Traditionnellement marquée par des débordements, la nuit du 13 au 14 juillet a, une fois de plus, été secouée par des incidents dans plusieurs villes françaises où forces de l’ordre et pompiers ont été amenés à intervenir pour rétablir le calme.

Comme le rapporte la presse régionale, la nuit du 13 au 14 juillet a été marquée par des faits de délinquance dans plusieurs villes françaises, certains individus ayant pris à partie les pompiers ainsi que les forces de l’ordre.

«Des pompiers visés par des tirs de mortier d’artifice en Seine-Maritime, un blessé léger», a par exemple rapporté Sud-Ouest en référence à des incidents nocturnes ayant secoué la ville de Canteleu, dans la banlieue ouest de Rouen.

Sur Twitter, les pompiers ont annoncé le dépôt d’une plainte.

De son côté, Le Progrès relate que «vers 23 heures, des forces de l’ordre ont été la cible de caillassages et des feux de poubelle étaient à déplorer dans l’agglomération lyonnaise». Le quotidien régional, qui fait état d’une quinzaine d’interpellations, rapporte également des «tirs de mortiers d’artifice» dans l’est lyonnais (Vaulx-en-Velin, Saint-Priest ou encore Villeurbanne) et dans le VIIIe arrondissement de Lyon. «Des équipages de police auraient également été pris à partie lors d’interventions notamment à Vénissieux et Lyon», est-il encore précisé.

«Des incidents et au moins 40 voitures incendiées dans la Métropole de Lyon», a de son côté résumé Lyon mag.

En Bretagne cette fois, Le Télégramme rapporte «une nouvelle salve de voitures brûlées, dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 juillet, à Brest». «19 sapeurs pompiers étaient mobilisés sur place, avec également la présence des forces de l’ordre pour sécuriser les lieux», peut-on lire dans l’article qui précise néanmoins que l’intervention s’est déroulée dans le calme.

«Voitures et poubelles incendiées : nuit agitée à Dijon, Chenôve et Talant», relate encore Le Bien Public dans les Côtes-d’Or.

La nuit du 13 au 14 juillet est régulièrement marquée par des débordements. L’an passé, les forces de l’ordre avaient recensé 294 voitures brûlées en France et près de 250 interpellations d’un bout à l’autre du territoire.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.