Un projet de loi va être présenté prochainement pour le “maintien provisoire d’un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la Covid-19”. En prévision, l’association BonSens.org a décidé d’adresser une lettre aux sénateurs et aux députés français. Publiée le 7 juillet, celle-ci vise à alerter sur les points fondamentaux relatifs à la vaccination anti-Covid.

Retrouvez l’intégralité du communiqué de BonSens publié le 7 juillet 2022 (PDF)

Le collectif citoyen BonSens.org — dont Xavier Azalbert, directeur de la publication de FranceSoir, est administrateur — avait déjà alerté les membres de la représentation nationale en juillet 2021, “via un courrier d’information comportant des sources officielles”

Cela n’a pas empêché le gouvernement de prendre des décisions pour le moins controversées. Parmi elles, l’obligation vaccinale pour les professionnels de santé et l’instauration du passe sanitaire, puis vaccinal, apparaissent comme les points les plus liberticides.

En janvier 2022, BonSens avait déjà déposé une plainte pénale contre les membres de la Commission mixte paritaire “suite au vote ayant approuvé le projet de loi le 5 août 2021”, déplorant que cette loi ait été adoptée malgré leurs alertes. Les députés et sénateurs “étaient dument informés dans le cadre de leurs décisions et votes sur les sujets relatifs à la vaccination Covid-19”.

Depuis, le cadre sanitaire et scientifique a évolué. Aussi le dernier communiqué de BonSens veut-il démontrer qu’il n’y a aucun “aucun consensus scientifique en faveur de la vaccination de masse, ni en faveur d’une balance bénéfice/risque qui serait forcément favorable”. Le collectif citoyen propose pour ce faire un résumé de “loyales informations documentées sur la vaccination par les produits Pfizer et Moderna en population générale”.

Contrairement à ce qui a été avancé par les fabricants de vaccin, “repris en chœur par monsieur Olivier Véran et ses collaborateurs”, plusieurs risques post-vaccinaux sont à notifier :

  • Des risques pour la fertilité ;
  • Des risques pour le génome humain ;
  • Des risques cardiaques ;
  • Une inefficacité des vaccins Covid sur l’infection et sur la mortalité avec le variant Omicron ;
  • Un risque d’aggravation de l’infection par les vaccins dont l’aggravation dépendante des anticorps (ADE) ;
  • Le bénéfice/risque des vaccinations Contre le covid-19 pour les enfants et les adolescents ;
  • Le bénéfice/risque des vaccinations contre le Covid-19 pour les femmes enceintes ;
  • Des essais cliniques Pfizer qui ne sont pas valables ;
  • Des effets indésirables comme jamais observés et signalés auparavant avec des vaccins ;
  • De nombreux chercheurs ajoutent que l’immunité naturelle est toujours meilleure que celle obtenue avec les vaccins.

En somme, l’association citoyenne veut alerter les parlementaires fraîchement (ré)élus des risques majeurs observés suite à la vaccination de masse. Selon BonSens, il est de leur “responsabilité de décider un moratoire pour ces vaccins”.

Voir aussi : Vaccins: une plainte pour crime d’empoisonnement déposée au Tribunal judiciaire de Paris

Pour rappel, BonSens regroupe 32 000 membres. Son statut ainsi que celui de ses cofondateurs sont consultables à la préfecture de Strasbourg.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.