image_pdfimage_print

par Batiushka.

La première et la deuxième incarnation de la Russie

Les terres russes ont existé pendant plus de mille ans avant 2022 et ont pris de nombreuses formes politiques et géographiques très significatives. Celles-ci pourront être décrites à un autre moment ; ici, nous n’avons pas l’espace nécessaire. Cependant, au cours des 300 dernières années, entre 1721 et le 24 février 2022, elles n’ont connu que deux incarnations : L’Empire russe (1721-1917), et l’Union soviétique avec la Fédération de Russie post-soviétique (1917-2022). L’URSS et ses défauts totalitaires sont assez bien connus en Occident, mais même là, l’Occident refuse de croire aux nombreuses vertus sociales « soviétiques », à la gratuité de la médecine, de l’éducation et de la culture, toutes héritées de l’Empire. L’Occident s’est aveuglé avec sa propre propagande anti-russe (déguisée en anti-communiste). La continuation d’une URSS affaiblie dans la Fédération post-soviétique a été initialement aimée par l’Occident, car elle était sa propre création. En effet, à bien des égards, la Fédération post-soviétique semblait avoir adopté le pire de l’Occident et rejeté le meilleur de l’Union soviétique. Par réaction, certains ont suggéré que la Fédération devrait retourner à l’URSS. Cela n’a jamais été à l’ordre du jour. C’est une expérience qui a échoué. D’un autre côté, l’idée que la Fédération devienne un autre chimpanzé occidental comme le Japon n’a jamais été à l’ordre du jour non plus. Les terres russes ont leur propre identité, leur propre civilisation.

D’autre part, l’Empire russe est pratiquement inconnu en Occident, car l’Occident croit encore à sa propre ignorance et ment à son sujet. Après tout, c’est l’Occident qui l’a détruit, avec l’aide de traîtres internes et d’aristocrates décadents, qui ont cruellement exploité les pauvres et ont ainsi garanti la chute de l’Empire. Il n’est pas surprenant que nombre de ces traîtres aient émigré à l’Ouest peu après, étant donné le désastre qu’ils avaient créé en Russie avec le soutien de l’Occident. Nous consacrerons donc un certain temps à désillusionner ceux qui croient encore aux stéréotypes racistes de la propagande occidentale/soviétique, à savoir une « autocratie asiatique tyrannique », un « obscurantisme arriéré », qui maintenait son peuple dans un état de pauvreté et d’ignorance. L’Occident condescendant disait : « Si seulement ils avaient été comme nous, Occidentaux intelligents, tout aurait été parfait ». Nous allons examiner ces réalités, d’abord parce qu’elles sont si peu connues et que beaucoup croient encore aux mythes, et ensuite parce que les aspects positifs de l’Empire pré-révolutionnaire étaient au cœur de l’URSS et seront également au cœur de la troisième incarnation d’aujourd’hui (voir plus loin). Nous examinons ci-dessous le véritable Empire russe.

L’économie

Au cours des 20 années qui ont précédé 1917, la population de l’Empire avait augmenté de 62 millions d’habitants, soit environ 50%. C’est une époque où l’industrialisation et la modernisation se sont accélérées très fortement. Le revenu national et la productivité ont augmenté à un rythme inégalé dans le monde et le budget a été multiplié par trois. L’impôt sur les personnes physiques dans l’Empire russe était deux fois moins élevé qu’en France et en Allemagne et un quart de celui de la Grande-Bretagne.

Les revenus moyens étaient supérieurs à ceux de tous les pays d’Europe occidentale, mais seulement inférieurs à ceux des États-Unis. Les prix étaient parmi les plus bas du monde et l’inflation et le chômage étaient pratiquement inexistants. Grâce à la réforme monétaire que le tsar a personnellement insisté pour mener à bien en 1897, le rouble était garanti par l’or. L’Empire disposait des plus grandes réserves d’or au monde et le rouble or russe restait l’un des investissements les plus sûrs au monde.

Entre 1890 et 1913, le PNB a été multiplié par quatre. L’extraction du charbon et la production de fonte ont été multipliées par quatre et celle du cuivre par cinq. Entre 1911 et 1914, les investissements dans l’ingénierie ont augmenté de 80% et l’électrification avait commencé dans de nombreuses villes. En 1901, les États-Unis ont extrait 9,9 millions de tonnes de pétrole, la Russie 12,1 millions de tonnes. Entre 1908 et 1913, la productivité a dépassé celle des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne. L’Empire russe était le plus grand exportateur de textiles et l’un des plus grands exportateurs de métaux et d’ingénierie. La Russie était en passe de devenir la première économie mondiale en 1950, dépassant à la fois l’Europe et les États-Unis.

Infrastructures et agriculture

Le chemin de fer transsibérien est achevé sur l’insistance du dernier tsar, malgré l’opposition. En 20 ans, la longueur des chemins de fer et des réseaux télégraphiques a doublé. En effet, le taux de construction de chemins de fer était l’un des plus élevés au monde, le taux soviétique ultérieur ne représentant qu’une fraction de celui-ci. Ses locomotives étaient parmi les meilleures du monde. C’est pourquoi les trains blindés sont apparus en Russie. La plus grande flotte de navires fluviaux du monde a doublé de tonnage au cours de cette période. L’industrie aéronautique était au même niveau que l’industrie américaine.

L’industrie automobile était dans une situation similaire à celle des voitures allemandes et les russes qui remportaient des courses lors des rallyes de Monte-Carlo et de Saint-Sébastien. En effet, les moteurs Mercedes et Daimler ont été inventés par l’ingénieur russe Boris Lutskoy. La Russie prérévolutionnaire a également inventé : le télégraphe sans fil, l’hélicoptère, la télévision, le ciné-journal, le tramway, les centrales hydroélectriques, la charrue électrique, le sous-marin, le parachute, la radio, le microscope électronique, l’extincteur à poudre, l’horloge astronomique, le sismographe, l’omnibus électrique, le bateau volant, le brise-glace, la moto, le dirigeable et les wagons à deux étages.

Grâce à la réforme agraire, en 1914, 100% des terres utilisables en Russie asiatique et 90% en Russie européenne appartenaient au peuple. L’Empire était le plus grand exportateur de céréales, de lin, d’œufs, de lait, de beurre, de viande et de sucre au monde. La récolte de blé était un tiers plus importante que celle des États-Unis, du Canada et de l’Argentine réunis. La production de céréales avait doublé pendant le règne et le nombre de bovins avait augmenté de 60%. L’Empire russe était également le premier au monde pour le nombre de chevaux, de vaches et de moutons et l’un des plus grands pour le nombre de porcs et de chèvres.

Justice sociale, santé et éducation

À partir de juin 1903, tous les employeurs dans l’Empire russe sont tenus de verser des indemnités et des pensions à tous les employés ayant subis un accident et à leurs familles. Cela représentait entre 50% et 66% de leur salaire. Des syndicats ont été créés en 1906 et, à partir de juin 1912, l’assurance maladie obligatoire au travail a été introduite pour couvrir les maladies ou les accidents. La législation sur l’assurance sociale a été introduite avant d’autres pays européens et les États-Unis. Le président américain William Taft a déclaré que : « Votre empereur a créé une législation du travail si parfaite qu’aucun État démocratique ne peut s’en vanter ».

En 1898, l’Empire a introduit un système universel d’assistance médicale qui coûtait la modique somme d’un rouble par an. L’hygiéniste suisse Friedrich Erismann a fait l’éloge de ce système, le qualifiant de « plus grande réalisation au monde dans le domaine de la médecine sociale ». La Russie était le troisième pays au monde pour le nombre de ses médecins. Le tsar a personnellement insisté pour introduire des réformes économiques et des mesures contre l’abus d’alcool, souvent en dépit de la Douma. La consommation d’alcool par tête était l’une des plus faibles du monde et la plus faible d’Europe en dehors de la Norvège. En 1913, le nombre de malades mentaux était de 187 pour 100 000, contre 5 598 pour 100 000 dans la Fédération de Russie en 2013. Le nombre de suicides dans l’Empire était de 4,4 pour 100 000. En 2012, il était de 19,5 dans la Fédération de Russie et de 12,1 aux États-Unis.

L’enseignement primaire obligatoire a été introduit en 1908, soit plus d’une génération plus tard qu’à l’Ouest. Cependant, en 1916, le taux d’alphabétisation dans l’Empire avait déjà atteint 85%. En 1914, 150 000 étudiants fréquentaient les établissements universitaires. En termes de nombre d’étudiants, l’Empire russe se classait au troisième rang mondial avec la Grande-Bretagne. En 1913, 300 millions de roubles supplémentaires sont dépensés pour les écoles de campagne, un budget en hausse par rapport aux 70 millions de 1894. En moins de 20 ans, le budget de l’éducation a augmenté de 628%. En 1913, il y avait 130 000 écoles dans l’Empire avec 6 millions d’élèves. Tout l’enseignement, primaire, secondaire et supérieur, était gratuit.

La situation intérieure

Les pogroms de la fin du XIXe siècle et du tout début du XXe siècle, essentiellement des émeutes raciales, ont entraîné la mort de près de 3000 personnes, dont environ la moitié étaient des non-juifs et la moitié des juifs. Tout comme les émeutes raciales entre catholiques et protestants en Irlande du Nord à la fin du XXe siècle, certaines ont été déclenchées par un camp, d’autres par l’autre. Il n’existe aucun exemple enregistré d’encouragement de la part de l’État, qui a construit de nombreuses grandes synagogues pour la population juive. Aucun des pogroms n’a eu lieu en Russie, mais uniquement dans les régions qui sont aujourd’hui la Lituanie, la Pologne, l’ouest de l’Ukraine et la Moldavie. De nombreux juifs y vivaient parce qu’ils avaient été chassés d’Europe occidentale par l’antisémitisme des siècles plus tôt. Malheureusement, la propagande occidentale à ce sujet est encore largement répandue en Occident. Il est remarquable que les endroits où les émeutes raciales ont eu lieu sont les mêmes que ceux où les nazis ont reçu l’aide de la population locale lorsqu’ils ont envahi ces pays à partir de 1941.

Un autre élément de la mythologie occidentale/soviétique est la marche du « dimanche sanglant » de 1905. Lors de cet événement, ce sont les révolutionnaires qui ont ouvert le feu et les troupes se sont défendues. Il y a eu 130 victimes – et non 5 000, comme l’a inventé la propagande occidentale. Toutes les victimes ont reçu des soins médicaux immédiats. Le tsar n’était même pas dans la ville à ce moment-là. Lorsqu’il l’a appris, horrifié, il a renvoyé les fonctionnaires qui auraient dû être en charge et a immédiatement donné à chaque famille qui avait souffert la somme énorme de 50 000 roubles de son argent personnel.

La criminalité était plus faible qu’en Europe occidentale et aux États-Unis. En 1908, 56 personnes pour 100 000 étaient emprisonnées. En 1949, ce chiffre était de 1 537 pour 100 000 en Union soviétique et de 555 dans la Fédération de Russie en 2011, contre 724 pour 100 000 aux États-Unis la même année. Il y avait une presse libre et une liberté d’expression, contrairement à l’Occident où des « politiques éditoriales » (= censure) strictes étaient appliquées. Le tsar n’a jamais rejeté une seule demande de grâce. Il y a eu moins de condamnations à mort pendant tout son règne qu’en un seul jour en Union soviétique jusqu’à la mort de Staline.

Les relations internationales

Le Tribunal international de justice de La Haye, proposé en 1898 pour prévenir les guerres, mais tourné en dérision par les autres dirigeants européens, est l’idée personnelle du tsar Nicolas. S’il avait été mis en œuvre comme il le souhaitait, il n’y aurait jamais eu de Première Guerre mondiale, et encore moins de guerres ultérieures. Ainsi, ceux qui l’avaient tourné en dérision, notamment les Britanniques et les Allemands, ont signé leur propre arrêt de mort.

Lorsqu’en février 1904, le Japon, encouragé, financé et armé jusqu’aux dents par les impérialistes géopolitiques de Grande-Bretagne et des États-Unis, a traîtreusement attaqué la petite marine russe mal armée sans avoir déclaré la guerre au préalable (comme il l’a fait plus tard à Pearl Harbour), il n’a fallu que dix-huit mois à l’Empire russe non militariste pour s’en remettre. Cependant, au lieu de poursuivre la guerre et d’écraser militairement le Japon, alors en faillite, la Russie a entamé des négociations de paix, mais a imposé de telles conditions lors des pourparlers aux États-Unis que le Japon, contraint de les accepter, s’est mis en deuil.

Pendant la Grande Guerre patriotique (comme on appelait alors la Première Guerre mondiale), le tsar se rendit constamment au front. Après moins d’un an, en 1915, devant l’incompétence de l’ancien commandant suprême, son oncle arrogant et grossier, il prend le commandement suprême, contre l’avis de tous, montrant ainsi sa force de volonté. La Russie commence à remporter les plus grandes victoires de la guerre, avançant sur d’énormes distances et faisant un grand nombre de prisonniers, par exemple l’offensive du tsar Nicolas, connue en Occident sous le nom euphémique d’« offensive Boussilov ». Les alliés occidentaux, jaloux, n’imaginaient pas cela, eux qui s’enlisaient dans une guerre de tranchées immobile et sanglante, où des millions de personnes mouraient. Sur le front russe, confronté à des troupes ennemies bien plus nombreuses, le nombre de morts s’élève à moins de 700 000.

Les forces armées

En 1914, l’Empire russe a pu mettre à disposition 2 000 ingénieurs pour aider les États-Unis, à leur demande, à mettre en place une industrie d’armement lourd. L’armée de l’air russe, fondée en 1910, était en 1917 la plus importante du monde, avec 700 avions, et en 1917 la marine russe, réformée et modernisée après les victoires du Japon armé de Dreadnoughts, était l’une des plus fortes du monde. Sans la trahison des Alliés, de la majeure partie de l’aristocratie et de nombreux membres de la classe moyenne, les historiens considèrent que la Russie aurait occupé Vienne et Berlin en 1917, mettant ainsi fin à cette guerre meurtrière au moins un an plus tôt et sauvant des millions de vies. Plus de 95% des 2 417 000 soldats ennemis capturés sont rentrés chez eux sains et saufs après la guerre.

Seuls 39% des hommes âgés de 15 à 49 ans étaient mobilisés dans l’Empire russe, contre 81% en Allemagne, 79% en France, 74% en Autriche-Hongrie, 72% en Italie et 50% en Grande-Bretagne. Pour 100 000 habitants, l’Empire a perdu 11 personnes, contre 34 en France, 31 en Allemagne, 18 en Autriche et 16 en Grande-Bretagne. (Les pertes russes très élevées rapportées sont des mythes de propagande de l’Occident anti-russe). La réforme militaire a permis de créer l’une des armées les plus fortes et les mieux équipées du monde, qui aurait été la meilleure en 1917 si l’Allemagne n’avait pas déclenché la Première Guerre mondiale. Ce sont les officiers formés dans l’armée impériale qui, dans leur quarantaine et leur cinquantaine, ont gagné la Seconde Guerre mondiale.

Affaires ecclésiastiques et culture

En 1913, l’Église orthodoxe russe comptait 67 000 églises et 1000 monastères. Elle avait une grande influence en Terre Sainte, en Asie et dix-sept églises russes avaient été construites en Europe occidentale. Le tsar a personnellement payé la construction de la cathédrale Saint-Nicolas à New York et a fait en sorte que le nombre d’évêques en Amérique du Nord passe de un à trois. En 1916, il était prévu de faire en sorte que chaque capitale occidentale ait une église et que les livres de service de l’Église soient traduits dans les principales langues occidentales.

La culture russe a traversé une période appelée l’âge d’argent, avec des développements dans les domaines de la science, de la philosophie, de l’art, de l’architecture, de la musique et de la littérature. L’écrivain français Paul Valéry a déclaré que la culture russe du début du XXe siècle était « l’une des merveilles du monde ». Deux des cinq fondateurs d’Hollywood venaient de Russie. Le parfum Chanel n° 5 a été inventé par l’émigré russe Verigin.

La troisième incarnation

Voilà pour le passé méconnu. Bien sûr, il y avait beaucoup d’iniquités dans l’Empire russe. Sinon, il ne serait pas tombé. La corruption de la classe aristocratique parasitaire (oligarques) et la négligence des travailleurs pauvres étaient trop importantes. Le fossé était trop grand et l’évolution du tsar vers la justice sociale n’a pas été assez rapide pour répondre aux défis d’une industrialisation rapide. Toutefois, les aspects positifs de l’Empire, ses énormes progrès et son industrialisation ont été conservés par l’Union soviétique. Malgré l’énorme retour en arrière provoqué par la guerre civile, la persécution bolchevique et les famines artificielles, l’URSS se retrouve en 1930 au même niveau que la Russie en 1916. Ce n’est qu’au cours de la dernière génération, depuis la chute de l’Union soviétique, que ces aspects positifs ont été menacés. Toutefois, nous ne parlerons plus du passé, mais de l’avenir, de la troisième incarnation de la Russie, de la Russie d’après le 24 février 2022, la nouvelle Russie. Cette Incarnation a compris qu’elle devait conserver le meilleur de toutes les Incarnations précédentes afin de survivre et d’aller de l’avant.

Nous ne pouvons en parler maintenant que depuis que la campagne de libération de l’Ukraine a commencé le 24 février. Initialement, celle-ci a été lancée pour libérer uniquement le Donbass et empêcher l’attaque prévue par l’OTAN sur ce territoire, prévue pour début mars 2022. Cette campagne de libération a connu un tel succès qu’elle a dû être prolongée. Il semble désormais certain que toute la Novorossiya (l’est et le sud de l’Ukraine) sera libérée, permettant à la Transnistrie de rejoindre la Fédération de Russie. Cependant, étant donné l’agression continue du reste de l’Ukraine et les menaces de l’OTAN venant d’ailleurs, le succès militaire russe pourrait devoir être prolongé.

Tant que l’ensemble de l’Ukraine ne sera pas démilitarisé, et elle est continuellement remilitarisée par l’Occident, la libération ne pourra pas s’arrêter. De plus, avec les menaces potentielles de la Pologne et de la Lituanie, armées par l’OTAN, envers Kaliningrad et de la Roumanie envers la Moldavie, avec les livraisons d’armes de la Bulgarie, de la Slovaquie, des Pays tchèques et des États baltes, en particulier du gouvernement fantoche américain en Lituanie, avec les menaces de la Suède et de la Finlande de rejoindre l’OTAN, où cela s’arrêtera-t-il ? L’Occident doit être libéré du nazisme/libéralisme woke (c’est la même chose. Comme on dit : il n’y a rien de plus intolérant que le libéralisme). Il est vrai que l’Allemagne, la France et l’Italie, dont les économies sont paralysées par les sanctions anti-russes imposées par les États-Unis, font preuve de raison. Ce n’est pas comme les fanfaronnades risibles du régime britannique de Johnson, militairement faible, qui pourrait bien être renversé par le mécontentement populaire interne et une vague de grèves.

Les implications mondiales de la troisième incarnation de la Russie

Cependant, c’est l’aspect économique, avec sa dédollarisation internationale, de la troisième incarnation de la Russie qui change véritablement le monde. À la lumière du discours de Vladimir Poutine au Forum économique de Saint-Pétersbourg, le juin 2022, on peut dire que la Russie revient sur sa voie historique. Elle veut laisser de côté les erreurs du passé, redevenir une nation souveraine et ne plus être une colonie occidentale. Ce qui n’est pas le cas de l’UE, qui n’est clairement qu’un vassal des États-Unis, tant sur le plan économique que politique. Le futur ordre mondial ne sera formé que par des États souverains forts, indépendants du dollar et des dettes massives des pays occidentaux. Celles-ci ont été causées par l’impression inflationniste de monnaie qui n’est pas basée sur des matières premières réelles telles que les céréales, le pétrole, le gaz, les minéraux, les métaux, les éléments de terres rares, les engrais, le bois, les produits manufacturés et l’or.

La rupture avec l’Occident et les « illusions géopolitiques obsolètes » du complexe de supériorité de son élite, essentiellement une forme de nazisme, est irréversible. La Russie investira dans le développement économique interne en termes microéconomiques et macroéconomiques, en assurant la « souveraineté technologique » (ce qui signifie par exemple que la Russie possède déjà des missiles hypersoniques uniques), en encourageant la libre entreprise contre la bureaucratie, en améliorant les infrastructures, mais aussi en assurant la justice sociale, en luttant contre la pauvreté et en soutenant la famille, en encourageant beaucoup plus de « familles à avoir deux, trois enfants ou plus ». L’idéal du conservatisme social associé à la justice sociale est ce qui est visé. La Russie aidera également les nations d’Afrique et du Moyen-Orient à éviter la famine imposée par l’Occident. Certes, il s’agit d’un programme ambitieux pour l’avenir, mais cette troisième incarnation de la Russie commence maintenant.

source : The Saker

traduction Hervé, relu par Wayan, pour Le Saker Francophone



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.