EDITO – Serons-nous, Français, les derniers à nous mettre à naviguer contre le vent et la marée ?

Allons-nous être les derniers à maintenir le cap « prison » fixé par les mondialistes, cette ligne « élimination des libertés » pilotée par nos dirigeants, alors qu’ailleurs sur la planète, pression de la rue et révoltes des populations font perdre du terrain aux “princes” qui nous gouvernent ?

Dans les journaux du reste du monde, la Covid ne fait plus recette. Dans plusieurs pays, les peuples commencent à s’insurger contre la misère. Plusieurs mouvements sont encore en gestation, certes, mais d’autres ont d’ores et déjà fait apparaitre leur substantialité (aux Pays-Bas, les tracteurs sont dans la rue. En Allemagne, tous les soirs, des manifestants de plus en plus nombreux défilent dans les rues. Au Sri Lanka, le peuple en lutte se soulève contre les instances mondialistes, prenant d’assaut le palais présidentiel…).

Aussi, 233 ans plus tard, une phrase parmi les plus célèbres de l’histoire (lancée le soir du 14 juillet 1789, en réponse à celle de Louis XVI, par le duc de la Rochefoucauld Liancourt) pourrait bien devenir de nouveau d’actualité :

« Mais c’est une révolte ? »

« Non, Sire : c’est une révolution ! »

En ce 14 juillet, l’Hexagone se pare de bleu, blanc, rouge pour célébrer ce tournant emblématique survenu plus de deux siècles plus tôt : la prise de la Bastille, forteresse édifiée au XIVe siècle pour protéger la capitale avant de servir de prison d’État. Marquant le point de départ de la Révolution française, cette date depuis symbolise la fin de l’arbitraire royal.

Deux siècles plus tard, en 2022, se dresse une Bastille “jupitérienne” en France, pays qui fut jadis celui des droits de l’homme, devenu aujourd’hui simple bon soldat du projet davosien et, en conséquence, bon dernier de la classe en matière de défense des libertés : l’arbitraire, de nouveau, règne.

Avec son projet de loi Covid, qui va à l’encontre des données de la science sur l’efficacité du vaccin et des mesures de restrictions dites sanitaires, l’oligarchie dirigeante affiche sa volonté de perpétuer ce règne de l’arbitraire, s’inscrivant ainsi dans la continuité de deux années de manquements répétés envers les Français et de diffusion de « contre-vérités » que nombre d’analystes n’hésitent plus désormais à qualifier de « mensonges délibérés », parfois les mêmes qui, hier, taxaient FranceSoir de « complotisme ».

Le 14 juillet 1941, 152 ans après la prise de la Bastille, naissait sous l’Occupation le journal clandestin Défense de la France, illustre ancêtre de FranceSoir. Fondé par de jeunes chefs résistants déterminés à dénoncer l’occupation allemande, il deviendra le plus gros tirage de la presse clandestine de l’époque. En dépit des coups portés par les polices allemande et française, ces journalistes vilipendés réussiront à imprimer leur journal jusqu’à la Libération. Suivant leur exemple dans une époque remplie d’incertitudes, malgré la censure de Google, malgré les attaques diffamatoires de la presse mainstream, l’équipe de FranceSoir restera, elle aussi, déterminée à tenir ce rôle d’”aimants” de l’information et continuera de vous informer afin d’assurer le respect de la vérité « quelles qu’en puissent être les conséquences pour nous-mêmes, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité (Charte de Munich). »





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.