par M.K. Bhadrakumar.

Les ministres des Finances sont les pangolins du monde de la diplomatie internationale, des animaux solitaires et prédateurs, contrairement aux ministres des Affaires étrangères qui sont comme des vers luisants, des animaux envoûtants et magnifiques qui créent de la lumière par leur queue.

Alors que le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui participait à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Bali il y a une semaine, a organisé une grève spectaculaire lorsque le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est levé pour prendre la parole, la secrétaire au Trésor Janet Yellen s’est contentée d’assister au discours du ministre russe Anton Siluanov lors de la réunion des ministres des Finances du G20 et les chefs des banques centrales qui ont commencé à Bali vendredi.

En effet, Yellen a qualifié la guerre de la Russie en Ukraine de « plus grand défi » pour l’économie mondiale tandis que le vice-ministre russe des Finances, Timur Maksimov, qui était présent, écoutait calmement. Mais un communiqué conjoint est peu probable, car les États-Unis font pression sur les alliés du G20 pour un plafonnement des prix du pétrole russe, et le consensus fait défaut.

Tout de même, la modération dans le comportement de Yellen attire l’attention, elle se rend compte, peut-être, qu’elle ne fixe plus l’agenda mondial.

Même un ami proche des États-Unis, comme l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères Shlomo Ben-Ami, indique que « la Russie a généralement réussi à endiguer la marée » sur le champ de bataille de l’Ukraine et qu’un « changement similaire en faveur de la Russie pourrait bien se jouer sur le plan géopolitique », ce qui signifierait que « les conséquences si on reste sur la voie actuelle pourraient s’avérer bien pires ».

De telles voix de la raison devraient être remarquée à Washington.

Au cours de la seule semaine dernière, Washington a montré sa volonté de « modifier » les sanctions occidentales contre la Russie à trois reprises dans une direction qui répondait aux préoccupations de Moscou.

Le dernier en date concerne la crise alimentaire où la Russie et l’Ukraine sont parvenues à un accord selon lequel Kiev supprimera les mines dans les eaux autour de ses ports du sud afin qu’un « couloir céréalier » s’ouvre vers le Bosphore.

Pendant ce temps, Washington a informé les banques internationales, les compagnies maritimes et d’assurance que les sanctions occidentales ne s’appliquent pas aux exportations russes de céréales alimentaires et d’engrais vers le marché mondial.

Là encore, une situation potentiellement explosive s’est produite lorsque, le 18 juin, la Lituanie a bloqué le transit de marchandises russes vers et depuis l’enclave de Kaliningrad. Après les protestations furieuses de Moscou et les avertissements de représailles, la Commission européenne a publié une décision révisée le 13 juillet dans « une démonstration de réalisme et de bon sens », comme l’a dit le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Selon les directives de l’UE, le transit ferroviaire de pétrole et de produits pétroliers, de charbon, d’acier et de fer, de bois, de ciment et d’autres marchandises non militaires vers Kaliningrad ne sera pas interdit en vertu des sanctions.

Il est inconcevable que l’UE ait agi sans consulter Washington, qui est probablement intervenu pour désamorcer la confrontation potentiellement dangereuse.

De même, le 11 juillet, le porte-parole du département d’État américain a reconnu que Washington était favorable à une levée des sanctions par le Canada ce qui permettrait à Siemens de transférer une turbine nécessaire de toute urgence pour l’exploitation du gazoduc Nord Stream de Gazprom vers l’Europe, afin que la situation énergétique de l’Allemagne ne s’aggrave pas. .

Dans chacune des trois situations ci-dessus, la position de Washington est de ne pas laisser la confrontation actuelle entre la Russie et l’Europe s’aggraver davantage.

Washington doit être parfaitement conscient que la fatigue de la guerre en Europe est une réalité impérieuse.

Les protestations des agriculteurs aux Pays-Bas se sont rapidement propagées à travers l’Europe.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a peut-être démissionné d’une implosion politique de sa propre initiative, mais c’était aussi un processus plutôt qu’un événement, et l’état de l’économie britannique au bord de la récession était un facteur majeur.

Le gouvernement italien est maintenant sur le point de s’effondrer (BB c’est fait) et, ce sont les mesures visant à compenser la crise du coût de la vie qui sont devenues le point focal des tensions qui couvaient au sein de la large coalition du Premier ministre Mario Draghi.

En ce qui concerne l’Allemagne, la centrale électrique de l’Europe, tous les paris sont ouverts. La faisabilité d’une relance de la production d’énergie nucléaire ; l’inflation et les moyens les plus efficaces de la combattre ; hausse des prix ; crise de la sécurité énergétique; les fermetures industrielles imminentes et la réduction à grande échelle de l’emploi – celles-ci ont exacerbé les désaccords entre les partis au sein du gouvernement de coalition dirigé par le chancelier Olaf Scholz et érodé régulièrement le soutien du public.

Les désaccords internes sur des questions clés affectent la prise de décision du gouvernement et détruisent la réputation du cabinet de coalition. Le British Telegraph a rapporté hier : « Autrefois admirée et enviée, l’Allemagne est maintenant l’exemple type des dommages qu’une politique étrangère et énergétique malavisée peut causer. »

Le journal a souligné que Scholz essaie de plaire à la fois aux pays de l’OTAN et à la Russie, alors que « personne ne le respecte » et qu’il y a peu d’options pour de nouveaux développements. Sa prévision : « Soit Berlin subira un revers massif, accompagné de l’effondrement de la coalition au pouvoir des « feux de signalisation », soit elle capitulera devant Poutine. »

En effet, Moscou serre la vis.

Gazprom a averti mercredi qu’il ne pouvait pas garantir le fonctionnement des équipements « critiques » du gazoduc Nord Stream 1 malgré la décision du Canada de restituer une turbine essentielle après sa réparation.

Pourtant, il n’y a pas si longtemps, Poutine prévoyait que l’Allemagne serait la prochaine superpuissance mondiale. L’Allemagne paie en effet un prix très élevé pour suivre la ligne belliqueuse des États-Unis envers la Russie. Les Verts de la coalition de Scholz, en particulier, ont repoussé les limites. Aujourd’hui, Washington n’a pas de solutions à proposer alors que l’économie allemande est au bord de l’effondrement en raison du contrecoup des sanctions contre la Russie. 

La vérité choquante est que, comme l’a noté China Daily, « Lors de la crise de la dette européenne de 2011, l’Allemagne, avec un approvisionnement suffisant en énergie russe grâce aux relations stables avec Moscou entretenues par la chancelière d’alors Angela Merkel, a agi comme le sauveur de l’Union européenne ». Union… L’Allemagne pourra-t-elle cette fois sauver l’UE ?

Certes, l’administration Biden comprend que l’alliance occidentale est confrontée au moment de vérité. Le « peaufinage » des sanctions à trois reprises la semaine dernière transmet quelque chose.

L’influent quotidien russe Izvestia a écrit mercredi que le règlement sur le « corridor céréalier » à travers la mer Noire peut créer l’ambiance pour la reprise des pourparlers de paix entre Kiev et Moscou. Le quotidien cite Ivan Abramov, vice-président de la commission de la politique économique du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement), disant :

« Bien sûr, maintenant, tout accord peut rapprocher les positions. Il y a eu des changements à Kaliningrad. Peut-être que le succès des négociations sur les céréales incitera à la reprise des pourparlers de paix avec l’Ukraine. Cependant, Kyiv devrait être prêt pour cela. »

Abramov a laissé entendre que le président Poutine et son homologue turc Erdogan pourraient discuter de nouveaux pourparlers de paix lors de leur prochaine réunion à Téhéran mardi. Le vice-président de la commission de politique économique de la Douma d’État (chambre basse du parlement), Artem Kiryanov, a également déclaré aux Izvestia que pour arrêter l’opération militaire spéciale en Ukraine, les conditions déclarées par Moscou doivent être remplies, mais que Kiev semble plutôt enclin à compter sur l’approvisionnement en armes occidentales plutôt qu’à s’asseoir à la table des négociations.

Dans ce contexte, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a effectué aujourd’hui une « visite d’inspection » au poste de commandement des groupes sud et centre des forces armées russes, qui dirigent les opérations militaires spéciales en Ukraine, pour être informé par les commandants de l’armée sur « la situation actuelle, l’action de l’ennemi et l’avancement de l’accomplissement des tâches de combat ».

Le communiqué de presse du MOD a déclaré que Choïgou « a donné les décrets nécessaires pour intensifier l’action des groupes de troupes sur tous les fronts afin d’empêcher les attaques massives de missiles et d’artillerie lancées par le régime de Kiev contre les infrastructures civiles, la population du Donbass et d’autres régions ». L’accent de Choïgu était sur la consolidation des gains militaires plutôt que sur de nouvelles offensives.

MK Bhadrakumar

source : Indian Punchline

via Bruno Bertez



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.