La nouvelle est restée confidentielle mais l’informé que je suis peut la révéler, la Chaine Parlementaire, petite sœur du PAF, a décidé de réécrire l’histoire de France. Vaste programme. Quand je dis « réécrire » j’exagère, le terme écrire convient mieux car le boulot reste à faire. De 1515 à Marignan jusqu’aux Accords d’Évian, tout ce qui est entré dans votre mémoire est faux ou suspect. Des vérités en plaqué or. Intoxiqués ? Vous l’êtes puisque vous avez avalé la dioxine déversée par des historiens trop socialos, trop cocos, trotskos et pourquoi pas anars. Eux aidés d’idiots utiles, quelques vétilleux démocrates, vous ont doré la pilule. Tous malhonnêtes, attachés au triomphe du faux, comme les esclaves à la construction des pyramides, voilà qui vous a enseigné Histoire.

Alors que la vérité, portée par une nouvelle école de « chercheurs » est tout autre. Je vous donne un exemple. On vous a sûrement enseigné que Pétain était une ordure assassine ? Eh bien pas du tout. Maintenant cette « question » se questionne, des thèses et des antithèses qui ne sont pas foutaises, débarquent à la télévision et dans les devantures de librairies, c’est-à-dire la même chose. Et Pétain était un brave homme puisque la vérité est remontée jusqu’à Macron qui nous l’a transmise avec ses louanges au « héros de Verdun ». Vous voyez que la vraie vérité progresse. En vieux français, qui date de trente ans, on appelait ça le révisionnisme. Fini, le vrai est devenu faux.

Je reviens au cas de LCP qui accomplit sa part dans cette noble mission d’éducation des masses, celle de remettre l’histoire sur ses pattes. Ici, la chaîne parlementaire a, en Jean-Pierre Gratien, trouvé son Michelet, l’art de tricoter l’épopée et le mensonge sans faire de trous. Ce roc star qui parle de marbre anime « Débatdoc », une émission de soirée où une conversation est censée éclairer le sujet du film qui vient d’être diffusé. Jadis on nommait cette chose « Les dossiers de l’écran ». Allez j’exagère en évoquant Michelet, disons que Gratien est un aiguilleur de TER qui doit renvoyer l’Histoire sur de bons rails. L’erreur lui est donc interdite, sinon la loco transperce la façade de la gare Montparnasse. Pour assurer le cheminement de la Nouvelle Histoire Gratien doit donc choisir des experts… Besogne difficile puisque chaque français en est un, même Raoult. Le leitmotiv de notre journaliste-animateur est d’introduire dans nos têtes trop cabossées par les mensonges du temps que, finalement, l’Histoire n’est pas simple. Qu’un loup, un ogre, un idéologue se cache derrière les ères errantes de l’Histoire. Et si De Gaulle n’était parti à Londres qu’en raison d’un chagrin d’amour… Faut creuser. Pour faire dans le global, si un jour vous postulez pour un job d’expert à « Débadoc » sachez que tout ce qui est « rouge », sans le fil, ne s’en sort pas intact.

C’est ce qui vient de se produire, le 27 juin, après une émission intitulée : « 1939 – 1945 : quand la gauche collaborait ». Déjà la réponse est contenue dans la question. Lors de la partie orale (Freud es-tu là ?) nous avons pu entendre lors de cette tiède soirée, un individu nommé Olivier Dard, dont on nous jure qu’il est professeur d’histoire, affirmer qu’en 1938, juste avant la guerre, « tous les députés communistes ont voté pour approuver les Accords de Munich » ! Mensonge, sottise, fake, révision : même un lecteur de « L’Histoire pour les nuls » ne saurait proférer une telle saloperie. Face à cela alors que dans le film Pascal Ory venait de citer le vote unanime des communistes contre les « Accords », notre Gratien n’a pas bronché. Et même relancé Dard sur cette piste rouge. Que LCP soit remerciée pour l’écriture de notre nouvelle Histoire où le coco à travers le temps ne saurait être autre chose que collabo.

Vous objecterez « pourquoi inviter comme « expert » un tel ignorant » ? Bonne question. D’autant que Dard n’en est pas à son premier déraillement. En 2018, pour le compte du ministère de la Culture, l’historien avait été chargé de rédiger une fiche sur Charles Maurras devant figurer dans « Le Grand Livre des Commémorations ». Le texte de Dard se montrait si amoureux de son facho sujet que celui-ci n’apparaissait même pas comme totalement antisémite. Pour Dard, Maurras, qui il est vrai a jadis bercé les rêves de Mitterrand, n’était rien de plus qu’un patriote. Scandale quand même, et mise au pilon du papier signé Dard. On aurait pu imaginer Dard s’en allant vivre à Roquevaire, près de Marseille, afin de plus aisément fleurir la tombe de son modèle, comme dirait Rodin. Rien, purgatoire zéro, on continue d’inviter Dard, dans les débats ce qui est finalement comique et indique le degré d’à peu près de cet exercice idiot visuel.

Gratien, et son « Débatdoc » n’est pas un débutant, mais un récidiviste qui prend l’Histoire pour de la pâte à modeler. Je me souviens d’une émission sûr « Les tondues de Chartes ». Pour illustrer cet épisode, celui des femmes rasées à la Libération, le journaliste nous a montré très peu d’images filmées à Chartres, ce qui est fâcheux. Puis Gratien oubliant que tous les magistrats, sauf un, avaient prêté serment à Pétain, a laissé dire que les juges -qui ont miraculeusement, tous ou presque, retrouvé leurs prétoires dès 44- étaient alors « assistés dans d’un membre de la Résistance ». Ce qui est faux. Non, pardon, vrai : puisque voilà la Nouvelle Histoire.

Si je peux prodiguer un conseil à mon parfait confrère, c’est d’inviter un autre historien, un certain Berlière, poisson pilote du polémiste d’extrême-droite Michel Onfray. Cet historien de Môquet n’est pas un Martyr de Chateaubriant mais un collabo auprès des nazis. C’est avec des chercheurs aussi pointus que nous avanceront. Enfin nos cheveux au vent onduleront sur nos têtes bien remplies.

Vous aurez noté que dans cet épisode déshonorant pour le savoir, la pensée, la rigueur et le respect de l’Histoire, pas un seul chasseur de « fake news » n’a montré le bout de son nez. Pas de Tristan Mendès France ou Rudy Reichstadt les impitoyables défenseurs de Washington et des colons d’Israël et aucun autre membre de la secte « Conspiracy Watch », pas de hérauts de France Inter, si radicaux face à ce qui n’est pas leur vérité et baptisent « mensonge ». Pas une ligne non plus dans Le Monde, bréviaire des adeptes de la pensée juste ou de Médiapart trop occupé à défendre Biden dans sa campagne d’Ukraine. L’Histoire dès qu’elle met le rouge en valeur a dit la vérité, elle doit être exécutée.

Jacque-Marie BOURGET

PS. Les curieux du droit de savoir peuvent, plutôt que l’immense (!) Dard, ouvrir quelques-uns des ouvrages d’Annie Lacroix-Riz comme « Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Colin, nouvelle édition complétée et révisée, 2010, 679 p., et « De Munich à Vichy, l’assassinat de la 3e République, 1938-1940 », Paris, Armand Colin, 2008, 408 p., qui traitent amplement de la question.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.