Le président des Émirats arabes unis (EAU), Mohamed ben Zayed Al Nahyane, a été reçu en grande pompe à l’Élysée, lundi 18 juillet. Il effectue une visite de trois jours en France, afin de signer de nouveaux contrats énergétiques avec son homologue français, dans le cadre de l’augmentation des prix du pétrole.

Sur son compte Twitter, il se montrait ravi d’être en France, avec son “ami” Emmanuel Macron :

Des relations pour le pétrole…

À ce sujet, Le Figaro rapporte que “les relations franco-émiraties se sont considérablement développées ces dernières années. En décembre, Abou Dhabi a notamment signé un contrat record de 14 milliards d’euros portant sur 80 avions de combat Rafale”.

En 2019, les exportations émiraties vers la France représentaient déjà 1,5 milliard d’euros, un record. Mais la France désirant se passer des hydrocarbures russes, il lui est nécessaire d’intensifier encore les livraisons de pétrole avec les Émirats. Aussi Emmanuel Macron a-t-il pris les choses en mains ! Lors du G7, en juin dernier, il interpelait sans discrétion Joe Biden pour lui rapporter sa discussion avec le président des Émirats :

L’Émir avait répondu qu’il était au maximum de sa capacité de production, mais que les Saoudiens pouvaient augmenter leur production de 150 sur les six prochains mois.

Finalement, ni la révélation indiscrète de cet échange, ni sa limite de production, ne l’auront empêché de sceller un nouveau partenariat stratégique avec la France. Après tout, financièrement parlant, ce dernier sera certainement très avantageux pour les Émirats.

… mais pas que !

Notons par ailleurs que pour Emmanuel Macron, le partenariat avec les EAU ne doit pas se limiter aux seuls domaines de l’énergie. Il devrait aussi comprendre la sécurité et la défense, le secteur spatial, les technologies du futur, la culture et l’éducation. Si une coopération se conçoit relativement aisément dans les trois premiers domaines, cela semble moins évident pour ce qui est de la culture et de l’éducation.

Rappelons que les EAU livrent la guerre au Yémen depuis 2015, dans le cadre d’une coalition qui soutient les forces gouvernementales yéménites contre les Houthis, soutenus par l’Iran. Or, des ONG ont dénoncé le fait que plusieurs équipements militaires français vendus aux Émirats “ont été utilisés à l’encontre de populations civiles en violation des règles du droit national, du droit international des droits humains et du droit international humanitaire. En outre, les Émirats sont tristement réputés pour leurs violations des droits fondamentaux : violations de la liberté d’expression, détentions arbitraires, traitements inhumains et dégradants, pratique récurrente de la peine de mort…

Alors, s’il est difficile de savoir ce qu’Emmanuel Macron a précisément en tête, il est plus simple de deviner ce qui motive les deux dirigeants. Comme disait Voltaire : “Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion”.

Lire aussi : Malgré les risques de pénurie, la France va fournir l’Allemagne en gaz





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.