Jusqu’à 10 000 groupes Facebook ont été dénoncés par Amazon comme étant des nids à faux avis, portant préjudice à leur réputation. Le 19 juillet 2022, le géant du commerce en ligne a lancé une action en justice pour tenter de s’en débarrasser. L’hôpital se moquerait-il de la charité ?

Recruter des faux consommateurs sur Facebook

Des commerçants malhonnêtes utilisent Facebook pour trouver des personnes intéressées par la publication de faux avis sur Amazon, en échange d’argent ou de produits. Des organismes se sont ainsi spécialisés dans le recrutement de milliers de créateurs de commentaires trompeurs aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie, en Espagne et au Japon. Le groupe “Amazon Product Review”, fermé en début d’année, comptait à lui seul 43 000 membres. Amazon a porté plainte, et de son côté, Meta a lancé une enquête pour analyser les groupes signalés.

Pour détecter et faire fermer les comptes impliqués dans la production de faux avis, Amazon assure avoir mis en place une équipe assistée par de nouvelles solutions technologiques. Selon un contrôle effectué par la Commission européenne, plus de la moitié des sites de commerce en ligne ne respectent pas la législation sur les avis de consommateurs en ligne…

L’ironie, c’est qu’Amazon est la première à profiter des faux commentaires. En février, l’entreprise payait des employés pour tweeter des commentaires positifs, car elle peinait à recruter…





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.