Le 16 juillet, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgu, est venu en Ukraine pour inspecter les militaires russes déployés dans le pays voisin. Le chef du département militaire russe a donné les instructions nécessaires pour accroître encore les actions des militaires russes dans tous les domaines opérationnels afin d’exclure la possibilité pour le régime de Kiev d’infliger des frappes massives de missiles et d’artillerie sur les infrastructures civiles et les habitants des localités du Donbass et d’autres régions.

Au poste de commandement, le général d’armée Sergueï Shoigu a entendu les rapports du général d’armée Sergueï Surovikin, commandant du groupe Sud, du colonel général Alexander Lapin, commandant du groupe Centre, et d’autres commandants sur la situation actuelle, la nature des actions ennemies et le déroulement des missions de combat des forces armées russes.

L’ordre du ministre russe de la Défense pourrait marquer le début d’une offensive majeure des forces dirigées par la Russie dans la région de la ville de Donetsk. Il s’agit de l’une des zones les plus lourdement fortifiées, où l’avancée russe a été presque stoppée. Les forces armées ukrainiennes déployées près de la ville de Donetsk bombardent quotidiennement les civils vivant dans la région, ce qui augmente le nombre de victimes.

Moscou avait précédemment prévenu que la partie russe ne se battait pas encore « en force », mais qu’elle menait une opération spéciale avec des moyens et des forces limités. Dans le même temps, le Kremlin a souligné qu’il était prêt à négocier depuis le tout début de l’intervention russe.

« Aujourd’hui, nous entendons dire qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Eh bien, que puis-je dire ici, qu’ils essaient », a déclaré le président Poutine le 7 juillet. Le président a ajouté que « nous n’avons pas encore vraiment commencé quoi que ce soit ».

Poutine a déclaré que Moscou n’abandonnait pas les pourparlers de paix, « mais ceux qui refusent doivent savoir que plus ça va, plus il sera difficile de négocier avec nous », a déclaré le chef de l’État.

Dans le même temps, Poutine a assuré que l’armée russe ne va pas mobiliser de forces supplémentaires. La Russie n’a pas déclaré la guerre à l’Ukraine. Si les groupes russes stationnés dans le Donbass et dans d’autres régions d’Ukraine ne sont pas renforcés par des forces supplémentaires, on ne voit pas comment l’armée russe pourrait exécuter l’ordre de Choïgou.

source : South Front

via Veille Stratégique



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.