Possiblement le plus grand clown que la politique britannique ait jamais vu est sur le point de partir. Des ministres et des assistants, quarante-et-un en vingt-quatre heures, ont quitté son navire en perdition.

kkkkk

Quant à Johnson lui-même, il passe ses derniers jours ou ses dernières heures à réarranger les chaises longues avec seulement le dernier béni-oui-oui à ses côtés. L’insubmersible Titanic commence à sombrer. Que l’orchestre joue. Le Titanic coule. Si vous êtes un rat, débarquez maintenant.

Déjà, avant que Johnson ne soit réellement parti, certains parlent d’un futur Premier ministre indien pour le Royaume-Uni, le démissionnaire Rishi Sunak, ancien Chancelier (ministre des Finances), marié à la fille de l’un des plus riches milliardaires indiens. Quelle ironie : le colonisateur est colonisé et le poste suprême pourrait revenir à un homme originaire de la colonie britannique la plus exploitée et pillée de toutes.

Johnson est la première victime politique du soutien occidental aux bandits terroristes d’Ukraine. Alors que des pans entiers de la population frappée par les sanctions mangent dans les banques alimentaires, que les gens ne peuvent pas se permettre de voyager ou de chauffer et d’éclairer leur maison, que les magasins ferment et que des grèves éclatent dans tout le Royaume-Uni, mais qu’il y a des milliards de livres à envoyer en Ukraine et à gaspiller dans les dépenses militaires déjà absurdement élevées, les choix politiques de Johnson sont punis par les masses. Ses mensonges continuels ont détruit toute confiance en lui.

La question est la suivante : qui sera le deuxième à couler avec le branlant navire Titanic ? Certains suggèrent que ce sera Biden, lors des élections de mi-mandat aux États-Unis, le 8 novembre. Franchement, il semble peu probable qu’il soit le second. Nous ne sommes qu’au début du mois de juillet et la situation politique de divers dirigeants politiques dans divers pays européens est si fragile qu’il est difficile de prédire qui, ou même combien, partiront avant novembre.

Le fait que Johnson l’Ignominieux ait été le premier à être sur le chemin du départ est significatif. Car Johnson, maître du vide moral, était le fanatique qui a soutenu la junte fasciste de Kiev plus que n’importe quel autre dirigeant occidental, dans la rhétorique, du moins encore plus que Biden le dément, maître du vide mental.

Les poètes savent tout de la justice poétique. Maintenant, les athées aussi devraient écouter. Peut-être, juste peut-être, étant donné que Johnson est parti, qu’il y a un Dieu qui accorde la justice après tout.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.