Avec le carburant qui atteint des sommets, un de mes correspondant m’a fait parvenir cette vidéo, sollicitant l’avis des moutmouts. Je ne connais rien aux moteurs mais j’ai entendu parler, comme beaucoup, de ce fameux moteur Pantone (révolutionnaire??)

Pour illustration/isotta fraschini rouge, brune et noire avec sièges en cuir et garde-boue rembourrés de 1906/123.rf

Source : The Choucroute Garage

Moteur à eau, Pantone ou sytème HH0, tous les systèmes qui sont sensés utiliser de l’eau comme carburant … vrai … ou pas ?

Mise à jour :

Comme nous n’en savons pas plus sur ce moteur Pantone. J’ai reçu ces explications de Phillipe H. que je remercie. Vous pouvez compléter ;)

Le principe du moteur Pantone fonctionne très bien, puisqu’il s’agit de
diviser l’eau et des comburants imbrûlés afin de les réintégrer au
carburant, tel que nous avons une production d’hydrogène et d’oxygène 
obtenue par crackage de l’eau à l’état de vapeur, et des gaz imbrûlés
lavés et envoyés avec la vapeur d’eau.

Le carburant étant chauffé facilite l’expansion et la pré-libération de
l’hydrogène contenu dans l’essence ou le diesel (expansion des fluides à
la chaleur) assimile mieux l’apport supplémentaire de l’hydrogène et des
gaz imbrûlés obtenus ci-avant.

En fait, si on réfléchit un tant soit peu, l’essence est du type C4H16
(4 atomes de carbone pour 16 atomes d’hydrogène) au moins, et la plupart
des carburants sont fabriqués selon la même composition approximative.
Lorsque le carburant est vaporisé dans le cylindre (très chaud)
l’hydrogène et le carbone se séparent, obtenant donc une réaction
hydrogène du carburant + oxygène de l’air fortement explosif en présence
d’une étincelle. Plus le mélange est riche en hydrogène et oxygène, plus
l’explosion est forte et la quantité de produit nécessaire devient
moindre. Le système Pantone ne fait donc qu’ajouter de l’hydrogène et de
l’oxygène au carburant initial ainsi que des gaz d’échappements imbrûlés
et lavés et en assurant la cohésion au travers d’un champ magnétique. Ce
phénomène réduit donc la quantité de carburant nécessaire pour obtenir
une explosion.

Si on simplifie à l’extrême,  on change simplement la composition du
carburant.

On pourrait chercher d’autres méthodes pour obtenir le même résultat,
sauf qu’il faut tenir compte d’une part de l’énergie nécessaire pour
séparer l’hydrogène du carbone avec piégeage du carbone et autres
composés, d’autre part du moyen de transporter cet hydrogène sous forme
fluide ou solide sans réaction avec l’oxygène ambiant, permettant son
transport et stockage en toute sécurité. D’où une autre idée géniale qui
consiste à rendre gazeux le carburant avant de l’envoyer sous cette
forme directement dans le cylindre, plutôt que de le vaporiser sous
forme de gouttelettes avec l’oxygène de l’air ambiant. En effet, il
existe une perte d’énergie due au fait que l’hydrogène est combiné
majoritairement avec le carbone (et autres composés) et qu’il se
constitue des couples carbone-hydrogène intacts, non recombinés et
évacués dans les gaz d’échappements, causant une perte de carburant et
réduisant la valeur explosive du mélange.

Tu vois, la science c’est simple !

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.