2021 : une année difficile pour le pays. Un Covid-19 qui n’en finissait pas, une extrême-droite zemmourienne propulsée par les médias dominants, des perspectives politiques qui paraissaient sinistres. Et dans le monde, la multiplication de mégafeux, inondations majeures, sécheresses à répétition. Malgré tout, tenace, obstiné, Reporterre a continué à informer sur l’écologie, sur le changement climatique, sur la biodiversité, sur les mille luttes contre la destruction du monde, sur les mille alternatives pour une nouvelle société, sur les mille idées qui sont le ferment de l’avenir. Ne jamais baisser les bras, informer, enquêter, faire passer, échanger…

Et Reporterre a continué à grandir. Modèle rare dans la presse française, nous ne dépendons de personne, sinon de vous, les donatrices et les donateurs qui apportez 98 % de nos ressources, et permettez à tant d’autres de s’informer gratuitement. Car Reporterre, sans actionnaire, sans publicité, est en accès libre, parce que l’information sur les enjeux les plus vitaux de notre temps, les enjeux écologiques, constitue un bien commun.

Vous découvrirez dans notre Rapport d’activité 2021 et dans nos Comptes 2021 un panorama complet de notre activité. Soulignons-en les traits essentiels :

  • Reporterre a poursuivi son développement, essentiellement en élargissant son équipe. Quatre journalistes et un développeur informatique sont venus apporter leur énergie et leur enthousiasme au service d’une information enrichie ;
  • La maquette du site a changé, pour devenir plus claire, plus abondante, plus ergonomique ;
  • Nous avons systématisé les enquêtes mensuelles de fond, en plusieurs volets. Par un travail de plusieurs mois, elles révèlent des thèmes qui viendront ensuite au cœur du débat public. Je n’en citerai qu’une, parmi tant d’autres : celle sur la sobriété. Un thème devenu central en 2022, sous la pression de la réalité et de la guerre en Ukraine ;
Sobriété, un concept essentiel pour l’écologie de l’avenir – et une grande enquête de Reporterre. © Tommy / Reporterre
  • Grâce aux donatrices et aux donateurs, nous sommes totalement indépendants, et ne bénéficions d’aucune subvention, à la différence de la presse mainstream, qui non contente de manger dans la main des milliardaires, vient encore picorer dans les poches de l’État. Cette indépendance est vitale : sans elle, pas de liberté d’information, de jugement, d’enquête. Elle est au cœur de l’âme de Reporterre et du journalisme véritable ;
  • Reporterre tâche aussi de mettre en œuvre les valeurs qu’il promeut dans le champ public. Nous limitons ainsi l’échelle des salaires (de 1 à 1,9), respectons et payons correctement les journalistes indépendants qui travaillent avec nous, avons mis en place des accords sur le temps de travail et le télétravail. Et développons aussi l’intelligence collective et la distribution du pouvoir, avec une « rédaction en chef tournante », qui a pris son rythme de croisière en 2021 et va s’amplifier en 2022. En deux mots, il s’agit que l’animateur ou l’animatrice de la rédaction ne soit pas toujours la même personne, mais change de semaine en semaine, parmi les journalistes les plus expérimentés. Nous tâchons aussi d’être le moins dommageable possible sur le plan écologique, par le fonctionnement de notre site et en ne prenant pas l’avion pour nos reportages.
  • Le rapport d’activité de Reporterre en 2021

Pour savoir ce que l’équipe a réalisé en 2021, lisez le Rapport d’activité, en téléchargement :
Rapport d’activité de La Pile en 2021.

  • Les comptes de Reporterre en 2021

Comme chaque année, Reporterre publie les comptes de La Pile (L’Association pour une presse indépendante, libre et écologique), qui édite le quotidien de l’écologie. C’est une transparence indispensable et qui devrait aller de soi pour tous les médias.

  • Bilan 2021 et compte d’exploitation 2021. À télécharger ici :


Les comptes de La Pile en 2021.

En 2021, les dons ont représenté 98 % de nos ressources. Soulignons que l’immense majorité est constituée de petits dons. Nous avons reçu six dons de plus de 1 000 €, aucun de plus de 4 000€. Ces dons, certes importants, ne pèsent que pour 0,8 % des revenus du média.

Les deux autres pour cent proviennent des livres que nous éditons avec Le Seuil, de ventes d’articles pour reprises dans des manuels scolaires, et de droits de copie d’articles dans des revues de presse.

Les comptes présentés sont arrêtés au 31 décembre 2021. Ils comportent pour l’année 1 614 635 € de produits et 1 368 487 € de charges. Le résultat net s’élève à 246 148 €. Ce bon résultat conforte notre réserve de sécurité : signe de la rigueur de notre gestion, il est la garantie de notre indépendance. Cette situation très saine nous permet de continuer à développer Reporterre.

Les dépenses sont très majoritairement consacrées à la masse salariale : l’équipe se renforce continûment pour assurer la meilleure information possible, et compte à mi-2022 dix-neuf salariés en CDI, dont quatorze journalistes.

Reporterre continue à s’épanouir en 2022, pour alerter sans relâche sur la gravité des enjeux écologiques, raconter les alternatives au système dominant, faire écho aux luttes si nombreuses et courageuses contre la destruction du monde, multiplier les enquêtes de fond. Nous allons en particulier renforcer l’équipe dans l’informatique et encore la rédaction, élargir notre réseau de correspondants internationaux et régionaux, améliorer notre couverture de l’information scientifique sur l’écologie. Et on vous prépare quelques beaux événements…

Tout cela contribue à mettre l’écologie au cœur du débat public et à empêcher la catastrophe possible. On le fera, avec votre aide.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.