Depuis 1977, un groupe recense les observations d’OVNIS. Dans le Bas-Rhin, 38 ont été reportées, dont certaines restent très mystérieuses.

ovnis strasbourg

© Document remis / Geipan
Les phénomènes décrits par le Groupe d’étude et d’information des phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan) peuvent être étayés par des photos. Ici, le témoin a transmis 18 photos d’un évènement au-dessus de Plobsheim (Bas-Rhin), le 14 juin 2014.

On préfèrera le terme PAN à celui d’OVNI. Dans les deux cas, le mot peut paraître tout droit sorti d’un film de science-fiction.

Pourtant, le très sérieux Geipan (Groupe d’étude et d’information des phénomènes aérospatiaux non identifiés), rattaché au centre national d’études spatiales (CNES), recense les phénomènes aérospatiaux non identifiés (PAN) depuis 1977. Sa vocation : « Informer le public en toute transparence ».

Dans le Bas-Rhin, 38 cas de PAN ont été traités par le Geipan en 45 ans. Le groupe d’étude et d’information détaille ces phénomènes dans de longues descriptions méthodiques et les classe en fonction de leur étrangeté, selon un indice allant de A à D.

Si son but est « d’expliquer une observation étrange avec un ou des phénomènes connus », certaines d’entre elles restent… très étonnantes.

Dans les années 90, une soucoupe mystérieuse

En 1994, un phénomène observé proche de Sélestat est classé comme « étrange à très étrange ». Dans la nuit du 30 octobre, un couple en voiture décrit « un cercle lumineux tournant sur lui-même et sur la périphérie duquel se trouvent des lumières régulièrement disposées ».

L’évènement fait à l’époque l’objet de deux procès-verbaux auprès de la gendarmerie, accessibles sur le site. La brigade, après avoir mené une rapide enquête de voisinage, indique que les deux témoins ont été les seuls à décrire le phénomène et clôturent le dossier en décembre 1994.

Sont précisés le genre et l’âge des témoins, ainsi que les conditions météorologiques et le type de zone concernée, la trajectoire de l’objet, son impact sur l’environnement ou son bruit.

Le phénomène n’a pas pu être expliqué. Mise à jour en 2007, l’observation est résumée comme celle « d’un OVNI semblant suivre les témoins », mais ne propose malheureusement pas de photo.

Une rigueur à toute épreuve

Des 38 phénomènes étudiés par le Geipan, c’est le seul à avoir été classé comme « étrange à très étrange ».

Dix des 38 observations faites sont considérées inexpliquées en raison d’un « manque d’information fiable ».

Mais ces dernières sont tout de même extrêmement bien documentées. Dans un dossier de 15 pages, un témoin décrit par exemple un phénomène étrange dans la commune d’Eschbach (Bas-Rhin) en 2009. Il raconte avoir aperçu une sphère métallique flottant dans le ciel, accompagnée d’un bruit sourd et métallique, et poursuivie par des avions de chasse.

Certaines questions des dossiers d’enquête concernent les croyances du témoin : « Quel intérêt portiez-vous à ce genre de phénomènes, quel type de livre lisez-vous, pensez-vous que la science permettra de comprendre totalement l’univers »…

La Geipan classera cette observation comme « peu consistante et sans caractère d’étrangeté », car « peu documentée » et « soumise tardivement à l’analyse du collège d’experts ».

Montgolfières et lanternes thaïes à l’origine d’observations étranges

Pour la plupart des observations listées, les explications sont cependant banales. Huit d’entre elles sont par exemple dues à des lanternes thaïes, comme s’agissant de ce témoignage à Strasbourg, fin août 2013, décrivant « le déplacement silencieux d’un point bleu, de la taille d’une balle de tennis, descendant du ciel avec une trajectoire en S ».

A Haguenau en 2018, un témoin se dit « préoccupé et tracassé » par l’observation d’un « passage dans le ciel d’une boule cylindrique brillante et d’une boule noire », au-dessus du terrain de rugby où jouait son fils. Le Geipan déterminera qu’il s’agit… d’un banal passage d’avion !

ovni haguenau

© Document remis / Geipan
A Haguenau, le 9 mai 2018, un témoin photographie un PAN : il s’agira finalement d’un avion.

Parmi les autres explications à des effets visuels faisant penser à des OVNIS, le Geipan liste l’éclairage public, les montgolfières, les reflets, lasers, bolides, ou encore le passage de la station spatiale internationale (ISS).

Enquêteurs, promeneurs… le Geipan étudie tous les témoignages

Le groupe d’étude se base donc sur des témoignages. Ces derniers sont ensuite étudiés par des enquêteurs bénévoles, afin d’en assurer la véracité. Pour ce faire, une investigation est menée sur six étapes avant de finir exposée au public, sur le site web. Les témoignages sont anonymisés.

Il s’appuie aussi sur un « collège d’experts multidisciplinaires et scientifiques », tel que le CNRS. Et pour accéder à des informations rapides, le Geipan collabore avec la gendarmerie nationale, l’armée de l’air, l’aviation civile, la marine, et Météo-France.

Dernier détail sur sa mission : le Geipan est doté d’un comité dont la mission est l’analyse de ces résultats, pour formuler des recommandations sur l’orientation du CNES.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.