Demander aux collégiens de résister à l’envie d’utiliser leur smartphone pendant une semaine : c’est le défi qu’a lancé la direction du collège du Vieux-Port à ses élèves. Une expérience qui révèle un problème d’addiction majeur chez les adolescents, mais pas seulement.

L’expérience a été menée au collège du Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône) et décidée par un principal inquiet de voir ses jeunes élèves de plus en plus accros aux jeux et aux réseaux sociaux. Certains jeunes admettent passer environ six heures par jour sur les smartphones en semaine et près de trois fois plus le week-end.

Combattre le mal par le mal

Il a donc fait appel à l’une des rares associations qui travaillent sur l’addiction aux smartphones. « Lève les yeux », créée en 2018, propose un défi déconnexion en deux temps, raconte le magazine Le Point : un atelier préparatoire s’est d’abord déroulé dans chacune des seize classes du collège. Les élèves ont alors dû placer leur téléphone dans une pochette qui verrouille l’appareil (un dispositif parfois utilisé dans les salles de spectacles). Puis, on leur a proposé le jeu « planète déconnexion », sorte de memory qui invite à réfléchir à des situations avec/sans écran, telle que marcher dans la rue en regardant son téléphone ou en regardant devant soi ; danser seul devant son smartphone pour publier la vidéo sur un réseau social ou avec ses amis…

Lire aussi : Le retour de la cabine téléphonique pour protester contre la dictature numérique

Puis, les élèves se sont vu proposer les travaux pratiques pendant une semaine complète : ils devaient résister autant que possible à la tentation d’utiliser leur smartphone et tenir un journal de bord quotidien. Pour les y aider, des activités ont été organisées au sein de l’établissement : jeux de société, échecs, ateliers sur le cyber-harcèlement, breakdance…

Bien sûr, certains ados ont résisté plus facilement que d’autres, notamment les plus jeunes, qui se voyaient récompensés d’une sortie à l’accrobranche à la fin de la semaine. Mais pour les plus âgés, la semaine a souvent été rude, comme l’admet une collégienne dans les colonnes du Point : au début, Linda a tenu bon grâce au puzzle offert par sa sœur. « Mais après il y a eu une mise à jour du jeu Genshin Impact et j’ai pas résisté. » Elle a cependant réussi à réduire son temps d’écran de 27 %… le faisant ainsi tomber à sept heures par jour.

Les écrans font des ravages dès la crèche

Les chiffres du temps passé sur les écrans sont globalement alarmants : en moyenne, les 7-12 ans passeraient neuf heures par semaine sur Internet et jusqu’à 18 heures par semaine pour les 13 ans et plus. L’addiction aux écrans devient d’ailleurs un problème de santé publique, estime la coordinatrice du réseau Vieux-Port d’éducation prioritaire renforcé, Carine Sauvayre dans Le Point. Les professionnels de l’éducation constatent depuis des années un impact sur les apprentissages, sur les capacités de concentration, mais aussi sur le comportement des enfants.

Lire aussi : Comment repérer une éventuelle addiction aux écrans ?

D’ailleurs, au cours de cette expérience, elle a constaté un climat scolaire plus apaisé. Elle pense poursuivre ce travail auprès des crèches et des maternelles : les enfants dits « Covid » arrivent en effet à l’école avec des difficultés de concentration, des retards de langages et des troubles s’apparentant à des troubles autistiques, qui sont vraisemblablement, selon les spécialistes, liés à une forte exposition aux écrans dès le plus jeune âge.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.