Avdeevka est une des villes les plus anciennes de la Novorossiya, fondée au milieu du XVIIIe siècle par Avdeïev et elle deviendra progressivement au XIXe siècle un pôle industriel de la région de Donetsk, jusqu’à abriter la plus grande cokerie d’Europe, dont l’usine moderne a été inaugurée en 1963. Située à 12 kilomètres au Nord de Donetsk, Avdeevka est une ville de 30 km2 qui comptait avant la guerre 35 000 habitants.

Depuis 2014, cette cité industrielle de la République populaire de Donetsk est occupée par les forces ukrainiennes face à Yasinovataya à l’Est et Donetsk au Sud qu’elles bombardent quotidiennement depuis 8 ans et de manière intensive depuis le 24 février 2022. Mais surtout, Avdeevka est l’un des principaux points d’appui du de la ligne de front ukrainienne enserrant Donetsk avec Marinka au Sud et Krasnogorovka à l’Ouest de la capitale républicaine.

Avdeevka est un bastion défensif puissamment fortifié sur ses flancs Est et Sud (face à Yasinovataya et Donetsk) et il est impossible d’engager contre lui des attaques frontales depuis ces directions sans risquer des pertes importantes. En revanche, depuis avril 2022, les forces alliées qui ont réussi à percer la ligne de front entre Avdeevka et Gorlovka progressent lentement dans un saillant enveloppant par le Nord le dispositif défensif le plus faible des forces ukrainiennes. En juin 2022 la route H 20 qui rejoint Konstantinovka est bloquée par les feux de l’artillerie alliée et à la mi juillet elle est atteinte puis franchie par les forces terrestres qui libèrent le village de Kamianka, avant poste extérieur principal de la défense Nord-Est d’Avdeevka.

Front Avdeevka au 19 juillet 2022.

Tout comme sur le front Nord Donbass, depuis plusieurs jours, les pressions offensives russo-républicaines se sont intensifiées sur ce secteur clef du front de Donetsk, certainement également motivées par la volonté de mettre fin aux bombardements terroristes quotidiens des forces ukrainiennes sur les populations de Donetsk, Makkevka et Yasinovataya, opérés depuis le secteur d’Avdeevka.

Le 20 juillet, lors de nouveaux bombardements sur Yasinovataya, les forces ukrainiennes d’Avdeevka,
dispersent sur des quartiers résidentiels avec des roquettes à sous munitions des petites mines
antipersonnelles qui s’arment à l’atterrissage et explosent ensuite au moindre contact physique

Parmi les systèmes utilisés pour bombarder les positions et les cités républicaines, les obusiers de l’OTAN restent très présents, de déplaçant d’un secteur à un autre en fonction des priorités opératives de l’état-major de Kiev et pour échapper aux ripostes alliées qui commencent à savoir les repérer et détruire rapidement.

Un obus de 155mm OTAN qui est tombé dans une tranchée du front de Yasinovataya mais, par chance, sans exploser.

Autre conséquence des bombardements ukrainiens sur les zones résidentielles républicaines, l’église de
Verkhn’otorets’ke (entre Yasinovataya et Gorlovka) qui a été complètement détruite par l’artillerie d’Avdeevka

Actions et objectifs des forces russo-républicaines 

Afin de capturer le bastion ukrainien d’Avdeevka avec le minimum de pertes, les forces alliées ont engagé des manœuvres d’encerclement pour l’aborder sur son flanc Nord qui est le moins bien défendu, mais aussi couper les voies de ravitaillement et de retraite de sa garnison qui la relie aux bases arrières ukrainiennes de Konstantinovka au Nord et Krasnoarmeïsk à l’Ouest. Le contrôle opératif d’Avdeevka sera effectif avec celui des villages environnants, principalement Novokalinovo, Ocheterino et Orlivka, par lesquels transitent la logistique ukrainienne.

Lors des rédentes conquêtes territoriales réalisées au Nord Est d’Avdeevka (secteur Kamianka), les forces alliées ont ramassé de nombreuses armes occidentales parmi le matériel abandonné par les Ukrainiens.

En plus des systèmes d’artillerie, des missiles antichars et antiaériens, il se trouve de plus en plus d’armement léger occidental sur le front russo-ukrainien, très souvent servi par des mercenaires et contractons de l’OTAN.

Comme d’habitude, les forces alliées font précéder leurs assauts sur ces défenses extérieures ukrainiennes par des puissants bombardements assommant leurs réseaux de tranchées et casemates, détruisant ou repoussant vers la ville les blindés et l’artillerie et ouvrant des corridors  offensifs dans les nombreux champs de mines entourant Avdeevka.

Bombardement allié corrigé par un drone d’observation des lignes de défense ukrainiennes autour d’Avdeevka

Obusier russe automoteur de 152mm 2S3 « Acacia » bombardant les positions ukrainiennes d’Avdeevka 

Les lances Roquettes Multiples sont très importants pour « saturer » les positions
ukrainiennes enterrées 
comme ici avec les roquettes incendiaires du TOS A1

Mais l’une des missions prioritaires des appuis feu russes est aussi d’appliquer des ripostes rapides sur les points de tir de l’artillerie ukrainienne qui sont repérés et à portée de leurs contre-batteries. La difficulté de neutraliser les bombardements ukrainiens sur les populations civiles réside dans le fait que les batteries terroristes de Kiev utilisent des positions de tir de plus en plus éloignées et éphémères. Il faut donc du temps pour affaiblir leurs forces d’artillerie, tandis que leurs dépôts, plus vulnérables, sont repérés et détruits régulièrement. Ce 19 juillet, 2 lance roquettes multiples ukrainiens de 122mm  » Grad » ont ainsi été détruits près d’Avdeevka.

Appui complémentaire de l’artillerie, l’aviation de combat russe est très active sur le front Sud de
Yasinovataya, comme  ici une paire de Sukhoï 25 qui engagent des positions ukrainiennes mais
sans 
toutefois pénétrer au dessus du dispositif ennemi à cause des nombreux systèmes
antiaériens que les 
pilotes anticipent en tirant des leurres thermiques

Au Sud et à l’Est d’Avdeevka, dans les secteurs de l’aéroport de Donetsk (de Peski à Spartak) et de Yasinovataya (Zone Industrielle de Promka), si la ligne de front reste immobile, elle connait également une intensification des combats entre les positions qui ne sont souvent éloignées les unes des autres que de quelques centaines voire dizaines de mètres (comme à Promka par exemple).

Une unité de la brigade « Piatnashka » engage ici au Nord-Est de Spartak
des bunkers ukrainiens 
avec des lances roquettes antichars RPG 7

Les objectifs des forces alliées (représentées en pointillés sur la carte), s’ils sont en cours de réalisation, demanderont probablement du temps car les forces ukrainiennes, ont considérablement renforcé  et miné leurs défenses depuis 5 mois et disposent d’une couverture efficace menée par une artillerie lointaine et mobile. Par ailleurs les pertes subies par les forces républicaines lors des batailles de Volnovakha, Marioupol et Popasnaya ainsi que l’étirement de la ligne de front vers le secteur de Zaporodje imposent de mener les opérations offensives, où l’attaquant est plus vulnérables que le défenseur, avec la plus grande prudence.

Actions et réactions des forces ukrainiennes 

Du côté de la garnison d’Avdeevka, en plus de la continuation des bombardements terroristes sur les populations civiles déjà évoquée plus haut, les forces ukrainiennes continuent à se préparer à résister à des assauts républicains sur la ville :

• Une tentative d’empêcher avec des tirs de barrages et des contre-attaques localisées, le contournement Nord de la cité qui couperait les 2 dernières routes de communication vers les bases arrières acheminant la logistique,

• Un renforcement de la défense au Nord Est de la ville avec des nouvelles positions et champs de mines qui viennent compléter l’inondation des abords entre Kamianka et Avdeevka réalisée le mois dernier avec la destruction d’un barrage,

• Un organisation défensive de la zone industrielle de la ville très difficile à bombarder en raison de ses importants stocks chimiques (la cokerie produit aussi 80 000 tonnes de produits chimiques par an), dans laquelle des centaines de civils ont été dirigé.

On observe une fois encore dans Avdeevka l’utilisation par les forces ukrainiennes des infrastructures et populations civiles de la ville pour se cacher et organiser des boucliers humains. Et bien sûr lorsque survient l’inévitable drame de la mort de civils dans les bombardements ou les combats en cours alors, la propagande ukro-atlantiste, ignorant le cynisme des prises d’otages réalisées, accuse les forces alliées de crime de guerre, tout comme sont ignorées les exécutions sommaires observées par des habitants de conscrits  ukrainiens voulant quitter Avdeevka et arrêtés par des nationalistes d’unités spéciales ukrainiennes.

Aujourd’hui, si les 155mm de l’OTAN se font plus discrets dans le secteur de Donetsk (redirigés au Nord vers Gorlovka et Artemovsk) les bombardements ukrainiens au 122, 152mm et roquettes continuent avec une intensité appliquée sur les secteurs de Yasinovataya et Verkhn’otorets’ke, à partir desquels les pressions offensives sur Avdeevka sont lancées.

En conclusion

Pour le moment la route H20 voie principalat reliant Avdeevka à Konstantinovka est sous le contrôle des forces alliées qui y ont détruit de nombreux postes avancés ukrainiens, et vraisemblablement, si des renforts y sont consacrés l’État major russe va poursuivre ses attaques pour contrôler les autres routes secondaires et isoler ainsi la garnison ukrainienne estimée à environ 10 000 hommes.

Devant la permanence des bombardements terroristes meurtriers de Kiev contre les populations civiles, la nécessité d’en finir avec cette épée de Damoclès menaçant jour et nuit les familles de Donetsk est devenue une priorité de l’état-major.

Au moment où je termine ce point de situation particulier, un nouveau bombardement ukrainien frappe le centre de Yasinovataya avec 13 nouvelles roquettes de 122mm « Grad ».

Nouveau bombardement de Yasinovataya, 21 juillet, par les forces ukrainiennes d’Avdeevka.

source : Alawata Rebellion



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.