Au lendemain du rejet à l’Assemblée nationale d’un article clé du projet de loi sanitaire porté par sa majorité, Emmanuel Macron a dénoncé un « attelage baroque » après le vote des députés LFI, RN et LR contre un passe sanitaire aux frontières.

Renouant avec l’interview présidentielle du 14 juillet qu’il n’avait accordée qu’une seule fois au cours de son premier quinquennat, Emmanuel Macron a, en ce jour de fête nationale, reçu dans le jardin de l’Élysée les journalistes Caroline Roux et Anne-Claire Coudray.  

Parmi les sujets brûlants abordés figurait le rejet dans la nuit du 12 au 13 juillet par une majorité de députés (issus à la fois de la Nupes, du RN et des LR) d’un article clé du projet de loi sanitaire porté par sa majorité. Celui-ci portait sur la mise en place d’un passe aux frontières pour les voyages « extra-hexagonaux ».

Qualifiant ironiquement cet épisode de « coup de chaud nocturne », le chef de l’État a ensuite fustigé les diverses familles politiques à l’origine de ce camouflet dans le cadre d’un vote commun.

« Vous avez des députés de La France insoumise, du Rassemblement national et des Républicains qui ont voté ensemble [et] je ne crois pas que les députés Les Républicains se soient engagés devant leurs électeurs à voter avec [LFI et le RN] pour empêcher qu’on mette en place un pass aux frontières […]. Il n’y a de majorité contre le gouvernement qu’avec cet attelage baroque de femmes et d’hommes qui se combattent complètement », a dénoncé Emmanuel Macron.

Une remarque du chef de l’État qui suscite l’indignation

Le commentaire d’Emmanuel Macron à ce sujet n’a pas tardé à faire réagir la classe politique, à gauche comme à droite.

 « Un coup de chaud nocturne : voilà comment le président de la République qualifie les votes de l’Assemblée Nationale. Le respect du Parlement, c’est pas pour maintenant ! », a par exemple commenté le député insoumis des Bouches-du-Rhône Manuel Bompard.

 « Non Emmanuel Macron, le vote de la représentation nationale n’est jamais un “coup de chaud nocturne”. C’est la voix des Français dans leur diversité. Apprenez à l’entendre, apprenez ce “respect de chacun” auquel vous invitez. C’est la condition de la réussite pour la France », a de son côté réagi le député LR d’Eure-et-Loir Olivier Marleix.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.