Plusieurs personnalités de gauche se sont indignées d’une convergence entre le gouvernement et le RN sur la question de l’expulsion des étrangers ayant commis des actes graves, évoquée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Le virage à droite du gouvernement, qui a ouvert la porte le 9 juillet à l’expulsion d’étrangers auteurs de graves infractions, a été perçu comme un appel du pied au RN par une partie de la gauche. Plusieurs personnalités ont ainsi fait le parallèle avec le programme du parti populiste alors que dans la foulée, Marine Le Pen s’est réjouie de cette résolution. 

«Même plus besoin de faire semblant. On sait avec qui le gouvernement va gouverner à l’Assemblée nationale», a ainsi déclaré l’ancienne tête de liste de La France insoumise aux élections européennes Manon Aubry dans un tweet. 

«Ou comment parler aux tripes de l’extrême droite», a dit pour sa part la députée insoumise fraîchement réélue Clémentine Autain.

Similairement, la sénatrice écologiste Mélanie Vogel a tweeté : «Darmanin propose d’appliquer le programme de l’extrême-droite. Marine Le Pen est satisfaite.»

La sénatrice Esther Benbassa, ex-EELV, y est aussi allée de son tweet contre le projet du gouvernement. «Dès qu’il s’agit d’expulser des étrangers, Gérald Darmanin et Marine Le Pen sont à «100%» sur la même ligne […] On sait désormais qui est prêt à gouverner avec qui», a-t-elle estimé. 

«Quand l’autoproclamé “camp de la raison” pense parler aux “tripes des Français”, le premier réflexe c’est d’associer immigration et délinquance», a décrit de son côté le Premier secrétaire du PS Olivier Faure. 

«100 fois oui» pour Le Pen

La présidente du groupe RN à l’Assemblée n’a pas hésité à se prononcer en faveur de la mesure : «Si [Gérald Darmanin] veut expulser les étrangers coupables de crimes et de délits, c’est 100 fois oui», a déclaré Marine Le Pen sur BFMTV le 10 juillet. 

Mais à droite, l’idée du gouvernement est également perçue comme démagogique. «Contrairement à ce qu’il dit, le gouvernement “n’expulsera” pas “tout étranger ayant commis un acte grave” ! La jurisprudence de la CEDH [Cour européenne des Droits de l’Homme] l’interdit. La CEDH nous a même obligés à garder des étrangers condamnés pour terrorisme ! Enfumage total : il faut quitter CEDH et UE», a par exemple déclaré le président des Patriotes Florian Philippot sur Twitter. 

De même, le leader de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a écrit sur le réseau social : «Gesticulation estivale et mensongère du gouvernement sur l’expulsion des étrangers délinquants alors qu’il est déjà incapable d’expulser les clandestins ! Sans parler de la jurisprudence de la CEDH qu’il accepte !!! Besoin d’une vraie rupture.»





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.