Un méthanier, illustration.

La loi pouvoir d’achat a été adoptée par l’Assemblée nationale en première lecture dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet. Le texte a reçu le soutien des députés Les Républicains et Rassemblement national. Les députés de l’alliance de gauche Nupes s’y sont en revanche fortement opposés.

Il contient notamment un ensemble de mesures censées renforcer la « souveraineté énergétique » de la France, et lui permettre de faire face l’hiver prochain à la baisse des importations de gaz russe et aux déboires des centrales nucléaires. Reporterre a détaillé ces mesures, qui renforcent la dépendance de la France au gaz de schiste et au charbon, plutôt que promouvoir les économies d’énergie et le développement des renouvelables.

« Des cadeaux à l’industrie fossile qui profite déjà largement de la crise »

Le débat sur cette partie du texte a eu lieu « dans un climat tendu, [où] la gauche a fait bloc contre ces dispositions “suicidaires” sur le plan climatique, tandis que l’extrême droite s’en prenait aux “ayatollahs verts” », rapporte Le Monde.

« Le gouvernement instrumentalise la guerre en Ukraine pour faire des cadeaux à l’industrie fossile qui profite déjà largement de la crise », dénonce dans un communiqué Anna-Lena Rebaud, chargée de campagne aux Amis de la Terre. Ces mesures « nous enferment dans la consommation de gaz pour plusieurs années, voire plusieurs décennies ».

« Loin des discours de façade sur la sobriété énergétique, Élysée et Matignon s’adonnent à prolonger quoi qu’il en coûte notre ébriété énergétique collective, quitte à suspendre les règles environnementales pour faciliter l’installation d’un terminal méthanier », a dénoncé l’économiste du climat Maxime Combes sur Twitter.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.