Le leader des Insoumis a annoncé dans son blog le 21 juillet l’organisation d’une «grande marche contre la vie chère» au mois d’octobre, qu’il souhaite plus importante encore que la mobilisation des Gilets jaunes.

Jean-Luc Mélenchon, qui prévoit une «grande marche contre la vie chère» à la rentrée, possiblement en octobre, veut en faire l’occasion pour la Nupes de «rassembler un front social uni dans l’action», a-t-il ambitionné le 21 juillet dans son blog. «Ce dimanche-là, des milliers de gens déferleront dans les rues. Ils enclencheront un cycle d’action dont je souhaite qu’il dure et soit assez fort pour peser plus lourd encore que les Gilets jaunes en leur temps», a-t-il écrit.

L’ex-candidat à la présidentielle de La France Insoumise (LFI) avait déjà annoncé début juillet son projet d’une «grande marche contre la vie chère» à la rentrée, prélude selon lui à de nouvelles élections législatives qu’il pressent face au blocage de l’Assemblée.

Si la date de cette marche n’est pas encore tranchée entre les partenaires de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (LFI, EELV, PS, PCF), elle pourrait avoir lieu en octobre «pour ne pas gêner les mobilisations syndicales annoncées pour septembre», précise le leader insoumis. 

Le mois d’octobre privilégié

Cependant, «la préparation de cette marche d’octobre […] commence par la bataille dans l’hémicycle», où le tribun juge que le groupe Insoumis «fait honneur à sa raison d’être». La Nupes «doit enraciner et développer son audience dans les milieux populaires», affirme-t-il, «en prévision du jour prochain où le peuple de nouveau devra décider dans quelle direction il faut faire aller le pays». 

«Quand les incendies galopent aussi vite dans les bois que la misère dans le peuple, le moment vient où les bons à rien qui laissent les désastres s’accumuler seront dirigés vers la porte de sortie», affirme Jean-Luc Mélenchon. «D’ici là, pas de confusion, pas de collusion. La confusion serait mortelle», appelle-t-il, jugeant que «le vote contre l’augmentation du Smic fait ensemble par les macronistes et le RN, sans oublier LR, est un moment de clarification décisif».

«Peu importe les “raisonnables” anti Nupes quand ils voudraient que le peuple accepte de se contenter de peu, de “mieux que rien”, et tous les refrains de la soumission ordinaire», a-t-il renchéri.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.