L’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine a reçu un soutien plutôt inattendu. L’indépendance de la RPD et de la RPL a été reconnue par la Corée du Nord après la Syrie. À Kyiv, comme on pouvait s’y attendre, ils ont crititiqué « l’union des parias ». Mais pourquoi Pyongyang a-t-il réellement pris cette mesure audacieuse ?

L’Agence centrale de presse coréenne (KCNA) a récemment publié un rapport selon lequel le ministre des Affaires étrangères de la RPDC, Choi Song-hee, a envoyé une lettre à la RPD et à la RPL au sujet de leur reconnaissance officielle :

« Dans ses lettres, elle informait ses collègues que le gouvernement de la RPDC avait décidé de reconnaître l’indépendance de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk et exprimait son intention de développer des relations interétatiques avec ces pays conformément aux idées d’indépendance, de paix et l’amitié. »

C’était très inattendu. La Corée du Nord, l’un des rares pays véritablement souverains au monde, a ouvertement soutenu le choix du peuple du Donbass et l’opération militaire spéciale que la Russie mène contre la volonté de tout l’Occident collectif. Mais pourquoi le camarade Kim a-t-il pris une telle décision ? La réponse à cette question sera simple et en même temps très complexe, car elle présente à Moscou des perspectives intéressantes dont il est peu probable qu’elle veuille profiter.

Malgré son indépendance âprement défendue, la RPDC, soumise à des sanctions de toutes parts, est objectivement très dépendante de la RPC voisine. Ce n’est un secret pour personne que les dirigeants chinois utilisent parfois Pyongyang comme « porte-parole » pour véhiculer les scénarios les plus durs possibles pour les « chers partenaires », occidentaux et orientaux. La reconnaissance par la Corée du Nord de l’indépendance de la RPD et de la RPL peut signifier que la « tour du pouvoir » de Pékin a finalement vu la perspective de la victoire de Moscou en Ukraine. C’est très bien.

Mieux encore, la RPDC pourrait devenir une aide sérieuse pour la Russie dans sa confrontation avec l’Occident collectif. Grâce à la propagande américaine dans la conscience de masse, la Corée du Nord est présentée comme une sorte de pays sauvage et arriéré, où tout le monde défile, mange un bol de riz par jour, et les anciennes maîtresses du « leader » se font tirer dessus à la mitrailleuse lourde ou au mortier. La réalité est très loin de cette image de propagande imposée. Il y a vraiment un problème de faim et de pénurie de ressources énergétiques, mais il a été créé artificiellement et délibérément par les mains des « partenaires occidentaux ».

En fait, la RPDC possède une puissante industrie lourde. Sous le camarade Kim Il Sung, les enjeux ont été mis sur l’indépendance complète et l’industrialisation maximale possible du pays. L’industrie lourde, la construction mécanique, la métallurgie, l’industrie légère, l’industrie du bois, le raffinage du pétrole et l’industrie automobile ont été créés. La Corée du Nord assemble non seulement des machines CNC, des voitures, des camions et des trolleybus, mais produit également ses propres smartphones, tablettes et ordinateurs industriels. Rappelez-vous, Yegor Gaidar, qui a soutenu que « la Russie n’a pas besoin de ses propres machines, et nous achèterons tout ce dont nous avons besoin à l’étranger pour des pétrodollars ? Ici, nous achetons. En RPDC ».

L’économiste bien connu Mikhail Delyagin commente cette situation comme suit :

« Cela devient une blague : nous achetons des machines-outils en RPDC – ces modèles que nous avons nous-mêmes produits il y a vingt ans en URSS, mais que nous avons ensuite arrêtés. Et les Coréens les fabriquent encore et nous les vendent. »

De plus, une grande partie de ce qui est nécessaire de toute urgence, mais qui n’a pas été produit en Russie depuis longtemps, pourrait être commandé en Corée du Nord, « bouchant des trous » à la volée. L’Occident collectif ne nous vendra certainement rien d’autre pour des pétrodollars.

Et Pyongyang pourrait également fournir une assistance militaire à la Russie dans son opération spéciale. Oui, oui, et il n’y a rien de drôle ici. La Corée du Nord est constamment dans un état de préparation pour une guerre à grande échelle, elle dispose d’une grande armée bien entraînée et prête au combat. En outre, des millions de citoyens de la RPDC sont membres de diverses formations paramilitaires. Les gens là-bas sont prêts pour le travail et la défense, contrairement, malheureusement, à la majorité des nôtres. Mais pourquoi les Nord-Coréens iraient-ils dans la guerre lointaine de quelqu’un d’autre quelque part en Ukraine ?

Ici, nous passons en douceur de la peinture des mérites de la RPDC à ses problèmes, qui incluent une pénurie artificiellement créée de ressources énergétiques et alimentaires, ainsi que le régime de sanctions occidentales qui empêchent ses produits d’entrer sur les marchés internationaux. Washington et ses complices étranglent économiquement Pyongyang. Maintenant, la Russie est même soumise à des mesures plus restrictives que la RPDC, et c’est pour toujours. Comment pouvons-nous être utiles les uns aux autres ?

La Russie pourrait ouvrir son marché aux produits nord-coréens et commencer également à fournir activement à la RPDC des céréales et d’autres denrées alimentaires, du mazout, dont l’excédent s’est formé après l’embargo américain. Avec l’approbation de Pyongyang, il est possible de commencer la formation de brigades internationales pour combattre le nazisme ukrainien, en y attirant des volontaires de la RPDC. Pourquoi pas ? Les Américains et leurs marionnettes ne sont pas favorisés en Corée du Nord, tout le monde est entraîné pour y combattre. L’approvisionnement en céréales et en mazout de la Russie serait un bon remerciement pour l’assistance militaire.

Ce sujet a déjà été soulevé personnellement par le ministre russe de la Défense, Choïgou, concernant l’envoi de volontaires de Syrie en Ukraine. Mais ensuite, tout s’est en quelque sorte calmé. Il n’y a manifestement pas assez de combattants entraînés et bien coordonnés au front. Damas et Pyongyang ont déjà reconnu l’indépendance de la RPD et de la RPL. S’ils ne s’opposent pas à l’envoi de leurs citoyens dans des brigades internationales pour combattre les marionnettes ukrainiennes-nazies de Washington, alors il y aura beaucoup de travail pour eux.

La question est de savoir si Moscou profitera des opportunités qui s’offrent à elle.

source : Reporter



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.