par Pepe Escobar.

Les méga-organisations eurasiatiques et leurs projets respectifs convergent désormais à une vitesse record, avec un pôle mondial loin devant l’autre.

La guerre des corridors économiques bat son plein, le premier flux de marchandises de la Russie vers l’Inde via le Corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) étant déjà effectif.

Très peu de personnes, tant à l’Est qu’à l’Ouest, savent que ce projet est en gestation depuis longtemps : l’accord entre la Russie, l’Iran et l’Inde visant à mettre en place une route commerciale eurasiatique plus courte et moins chère via la mer Caspienne (par rapport au canal de Suez) a été signé pour la première fois en 2000, avant le 11 septembre.

L’INSTC, en mode pleinement opérationnel, est le signe d’une puissante caractéristique de l’intégration eurasiatique – aux côtés de l’Initiative Ceinture et Route (BRI), de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), de l’Union économique eurasiatique (UEE) et, enfin et surtout, de ce que j’ai décrit comme le « Pipelinistan » il y a deux décennies.

La mer Caspienne est la clé

Voyons d’abord comment ces vecteurs interagissent.

La genèse de l’accélération actuelle réside dans la récente visite du président russe Vladimir Poutine à Achgabat, la capitale du Turkménistan, pour le 6ème sommet de la Caspienne. Cet événement a non seulement permis d’approfondir le partenariat stratégique Russie-Iran, en pleine évolution, mais, fait crucial, les cinq États riverains de la mer Caspienne ont convenu qu’aucun navire de guerre ou base de l’OTAN ne serait autorisé sur place.

Cela fait de la mer Caspienne un lac russe virtuel et, dans une moindre mesure, iranien, sans compromettre les intérêts des trois « stans », l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan. À toutes fins utiles, Moscou a resserré d’un cran son emprise sur l’Asie centrale.

Comme la mer Caspienne est reliée à la mer Noire par des canaux de la Volga construits par l’ex-URSS, Moscou peut toujours compter sur une marine de réserve composée de petits navires – invariablement équipés de puissants missiles – qui peuvent être transférés en un rien de temps en mer Noire si nécessaire.

Le renforcement des liens commerciaux et financiers avec l’Iran va désormais de pair avec le rattachement des trois « stans » à la matrice russe. Le Turkménistan, république riche en gaz, a pour sa part été historiquement idiosyncrasique – à part le fait qu’il a engagé la plupart de ses exportations vers la Chine.

Sous la houlette d’un jeune dirigeant sans doute plus pragmatique, le président Serdar Berdimuhamedow, Ashgabat pourrait finalement choisir de devenir membre de l’OCS et/ou de l’UEE.

L’Azerbaïdjan, État riverain de la mer Caspienne, présente quant à lui un cas complexe : producteur de pétrole et de gaz, il est pressenti par l’Union européenne (UE) pour devenir un fournisseur d’énergie alternatif à la Russie, mais ce n’est pas pour tout de suite.

Le lien avec l’Asie occidentale

La politique étrangère de l’Iran sous la présidence d’Ebrahim Raïssi s’inscrit clairement dans une trajectoire eurasiatique et mondiale. Téhéran sera officiellement intégré à l’OCS en tant que membre à part entière lors du prochain sommet qui se tiendra à Samarkand en septembre, tandis que sa demande officielle d’adhésion aux BRICS a été déposée.

Purnima Anand, responsable du Forum international des BRICS, a déclaré que la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Égypte sont également très désireuses de rejoindre les BRICS. Si cela devait se produire, d’ici 2024, nous pourrions être sur la voie d’un puissant centre d’Asie occidentale et d’Afrique du Nord fermement installé dans l’une des institutions clés du monde multipolaire.

Alors que Poutine se rendra à Téhéran la semaine prochaine pour des discussions trilatérales entre la Russie, l’Iran et la Turquie, apparemment au sujet de la Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne manquera pas d’aborder le sujet des BRICS.

Téhéran opère sur deux vecteurs parallèles. Si le Plan d’action global conjoint (JCPOA) est relancé – une possibilité assez faible en l’état actuel des choses, compte tenu des dernières manigances à Vienne et à Doha -, cela représenterait une victoire tactique. Pourtant, se diriger vers l’Eurasie relève d’un tout autre niveau stratégique.

Dans le cadre de l’INSTC, l’Iran fera le meilleur usage possible du port géostratégique crucial de Bandar Abbas – à cheval sur le Golfe Persique et le Golfe d’Oman, au carrefour de l’Asie, de l’Afrique et du sous-continent indien.

Pourtant, même si elle peut être présentée comme une victoire diplomatique majeure, il est clair que Téhéran ne pourra pas tirer pleinement parti de son adhésion aux BRICS si les sanctions occidentales – et notamment américaines – ne sont pas totalement levées.

Les pipelines et les « stans »

On peut avancer un argument convaincant selon lequel la Russie et la Chine pourraient éventuellement combler le vide technologique occidental dans le processus de développement iranien. Mais les plateformes telles que l’INSTC, l’UEE et même les BRICS peuvent accomplir beaucoup plus.

À travers le « Pipelinistan », la guerre des couloirs économiques devient encore plus complexe. La propagande occidentale ne peut tout simplement pas admettre que l’Azerbaïdjan, l’Algérie, la Libye, les alliés de la Russie au sein de l’OPEP et même le Kazakhstan ne sont pas vraiment désireux d’augmenter leur production de pétrole pour aider l’Europe.

Le Kazakhstan est un cas délicat : c’est le plus grand producteur de pétrole d’Asie centrale et il est appelé à devenir un important fournisseur de gaz naturel, juste après la Russie et le Turkménistan. Plus de 250 champs pétroliers et gaziers sont exploités au Kazakhstan par 104 sociétés, dont des géants occidentaux de l’énergie tels que Chevron, Total, ExxonMobil et Royal Dutch Shell.

Alors que les exportations de pétrole, de gaz naturel et de produits pétroliers représentent 57% des exportations du Kazakhstan, le gaz naturel est responsable de 85% du budget du Turkménistan (80% des exportations étant destinées à la Chine). Il est intéressant de noter que Galkynysh est le deuxième plus grand champ gazier de la planète.

Par rapport aux autres « stans », l’Azerbaïdjan est un producteur relativement mineur (bien que le pétrole représente 86% de ses exportations totales) et essentiellement une nation de transit. Les aspirations de Bakou en matière de super-richesse se concentrent sur le corridor sud pour le gaz, qui comprend pas moins de trois pipelines : Bakou-Tblisi-Erzurum (BTE), le gazoduc transanatolien (TANAP), piloté par la Turquie, et le gazoduc transadriatique (TAP).

Le problème de ce festival d’acronymes – BTE, TANAP, TAP – est qu’ils ont tous besoin d’investissements étrangers massifs pour augmenter leur capacité, ce dont l’UE manque cruellement car chaque euro est engagé par des eurocrates bruxellois non élus pour « soutenir » le trou noir qu’est l’Ukraine. Les mêmes problèmes financiers s’appliquent à un éventuel gazoduc transcaspien qui serait relié à la fois au TANAP et au TAP.

Dans la guerre des couloirs économiques – le chapitre « Pipelinistan » – un aspect crucial est que la plupart des exportations de pétrole kazakh vers l’UE passent par la Russie, via le consortium du pipeline de la Caspienne (CPC). En guise d’alternative, les Européens réfléchissent à une route internationale de transport transcaspienne encore floue, également connue sous le nom de corridor médian (Kazakhstan-Turkménistan-Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie). Ils en ont discuté activement à Bruxelles le mois dernier.

En résumé, la Russie conserve le contrôle total de l’échiquier des pipelines en Eurasie (et nous ne parlons même pas des pipelines Force de Sibérie 1 et 2 exploités par Gazprom et menant à la Chine).

Les dirigeants de Gazprom ne savent que trop bien qu’une augmentation rapide des exportations d’énergie vers l’UE est hors de question. Ils tiennent également compte de la convention de Téhéran – qui permet de prévenir et de contrôler la pollution et de maintenir l’intégrité environnementale de la mer Caspienne, signée par les cinq membres riverains.

Briser la BRI en Russie

La Chine, pour sa part, est persuadée que l’un de ses principaux cauchemars stratégiques pourrait finir par disparaître. La fameuse « échappée de Malacca » est appelée à se concrétiser, en coopération avec la Russie, via la route maritime du Nord, qui raccourcira le corridor de commerce et de connectivité entre l’Asie de l’Est et l’Europe du Nord, le faisant passer de 11 200 miles nautiques à seulement 6500 miles nautiques. C’est le jumeau polaire de l’INSTC.

Cela explique également pourquoi la Russie a été occupée à construire une vaste gamme de brise-glace ultramodernes.

Nous avons donc ici une interconnexion des nouvelles routes de la soie (l’INSTC se déroule parallèlement à la BRI et à l’UEE), du Pipelinistan et de la Route maritime du Nord, en passe de bouleverser complètement la domination commerciale occidentale.

Bien sûr, les Chinois l’ont planifié depuis un certain temps déjà. Le premier livre blanc sur la politique arctique de la Chine, en janvier 2018, montrait déjà comment Pékin vise, « conjointement avec d’autres États » (cela signifie la Russie), à mettre en œuvre des routes commerciales maritimes dans l’Arctique dans le cadre de la route de la soie polaire.

Et comme une horloge, Poutine a ensuite confirmé que la route maritime du Nord devrait interagir et compléter la route de la soie maritime chinoise.

La coopération économique entre la Russie et la Chine évolue à tant de niveaux complexes et convergents que le simple fait d’en suivre l’évolution donne le tournis.

Une analyse plus détaillée révélera certains des points les plus fins, par exemple la manière dont la BRI et l’OCS interagissent, et comment les projets de la BRI devront s’adapter aux conséquences enivrantes de l’opération Z de Moscou en Ukraine, en mettant davantage l’accent sur le développement des corridors d’Asie centrale et occidentale.

Il est toujours crucial de considérer que l’un des principaux objectifs stratégiques de Washington dans sa guerre hybride acharnée contre la Russie a toujours été de briser les corridors de la BRI qui sillonnent le territoire russe.

En l’état actuel des choses, il est important de réaliser que des dizaines de projets de la BRI dans le domaine de l’industrie et de l’investissement et de la coopération interrégionale transfrontalière finiront par consolider le concept russe de partenariat de la Grande Eurasie – qui consiste essentiellement à établir une coopération multilatérale avec un vaste éventail de nations appartenant à des organisations telles que l’UEE, l’OCS, les BRICS et l’ANASE.

Bienvenue au nouveau mantra eurasiatique : Créez des couloirs économiques, pas de guerre.

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.