le Vietnam et la République démocratique du Congo. Cela inclurait 60 % de la population mondiale.

La grande tâche qui nous attend est de rééquilibrer le monde pour tenir compte de ses véritables populations. Pour illustrer la nécessité d’un rééquilibrage, il y a plus d’un siècle, le premier ministre russe, le comte Piotr Stolypine, parlant du « grand programme asiatique » du tsar Nicolas et de son sabotage partiel par les puissances occidentales par l’intermédiaire de leur marionnette japonaise, déclara ce qui suit : « Notre aigle est un héritage de la Nouvelle Rome… un aigle à deux têtes. Bien sûr, notre aigle est fort et puissant, mais si vous coupez une des têtes de notre aigle, celle qui est tournée vers l’est, vous ne le transformerez pas en un aigle à une tête tourné vers l’ouest : Il ne fera que se vider de son sang ». Or, l’OTAN/Nazisme a fait exactement le contraire, en essayant de refaire la Russie à son image provinciale et donc de la saigner à mort en lui coupant une de ses têtes.

Cela ne se produira pas, quelles que soient les illusions entretenues par l’Occident sous le régime perfide d’Eltsine, dans les lointaines et désastreuses années 1990. Nous avons avancé d’une génération, nous sommes maintenant bien entrés dans le XXIe siècle. La Russie est désormais une superpuissance eurasienne restaurée, son aigle bicéphale regardant vers l’Est et l’Ouest, et le cœur de l’Eurasie, avec 70 % de la population mondiale et tant d’anciennes civilisations vivantes, est le présent et l’avenir du monde entier. La tâche de la Russie est de ramener la partie non russe de l’Europe, dans la partie occidentale de la péninsule européenne, dans l’orbite eurasienne, en libérant cette péninsule occidentale de son statut de vassal colonial des États-Unis, en la dénazifiant et en la démilitarisant également.

Pendant huit longues années, les pays occidentaux, dominés par l’idéologie nazie du « L’Occident est le meilleur », ainsi que les séparatistes de Kiev soutenus par les États-Unis, ont terrorisé et assassiné des milliers d’Ukrainiens dans la guerre du Donbass. Ils ont nargué la plus grande nation du monde, l’ours russe. Pendant 23 ans avant cela, ils ont humilié l’ours russe. Pensaient-ils vraiment qu’ils pourraient continuer à faire cela à la superpuissance bicontinentale restaurée, avec sa profonde tradition culturelle et ses vastes ressources naturelles, sans lesquelles l’Europe ne peut pas vivre ? Il est tellement triste de voir comment les dirigeants occidentaux irresponsables saisissent si peu les conséquences de leurs actions. N’ont-ils jamais entendu le mot « boomerang » ?

Les armées russes, hautement professionnelles, équipées du meilleur matériel mondial et brillamment formées, ont déjà libéré et sauvé l’Europe de formes de nazisme à deux reprises dans le passé, en 1814 et en 1945. C’est la troisième fois que l’Occident pique l’ours. Dès que possible, vous, les politiciens occidentaux, feriez mieux de cesser d’envoyer des armes létales de l’OTAN aux nazis en Ukraine, de demander la paix et d’accorder tout ce que la Fédération de Russie et la population non nazie d’Ukraine souhaitent. Nous sommes pro-ukrainiens, mais nous sommes anti-nazis. Vous êtes prévenus.

Batiushka

Publié le 4 juillet 2022 par hervek

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.