Au camp des Milles (à Aix-en-Provence, en France !) on n’a ni gazé, ni brûlé, pourtant l’horreur était déjà là, en germe, prête à s’imposer si rien ne l’arrêtait. Et rien ne l’a arrêtée !

Ce camp témoigne comment un engrenage d’intolérances successives (xénophobie, antisémitisme), de lâchetés et de soumission à l’idéologie dominante a pu conduire à la pire folie meurtrière.

1939 : sous la IIIe République les premiers internés de cette ancienne briqueterie sont des Allemands, opposants au régime nazi qui ont fui les persécutions et qualifiés de « sujets ennemis ». Ce sont surtout des artistes (comme le peintre Max Ernst) et des intellectuels (comme l’écrivain Franz Hessel, père de Stéphane).

1940 : sous la dictature de Pétain d’autres « étrangers » sont transférés au camp dont des anciens des Brigades Internationales ayant combattu les fascistes espagnols et autres “indésirables”, essentiellement communistes.

1942 : puis, dans l’indifférence générale, femmes et enfants juifs de la région iront finalement rejoindre les autres internés pour être déportés à Auschwitz. Et ce avant même l’occupation allemande de la zone sud.

Ce sont donc des dirigeants français, avec l’aide de la police française, de l’armée française, dans le silence des populations environnantes et des media, qui ont organisé au camp des Milles la déportation vers les camps de la mort. Comme au Vel d’Hiv !

C’est le même processus qui a conduit des Allemands à se faire les complices de cette horreur absolue. Car tous les malheurs du monde depuis la nuit des temps : guerres, massacres, Inquisition, St Barthélémy, etc … et jusqu’à l’extermination de millions d’êtres humains, sont le résultat des mêmes mécanismes :

• des politiciens carriéristes adoubant des psychopathes au pouvoir
• des media à leur botte relayant discours guerrier et propagande
• la désignation de « cibles » pour justifier une dérive liberticide
• un peuple manipulé et asservi par la peur

Alors il ne s’agit pas de comparer avec aujourd’hui et des contextes historiques différents. Mais de comprendre qu’on doit toujours se prémunir d’autres malheurs à venir en étant vigilants. Nous le devons à la mémoire des victimes, qu’ils ne soient pas morts pour rien et que jamais ne reviennent des temps maudits !

Nous ne devons laisser s’installer ni l’intolérance, ni les atteintes à nos libertés. Pas plus que nous ne devons accepter que les dirigeants français soutiennent des criminels notoires. Car les ferments du pire sont toujours là, tapis dans l’ombre.

Des « ennemis » intérieurs sont d’ores et déjà désignés, la « guerre » est déclarée chaque jour par le pouvoir et le « formatage » des populations est en marche.

Les régimes autoritaires ont montré du doigt des “ cibles ” afin de mobiliser une “ union sacrée ” autour d’eux, canaliser ainsi les haines vers un “ ennemi ” et justifier leurs atteintes aux libertés :

∗ hier pour le nazisme et son relais le pétainisme, les juifs

∗ et aujourd’hui pour le macronisme tout puissant, les media et l’extrême droite réunis, les musulmans.

L’absence de réaction massive à de telles pratiques, si éloignées des valeurs de la République, fait déjà craindre à un point de non-retour.

Ainsi du délit d’opinion, propre des dictatures, déjà imposé dans certains pays, mais aussi au Parlement européen et en France en tentant de faire taire les défenseurs des Droits Humains comme BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions).

Des accords commerciaux, policiers et militaires, entre Israël et la France font de nous les complices du sort infligé aux réfugiés palestiniens parqués dans des camps, privés de liberté de circulation, ou encore, expulsés et bannis illégalement de leur propre pays. Quand ils ne sont pas purement et simplement massacrés comme à Gaza !

Un tel rapprochement idéologique est indigne de notre Histoire.

Illustration : fresque peinte par des prisonniers





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.