Devenus accessoires de mode, les tote bags sont depuis une dizaine d’années un des symboles de la lutte contre le plastique à usage unique. Mais selon des études scientifiques récentes, ces sacs en toile souple ne sont pas si écologiques que ça…

Un faux allié

Un peu partout dans le monde, on bannit progressivement le plastique à usage unique. Depuis juillet 2021, une directive européenne interdit de mettre sur le marché des pailles, des assiettes ou encore des couverts en plastique à usage unique au sein de l’Union européenne.

Voir aussi : Écologie: “Nous avons les solutions et nous avons tous un rôle à jouer” Christophe Doré

Dans cet esprit, le fameux tote bag, la plupart du temps en coton, vise à remplacer les sacs en plastique. Il est rapidement devenu un des principaux symboles de l’engagement pour la planète. Mais comme le signale le média Futura Sciences, des études ont montré que l’impact du tote bag sur l’environnement est loin d’être négligeable, ce qui en fait un faux allié de la cause environnementale.

Un effet de mode

Le principal problème, comme pour les cabas en plastique plus épais, c’est que la plupart des tote bags en tissu ne sont pas vraiment réutilisés. Si l’on achète un nouveau tote bag à chaque fois que l’on va faire les courses, aucun intérêt. De plus, ces sacs ne sont pas toujours faits de matière biodégradable. Enfin, après avoir traîné longtemps dans les placards, il arrive qu’ils finissent dans la poubelle ou dans des points de recyclage. Pour peu qu’ils contiennent des colorants à base de PVC, leur recyclage devient plus compliqué, et la plupart finissent incinérés ou au fond des océans.

En somme, pour qu’il soit réellement plus écologique qu’un sac en plastique conventionnel, il faudrait le réutiliser entre 50 et 150 fois, et s’assurer que son tissu est bien biodégradable. En d’autres termes, qu’il ne soit pas simplement un accessoire de mode.

Vraie ou fausse écologie ?

Le cas des tote bags est similaire — entre beaucoup d’autres — à celui du lait d’amande. Ce dernier est considéré par certains comme une option plus écologique que le lait de vache, alors que c’est une des boissons végétales les plus gourmandes en eau et en pesticides (glyphosate, fongicides et insecticides), qui représente donc un désastre environnemental.

Lire aussi : Le lait d’amande: jeu de massacre pour les abeilles

Autrement dit, il ne semble pas y avoir de matériau parfait et irréprochable. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, qu’il convient de mesurer à chaque fois. Pour en revenir à nos tote bags, notons que pour chacun d’eux, la production du coton nécessite des quantités bien supérieures à 500 litres d’eau. Par ailleurs, cette fabrication se fait la plupart du temps en Chine, dans des conditions peu respectueuses des travailleurs.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.