Mardi 28 juin, le groupe TF1 a annoncé avoir signé un “accord” avec le groupe Reworld pour lui céder son pôle de médias numériques Unify (composé de médias comme Marmiton, Doctissimo, auféminin, My Little Paris…). Malgré les difficultés pour rentabiliser ces sites, ces douze “marques digitales” sont très connues et appréciées des Français, et les accompagnent dans leur quotidien. Cependant, avec la généralisation du blocage des cookies, le géant de la télévision peine à en tirer parti.

Les cookies remplacés par les sites de replay

Selon TF1, ces sites réunissent 25 millions de visiteurs uniques chaque mois et plus de 200 millions de pages vues par an. Ils rassemblent 150 influenceurs, dont une trentaine en exclusivité. Recettes, données de santé, auto, sorties, maison… Ces sites représentent le lieu de rencontre en ligne des Français au sujet de thématiques liées à leurs intérêts quotidiens. Ils devraient bientôt rejoindre ceux qui font déjà partie de Reworld Media, comme Auto Moto, Marie France ou Maison et Travaux. “L’opération porterait l’audience de Reworld Media à plus de 36 millions de visiteurs uniques mensuels selon Médiamétrie”, a indiqué le potentiel acquéreur. Pour Alexandre Joux, économiste des médias à l’Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication, l’initiative de rachat s’explique par la montée de la tendance des sites replay. Aujourd’hui, les chaînes télés n’ont pas besoin de se tourner vers des médias en ligne pour récupérer des données, car, grâce aux sites de replay, on peut analyser le comportement des téléspectateurs, ces sites donnent plein d’informations concernant le public. Ces informations ont une importance d’autant plus vitale aujourd’hui que le blocage des cookies est beaucoup plus répandu. 

Des pratiques peu scrupuleuses des sites du type Doctissimo concernant les données personnelles

En juillet 2020, l’ONG Privacy International avait déposé une réclamation auprès de la CNIL pour des manquements graves et répétés de la plateforme leader sur le marché de l’information santé, Doctissimo. Dans sa plainte, l’association accuse Doctissimo d’un “partage systématique des données avec un grand nombre de tiers“.  Lors de certains questionnaires proposés aux internautes, le site envoyait, selon l’association, des réponses sans protection au prestataire technique responsable de ce test, “y compris lorsque ce dernier comporte des informations sensibles issues de questions médicales”.

Une vente soumise à conditions et tensions 

Comme l’explique un communiqué conjoint, “la réalisation définitive de l’opération reste soumise aux conditions suspensives habituelles en la matière, en particulier l’autorisation de l’Autorité de la concurrence” qui devrait faire connaître sa résolution cet hiver. Le groupe Reworld s’est engagé à reprendre l’ensemble des 300 collaborateurs aujourd’hui en poste dans le pôle. Autre projet, dans la tendance à la concentration des médias, la fusion entre TF1 et M6, qui attend aussi le feu vert de plusieurs autorités réglementaires.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.