Par Liliane Held Khawam

Le soleil est dans un cycle qui le met en hyper-activité, et des explosions ont lieu régulièrement sur sa surface, et ceux-ci ont des conséquences sur les conditions de vie sur terre. L’évènement du genre qui fut traumatisant a été le Carrington event. Celui-ci a eu lieu au milieu du19ème siècle et a eu pour conséquences fâcheuses de griller toute l’infrastructure télégraphique de l’époque. On avait vu alors des aurores boréales à Cuba.

Or, les scientifiques sont sûrs qu’un nouveau Carrington event se produira à notre époque.

Voici une vidéo explicative des enjeux.

The Carrington Event: Earth’s Electronic Apocalypse – Geographics

Et pour compliquer un peu plus les choses, notre bouclier qui est le champ magnétique terrestre serait aujourd’hui plus faible de 9% qu’à l’époque du Carrington event.

Earth’s magnetic field is weakening, and no one is sure why | Your Morning

En comprenant ce qui précède, vous comprenez tout de suite beaucoup de choses sur le comportement des maîtres de la Silicon Valley et de la thématique sur le réchauffement climatique. Ils savent exactement et mieux que quiconque ce dont il retourne. Et ils ont besoin de contrôler un éventuel évènement de taille, ses conséquences, et surtout la maîtrise de la relance de la machine le jour d’après.

L’affaire du changement climatique basée sur l’activité humaine, telle que vendue par la science financiarisée, occulte le véritable problème qu’est l’hyperactivité solaire doublée d’un affaiblissement du champ magnétique!

Est-ce pour cela que le CERN vient d’envoyer dans l’espace son premier satellite? vous constaterez qu’il vise à surveiller les rayonnements dans l’espace Il est aussi question de compétence en matière d’effets des rayonnements sur l’électronique

Et dans la foulée, je rappelle la publication concernant la géo-ingénierie, appelée aussi gestion du rayonnement solaire. Leur hantise de perdre le contrôle sur l’infrastructure électronique les pousserait-elle à oser la transgression absolue?

Les politiques nationales du tout-numérique

Un petit mot sur nos hommes politiques, le bras autoritaire de la Silicon Valley. Malgré tout ce qui précède, ils ont délibérément adopté le tout-numérique. Ainsi, les activités basiques du quotidien -l’infrastructure indispensable à la vie de la société- ont été liées à la la structure techno-électronique, et à celle des technologies de l’information et des communications. Précisément ce que l’activité solaire menace!

Je suis en train de dire que si d’aventure, un nouvel évènement du genre Carrington devait se produire, nous n’aurons plus ni eau, ni électricité, ni voitures, ni archives- papiers, etc. Quant à vos comptes bancaires et autres crypto-monnaies…

Et cela va plus loin puisque de concert avec les mammouths de l’industrie et de la finance, nos politiciens ont mis en place une stratégie basée sur l’importation, avec la fin (entre autres) de la souveraineté alimentaire. Alors quand le prochain Carrington event se produira, le paysan d’à côté ne pourra plus nous nourrir, puisqu’on l’aura auparavant exécuté de manière délibérée et démontrable.

Voici 2 activités solaires actuelles potentiellement problématiques.

Une énorme explosion solaire a eu lieu le 16 juillet. Et la taille éjectée est 20 fois plus grande que celle de la terre. La bonne nouvelle est que ce genre d’activité n’est pas dirigée spécifiquement vers la terre. On parle dans ce cas de solar prominence, ce qui signifie selon la NASA:

Une protubérance solaire (également connue sous le nom de filament lorsqu’elle est vue par rapport au disque solaire) est une grande caractéristique brillante s’étendant vers l’extérieur depuis la surface du Soleil. Les protubérances sont ancrées à la surface du Soleil dans la photosphère et s’étendent vers l’extérieur dans l’atmosphère externe chaude du Soleil, appelée la couronne. Une proéminence se forme sur des échelles de temps d’environ une journée, et des proéminences stables peuvent persister dans la couronne pendant plusieurs mois, faisant une boucle sur des centaines de milliers de kilomètres dans l’espace. Les scientifiques étudient toujours comment et pourquoi les proéminences se forment.

Le matériau en boucle rougeoyant est du plasma, un gaz chaud composé d’hydrogène et d’hélium chargés électriquement. Le plasma de proéminence coule le long d’une structure enchevêtrée et tordue de champs magnétiques générés par la dynamo interne du soleil. Une protubérance en éruption se produit lorsqu’une telle structure devient instable et éclate vers l’extérieur, libérant le plasma.

https://www.nasa.gov/content/goddard/what-is-a-solar-prominence

L’explication de Wikipédia. Vous constaterez l’importance du mot coronal. Une résonance avec la crise du covid 19?

« L’étude moderne des protubérances est particulièrement motivée par leur rôle dans les interactions Soleil-Terre. En effet, le plasma qui les compose est soutenu et confiné au-dessus de la surface solaire dans une boucle du champ magnétique coronal, champ dont la géométrie varie continuellement au cours du temps. Lors de cette évolution permanente, il arrive que la géométrie magnétique ne soit plus capable de confiner le plasma des protubérances. L’expulsion brutale du plasma produit alors des phénomènes éruptifs à grande échelle au niveau du système solaire interne, et en ce qui concerne notre planète, pouvant affecter son environnement au-delà voire en deçà de l’atmosphère exosphérique, en particulier notre magnétosphère. On appelle ces éruptions des éjections de masse coronale.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Protub%C3%A9rance_solaire

Ci-dessous, 2 articles de Newsweek un des rares médias anglophones qui parle du soleil:

  • Un traite de protubérance solaire
  • Un autre rapporte une éruption solaire qui devrait toucher la terre.

Une énorme structure à la surface du soleil semble se détacher. Newsweek

Un photographe de l’espace a partagé une image d’une énorme proéminence à la surface du soleil qui est supposée se séparer.

Les proéminences solaires sont de grandes boucles lumineuses de plasma – hydrogène et hélium chargés électriquement – qui s’étendent vers l’extérieur depuis la surface du soleil. Ils peuvent être vraiment massifs, parfois des dizaines de fois plus grands que la Terre.

Alors que les proéminences solaires peuvent prendre juste une journée pour se former, elles peuvent être suffisamment stables pour persister pendant des mois, faisant une boucle sur des centaines de milliers de kilomètres dans l’espace tout en étant ancrées à la surface du soleil.

Proéminence solaire
Une photo du Solar Dynamics Observatory de la NASA montre une proéminence solaire sortant de la surface du soleil en mars 2010. Ces proéminences peuvent être des dizaines de fois plus grandes que la Terre. NASA/SDO/AIA/Getty

Les scientifiques ne savent pas exactement comment se forment les proéminences solaires, mais on pense qu’elles coulent le long des lignes de champ magnétique enchevêtrées et tordues du soleil, selon la NASA .

Dimanche, l’astrophotographe Sebastian Voltmer a publié un tweet comprenant une photo de ce qu’il a appelé une « énorme proéminence » à la surface du soleil. Il a ajouté: « C’est impressionnant, mais c’était spectaculaire de voir une partie se déplacer très rapidement à travers mon petit télescope réfracteur – s’éjectant et se détachant sur le côté. »

Le site Web d’informations sur la météo spatiale spaceweather.com a déclaré que la photo montrait que la proéminence « pourrait se disloquer ».

D’autres images de proéminence solaire prises la semaine dernière peuvent être trouvées sur la galerie d’images en temps réel de spaceweather.com.

Voltmer a également mis en ligne des séquences vidéo montrant la proéminence en action ainsi qu’une éruption de matière provenant de la surface du soleil. « Cette énorme éruption fait 20 fois la taille de la Terre », a-t-il déclaré dans la vidéo.

Les proéminences solaires peuvent parfois se désintégrer ou s’effondrer complètement. Cela se produit lorsque le champ magnétique dans leur voisinage devient instable, par exemple si une nouvelle ligne de champ magnétique traverse la surface du soleil sous la proéminence, a déclaré à spaceweather.com David Hathaway, physicien solaire au Marshall Space Flight Center de la NASA .

L’effondrement d’une proéminence solaire peut provoquer une explosion de matière loin du soleil qui libère ce qu’on appelle une éruption de Hyder, du nom de l’astrophysicien Charles Hyder qui a étudié ces événements.

Il est important de noter que les astrophotographes prenant des images de proéminences solaires ou toute autre image du soleil utilisent des filtres spéciaux qui leur permettent de le faire en toute sécurité. Regarder le soleil directement et sans protection adéquate peut brûler la rétine de l’œil, laissant un angle mort permanent selon le magazine Sky & Telescope .

Lire la suite

Les proéminences solaires ne doivent pas être confondues avec les éruptions solaires , qui sont des éclairs soudains de lumière et de rayonnement émis par des lignes de champ magnétique enchevêtrées près des zones sombres du soleil appelées taches solaires.

Il ne faut pas non plus les confondre avec les éjections de masse coronale , qui sont de grands nuages ​​de particules solaires chargées qui peuvent interagir avec l’atmosphère terrestre et provoquer une tempête géomagnétique.

Mise à jour 19/07/22, 06h34 HE : Cet article a été mis à jour pour intégrer un tweet de Sebastian Voltmer.

https://www.newsweek.com/solar-prominence-flare-cme-space-weather-astrophysics-1725536

La tempête solaire rampant vers la Terre est prête à frapper le champ magnétique de la planète

Par Ed Browne Le 18/07/22

La Terre pourrait connaître des tempêtes géomagnétiques mineures plus tard cette semaine si un nuage lent de particules solaires atteint la Terre.

La prédiction a été faite par spaceweather.com, un site qui utilise les données de surveillance du soleil pour produire des mises à jour de la météo spatiale.

Les orages géomagnétiques sont le résultat de modifications du champ magnétique terrestre dues aux interactions entre celui-ci et les particules chargées du soleil . S’ils sont suffisamment puissants, ces orages peuvent interférer avec les réseaux de communication et le réseau électrique.

Le soleil
Une photo du soleil le 18 juillet 2022, prise par le Solar Dynamics Observatory de la NASA. Le soleil libère parfois des nuages ​​de particules chargées vers la Terre, provoquant des orages géomagnétiques. NASA/SDO/AIA

Il est peu probable que ce soit le cas avec la tempête potentielle à venir, cependant, qui ne devrait être qu’une tempête de classe G1 – le type le plus doux, selon l’échelle de météo spatiale du Centre de prévision météorologique spatiale (SWPC) de la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Le SWPC indique que les tempêtes de classe G1 peuvent provoquer de faibles fluctuations du réseau électrique et avoir un impact mineur sur les opérations des satellites. De plus, les aurores peuvent être visibles dans le ciel à des latitudes inférieures à la normale, comme au-dessus des États américains comme le nord du Michigan et du Maine.

La possible tempête sera causée par un nuage de particules éjectées d’ »un filament instable de magnétisme » sur le soleil le 15 juillet, selon spaceweather.com, qui a indiqué une heure d’arrivée prévue entre le 20 juillet et le 21 juillet.

De plus, la physicienne solaire Tamitha Skov a partagé un modèle de prédiction de la NASA sur Twitter montrant ce qu’elle a dit serait un « coup direct » d’une éjection solaire du 15 juillet, mais avec une date d’impact antérieure du 19 juillet. On ne sait pas s’il s’agit de la même éjection.

L’éjection solaire peut également être vue dans une vidéo du Solar Dynamics Observatory de la NASA ce jour-là, qui montre un très bref éclair de matière s’éloignant de la surface du soleil en milieu d’après-midi juste au début de ce clip .

Ces nuages ​​de particules sont connus sous le nom d’éjections de masse coronale (CME) et sont des phénomènes courants. Cependant, une fois toutes les deux semaines environ, on finit par se diriger vers la Terre.

Les CME peuvent être constitués de milliards de tonnes de matériaux provenant de l’atmosphère solaire et transporter un champ magnétique intégré. Ils sont libérés du soleil lorsque les lignes de champ magnétique torsadées se reconfigurent soudainement.

La vitesse des CME peut varier considérablement, certaines étant capables d’atteindre la Terre en aussi peu que 15 à 18 heures selon le SWPC. Cependant, l’éjection du 15 juillet se déplace particulièrement lentement et devrait entrer en contact avec la Terre entre cinq et six jours après avoir quitté le soleil.

Lire la suite

Le SWPC n’avait émis aucun avertissement ou alerte lundi. Dans tous les cas, il est peu probable qu’il cause des problèmes au grand public, même s’il frappe la Terre.

Newsweek a déjà parlé à un expert en météorologie spatiale pour savoir ce qui se passerait si une tempête géomagnétique très importante se produisait à la suite d’une éruption solaire massive ou CME. De tels événements pourraient entraîner des milliards de dollars de dommages aux infrastructures ainsi que des perturbations importantes.

https://www.newsweek.com/geomagnetic-storm-coronal-mass-ejection-this-week-1725502

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.